Vaccination française obligatoire, DTPolio: Ce qu’il faut savoir

  • Vaccination ? Pas vaccination ?

  • Seulement les vaccins obligatoire ? Aucun ? Tous ?

Nombre de parents se retrouvent face à l’incohérence vaccinale européenne: obligation de vacciner dans certains pays comme la France (le DTPolio), alors que des voisins européens n’y sont pas contraints (?)

Nombre de parents se disent de plus en plus: « je ne vaccinerais pas mon enfant avec toutes ces merdes de vaccins que des mères Bachelot veulent nous refourguer …. sauf les vaccins obligatoires !« . Mais d’autres refusent catégoriquement d’injecter toute substance suspecte à leur progéniture, au vu des informations sensibles maintenant disponibles pour qui s’intéresse un peu; le problème peut vite sembler épineux.

Ici sont donc synthétisées des recherches personnelles; mais vous pourriez aussi lire ceci: Vaccin DTP : des précisions pour les parents et Vaccin : ce que tout parent doit savoir

  1. Un contraste européen sur l’obligation du DTPolio

  2. DTP : Qu’est-ce que c’est ?

  3. Étude au cas par cas du DTPolio (Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite)

  4. Étude des Excipients & adjuvants contenus dans les différentes sortes de vaccins DTPolio

  5. Comment éviter la vaccination ? (en France, en prenant le cas du DTPolio)


Contraste européen

Vaccines & Immunisation Newsletter - ECDC http://www.ecdc.eu.int/Health_topics/VI/VI_newsletter.html

« Vaccines & Immunisation Newsletter – ECDC »
http://www.ecdc.eu.int/Health_topics/VI/VI_newsletter.html

On peut se poser la question d’une telle différence d’approche;

  • Nos voisins sans obligations meurent-ils plus que dans les pays où sont obligatoires ces mêmes vaccins ?
  • Les autorités des pays où les vaccins ne sont pas obligatoires sont-elles incompétentes ?

 Cette première constatation peut laisser perplexe; passons à la composition du vaccin, et des maladies visées


 


DTP : Qu’est-ce que c’est ?

Le DTP reste le seul vaccin réellement obligatoire en France en 2014. Il est censé prévenir des maladies suivantes: la Diphtérie, le Tétanos et la Poliomyélite.

MAIS il a été retiré de la vente en 2008 pour de sombres raisons. Le gros problème est que l’état se portait garant de ce vaccin; or depuis 2008, l’état ne se porte plus garant sur les remplaçants du DTPolio, en cas d’effets secondaires ou de complications graves, comme ça arrive.

Concrètement, plusieurs vaccins de « remplacement » du DTPolio sont aujourd’hui proposés; aucun n’est identique à son prédécesseur: adjuvants toxiques en plus, et valences supplémentaires non-obligatoires.

les problèmes suivants apparaissent depuis 2008:

  • Avant 2008, le DTPolio ne contenait pas d’aluminium (adjuvant responsable de complications de santé)
  • Tous les remplaçant semblent contenir soit du Mercure, soit de l’aluminium, les deux étant toxiques (par exemple, dans la liste des composants on retrouve parfois le thimérosal, « un agent de conservation à base de mercure utilisé dans le procédé de fabrication de vaccins à doses multiples. Le thimérosal aide à : prévenir la croissance bactérienne et fongique dans les vaccins et à stabiliser le vaccin de façon à en préserver l’efficacité dans le temps. L’usage du thimérosal est nécessaire pour prévenir les infections au point d’injection du vaccin, lesquelles peuvent entraîner des infections du sang et des abcès » (en cours de documentation)
  • L’état ne se porte plus garant d’aucun remplaçant au vaccin de 2008
  • TOUS les remplaçants contiennent des valences* supplémentaires: c’est à dire qu’en plus de couvrir les 3 maladies initiales, ils contiennent d’autres valences (comme la coqueluche) qui ne sont PAS obligatoires; on se retrouve donc à injecter un vaccin « obligatoire » qui contient une ou plusieurs valences non obligatoires; pour ceux qui voulaient se limiter à la vaccination obligatoire, c’est l’arnaque.
    * Valence peut se résumer au vaccin d’une maladie en particulier; mais c’est plus compliqué: le vaccin contre la polio contient en réalité 3 valences distinctes; 3 vaccins en 1, donc. Ajouté à la valence de la diphtérie, et une autre de tétanos, ce sont en fait 5 vaccins qui sont administrés en une fois.

Les conséquences du retrait du DTPolio sans aluminium

Vous pourrez constater qu’une fronde importante de scientifiques et de politiques demandent le retrait de l’aluminium des vaccins: voir la page Composants des vaccins, section aluminium


Quels sont les vaccins disponibles depuis 2008 ?
Quelle est leur composition ?

(En remplacement du DTPolio de Sanofi retiré du marché en 2008) (en rouge, les valences supplémentaires NON OBLIGATOIRES) (plus bas dans la page, l’étude de leur  composition):

  • PENTAVAC : Ce vaccin est indiqué dans la prévention conjointe de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche, de la poliomyélite et des infections invasives à Haemophilus influenzae type b (méningites, septicémies, cellulites, arthrites, épiglottites, …)
  • TETRAVAC ACELLULAIRE : Ce vaccin est indiqué dans la prévention conjointe de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche et de la poliomyélite

  • REVAXIS :  seulement chez l’adulte

  • (Pour d’autres existants, et pour les autres pays francophones, merci de laisser un commentaire; travail fastidieux en cours)

COQUELUCHE

(La partie 2 ici)


 

Étude au cas par cas du DTPolio

1. POLIO

VV parle très bien de la polio:

Vévé parle du cas mortel en Inde, ce problème survenu récemment concernant la Polio:

Répartitions des cas de Polio en Inde en fonction du nombre de vaccinations. Données provenant de l’O.M.S

Répartitions des cas de Polio en Inde en fonction du nombre de vaccinations.
Données provenant de l’O.M.S

Extrait de [PDF] DTP : trois obligations vaccinales pour trois maladies qui ne sont pas un problème de santé publique

Le virus de la polio, qui se transmet par voie oro-fécale, est un germe commensal (entérovirus) qui se loge, sans nous inquiéter, dans nos intestins où dans la majorité des cas il fait se développer une immunité durable qui protège l’individu toute sa vie. La maladie s’exprime lorsque le virus traverse la muqueuse intestinale pour rejoindre les centres nerveux. D’autres entérovirus (Echo et Coxsackie) réalisent avec le virus de la polio un équilibre écologique dont peut dépendre la maladie et son degré de gravité si cet équilibre vient à se rompre.  

C’est l’assainissement et l’eau potable (grâce au chlore) qui ont fait disparaître les virus polio sauvages dans les pays développés, tout comme les germes de la typhoïde et du choléra. L’OMS a déclaré l’Europe indemne de polio en 2002, où on ne recense aucun virus sauvage. Le vaccin est venu compliquer la situation car il a engendré des virus mutants d’origine vaccinale (surtout après le vaccin oral) et ce sont eux qui provoquent aujourd’hui des paralysies flasques, très souvent non recensées comme polio. C’est pour cette raison que l’éradication mondiale de la polio, promise pour l’an 2000, ne peut toujours pas être annoncée par l’OMS.  Outre le fait que le vaccin peut donner la maladie ou une maladie « like », d’autres pathologies post-vaccinales ont été observées, notamment des fatigues chroniques. Il ne faut pas oublier que les vaccins fabriqués dans les années 1960 sur reins de singes avaient été contaminés par un virus cancérogène, le SV40, susceptible de provoquer des cancers chez les vaccinés et dans leur descendance.   

Pourquoi continuer une vaccination à virus vivant ou inactivé, potentiellement dangereuse, alors que la maladie est en voie d’extinction presque partout dans le monde ? La France, qui a maintenu une loi d’obligation pour ces trois vaccins, aurait tout intérêt à modifier la législation en donnant la liberté de choix afin d’éviter un gaspillage des deniers publics et un risque post-vaccinal beaucoup plus élevé que celui des maladies concernées. Est-ce raisonnable de remplacer un risque infectieux infime et hypothétique par un risque vaccinal réel susceptible de déboucher sur des maladies chroniques très invalidantes ? La politique vaccinale doit se mettre en conformité avec le principe du consentement, exprimé dans la loi Kouchner, et respecter le principe de précaution.

Selon l’OMS:

Principaux faits
  • La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans.
  • Une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.
  • Le nombre des cas de poliomyélite a diminué de plus de 99% depuis 1988, passant de 350 000 à 406 cas notifiés en 2013. Cette baisse résulte de l’effort mondial pour éradiquer cette maladie.
  • En 2014, il ne reste plus que trois pays d’endémie (Afghanistan, Nigéria et Pakistan), alors qu’ils étaient plus de 125 en 1988.
  • Tant qu’un seul enfant reste infecté, tous les autres, dans tous les pays, risquent de contracter la poliomyélite. L’échec de l’éradication dans les derniers bastions de la maladie pourrait aboutir à ce que le nombre des nouveaux cas revienne, d’ici 10 ans, à 200 000 par an.
  • Dans la plupart des pays, l’action mondiale a permis de renforcer les capacités de lutte contre d’autres maladies infectieuses en développant des systèmes de surveillance et de vaccination efficaces.

On peut tirer de ces données ceci:

  1. En 2013, 406 cas dans le monde;
  2. 1 infection sur 200 entraine une paralysie > donc ici, cela donne 2 infectés
  3. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent > donc 10% de 2, ça ne donne même pas un mort par an dans le monde

Reprenez-moi si je me trompe ?

2. DIPHTÉRIE

Cette maladie, qui présentait parfois des formes graves, a disparu d’Europe occidentale. Le type de transmission du bacille de Löffler (par voie aérienne) en fait une maladie facile à enrayer par la pratique de la surveillance-endiguement, ce qui fait que lorsqu’un cas isolé apparaît dans nos régions (maladie contractée à l’étranger), le problème est immédiatement maîtrisé. Rien ne justifie donc la poursuite de la vaccination. Comme avec tous les vaccins, des effets indésirables de gravité diverse sont signalés avec le vaccin contre la diphtérie, notamment des réactions neurologiques (Guide des vaccinations, 2006). En outre, le vaccin (une anatoxine) vise la toxine et non le germe, il est donc sans effet sur le portage. Ce sont les mesures d’hygiène et de salubrité qui ont fait disparaître cette maladie. Pourquoi continuer à vacciner contre une maladie du passé, qui en outre est facilement guérissable ? (source: [PDF] DTP : trois obligations vaccinales pour trois maladies qui ne sont pas un problème de santé publique)

Que dit le wiki ?

  •  « L’antitoxine diphtérique étant d’origine équine, un test cutané (ou conjonctival) pour exclure une hypersensibilité doit toujours en précéder l’administration. » (source)
  • La maladie s’observe surtout chez les enfants entre 6 mois et 15 ans. Cette répartition selon l’âge indique une immunisation naturelle, les nourrissons héritant de l’immunité maternelle qui les protège jusqu’à l’âge de 9 mois environ. (source)
  • Le Dr Auguste Neveu proposa, à partir du milieu du XXe siècle, un traitement par le chlorure de magnésium en se basant sur les travaux du Dr Pierre Delbet ; il rapporte des cas de guérisons4. (source)
  • En 1975, l’OMS publiait un document intitulé Quelques problèmes non résolus dans la diphtérie17 remettant en cause l’efficacité vaccinale. Premièrement le degré de protection conféré par la vaccination avec l’antitoxine n’est souvent guère satisfaisant. Moins de 10 % des cas de diphtérie signalés aux États-Unis d’Amérique se déclarent chez des sujets « complètement » immunisés selon leur dossier, selon le rapport annuel de surveillance de la Diphétrie de l’US Communicable Disease Centre. Deuxièmement, il a été clairement montré par Frost en 1928, que l’immunité antidiphtérique est fréquente au cours de la première enfance à la suite d’infections cutanées impliquant C.Diphtheria (diphtérie cutanée) et dont les signes cliniques sont très ténus sinon absents. Il n’est donc pas possible de savoir dans quelles proportions l’immunité est acquise par voie de vaccination ou autrement. (source)

Le cas emblématique de la diphtérie

Je ne peux traiter dans cette simple lettre de toutes les maladies et me contenterai d’exemples symboliques. Mais des chiffres similaires à ceux cités ici existent pour les autres maladies pour lesquelles les gouvernements vaccinent à l’échelle industrielle. Les lecteurs qui voudront en savoir plus se reporteront pour cela à l’excellent dossier « Survey on Vaccinations in Europe » dont sont tirés les chiffres suivant. (télécharger)

En Espagne, il y avait chaque année 5000 morts de diphtérie en 1900, mais seulement 81 en 1964, l’année où la vaccination systématique fut introduite.

En France, la vaccination obligatoire contre la diphtérie fut imposée en 1938. L’année suivante, il y eut 15 000 cas de diphtérie puis trois fois plus pendant la Guerre !

En Allemagne, il y avait 100 000 cas de diphtérie par an pendant la Première guerre mondiale. Les Nazis imposèrent le vaccin obligatoire contre la diphtérie en 1939. En 1940, il y avait à nouveau 100 000 cas, et 250 000 en 1945. Après la Guerre, la vaccination obligatoire fut abandonnée et le nombre de malades de la diphtérie baissa régulièrement, jusqu’à 800 annuellement en 1972 (un baisse de 99,2 %).

En Norvège, 555 personnes moururent de diphtérie en 1908, mais seulement 2 en 1939. Le pays fut alors envahi par l’Allemagne, qui imposa le vaccin : le nombre de personnes touchées par la diphtérie monta à 22 787 cas en 1942 et près de 700 morts.

Ces chiffres indiquent que la diphtérie se répand lorsque les conditions de vie se dégradent (guerre), et que les campagnes de vaccination sont malheureusement impuissantes à enrayer le phénomène.

En revanche, le retour à la prospérité et à une meilleure hygiène de vie s’accompagnent d’un recul de la maladie, jusqu’à une disparition quasi-totale.

Ils indiquent également que les gouvernements sont capables d’introduire la vaccination systématique de la population pour une maladie quasi-inexistante (cas de l’Espagne en 1964, de l’Allemagne en 1939). (source)

Les seuls vaccins disponibles en France (pour la diphtérie) sont des associations :

  • à concentration normale (D) : – Infanrix Tetra®, Infanrix Quinta®, Infanrix Hexa®, Pentavac®, Tetravac acellulaire® : une dose de vaccin contient au moins 30 unités internationales d’anatoxine diphtérique adsorbée sur sels d’aluminium,
  • DTPolio Mérieux® : une dose vaccinante contient au moins 30 UI, sans adjuvant, non disponible à ce jour ;
  • à concentration réduite (d) : – Revaxis® (dTPolio), Repevax®, Boostrixtetra® (dTcaPolio) : une dose de vaccin contient, au minimum, deux unités internationales d’anatoxine diphtérique adsorbée sur sels d’aluminium (source: PDF Diphtérie)

3. TETANOS


 

Depuis 2008, voici les nouvelles valences contenues dans les DTP:
(elles ne sont pas obligatoires, mais il semble qu’on ne nous laisse pas le choix)

 

4. COQUELUCHE



Étude des Excipients & adjuvants contenus

dans les différentes sortes de vaccins DTPolio

  • PENTAVAC : Ce vaccin est indiqué dans la prévention conjointe de la diphtérie, du tétanos, de la coqueluche, de la poliomyélite et des infections invasives à Haemophilus influenzae type b (méningites, septicémies, cellulites, arthrites, épiglottites, …)
Excipients: SaccharoseTrométamol (Toxique pour les cellules de mammifères) (source),  Acétique acide (E260),  Sodium hydroxyde (E524),  Formaldéhyde (le formaldéhyde a été classé comme « cancérogène certain » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé (OMS))  (source), Phénoxyéthanol: (Toxicité sur l’homme Il existe peu de données concernant la toxicité du 2-phénoxyéthanol chez l’homme. Les effets décrits sont des allergies cutanées et des troubles neurologiques8. Concernant la toxicité aiguë, les concentrations jusqu’à 10 % (dans la vaseline) appliquées sur la peau de volontaires ne provoquent pas d’effets irritants. Par contre plusieurs cas de sensibilisation cutanée (eczéma ou urticaire) sont rapportés. La fréquence est faible et les cas sont le plus souvent en rapport avec une utilisation régulière dans des cosmétiques8. On ne dispose pas de données sur les risques cancérigènes ou les effets sur la reproduction liés au 2-phénoxyéthanol8. Toutefois il est déconseillé depuis le 26 novembre 2012 par l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du médicament) dans les lingettes pour bébés car il est suspécté d’être toxique au niveau du développement et de la reproduction 19) (source) Eau pour préparations injectablesMilieu de HanksSels minéraux, Vitamines, Acides aminés, Phénylalanine (La phénylalanine est un acide aminé aromatique non polaire dont sont issus, notamment, la tyrosine et l’aspartame.) (source), Glucose, Eau pour préparations injectables, *adsorbé sur : Hydroxyde d’aluminium,  *conjugué à : Protéine tétanique, Résidus du procédé de fabrication : Glutaraldéhyde (C’est un produit toxique (toxicité cellulaire et systémique) et dangereux pour l’environnement, qui une fois inhalé peut causer une irritation sévère des yeux, du nez de la gorge et des poumons, ainsi que des maux de tête et des troubles de la perception.)NéomycineStreptomycine (Cet antibiotique est déconseillé chez la femme enceinte. Comme tout médicament, il peut montrer des effets secondaires indésirables (notamment des troubles rénaux et auditifs))Polymyxine B (Les antibiotiques à base de polymyxines sont fortement neurotoxiques et néphrotoxiques, et sont très médiocrement absorbés par les parois gastro-intestinales.)
  • Notes sur l’aluminium des vaccins: voir page Composants des vaccins : Des élus, médecins et autres personnalités demandent le retour du DTP sans aluminium (liste importante)



Comment éviter la vaccination ?


 

 Documentation PDF

Annexes, lien

Publicités

6 réflexions sur “Vaccination française obligatoire, DTPolio: Ce qu’il faut savoir

  1. Bonjour, j’ai 45ans, je n’ai jamais été vacciné choix de mes parents. Je travailles en tant qu’animatrice pour sport et jeunesse qui m’oblige à faire le DTP. Suis-je réellement obligé ? Merci.

    • Tout d’abord (et je pourrai m’en tenir à cela), je ne SUIS PAS légitime pour répondre à cette question, n’étant qu’un simple citoyen, et, en plus, partial étant antivaccin.

      Ceci dit, toute approche de cette question pour des personnes en contact avec des enfants semble bien établie : il faut être « en règle » avec la législation, à savoir être vacciné. Mais ça n’est que mon avis.

      Il est désolant qu’après 45 ans d’une vie sans poison dans le corps vous soyez contrainte d’en changer.. Triste.

      On vous contraint aujourd’hui, et là je résume en connaissance de cause, de vous empoisonner à l’aluminium, alors qu’il existe un adjuvant bien connu qui n’est PAS toxique, lui, les sels de calcium. Et ce choix des labos n’a été dicté que par la rentabilité.

      Personnellement à votre place je ferai un foin et n’hésiterai pas à médiatiser l’affaire ..

      Je vous invite, pour aller plus loin, à visionner la dernière série documentaire de Peter Moore sur « Big farma & vaccination » disponible ici : http://www.scoop.it/t/actu-sante-et-alternatives

  2. Enquête sur les vaccins : Envoyé spécial sur France 2, le 11 février 2016.

    « Dans cette vidéo collector, Envoyé Spécial vient enfin confirmer cet article de Juin 2013 sur le sujet (oui, ils sont long à la détente) ainsi que cet article qui venait couronner la vaste fumisterie de la pénurie de vaccins en France : cette stratégie commerciale savamment orchestrée par les laboratoires pour engranger un maximum de profits quitte à obliger les parents à vacciner leurs enfants avec des valences non obligatoires. »

    « Je vous invite notamment à constater la tête déconfite du directeur communication de GSK qui est mis face à ses contradictions lorsque la journaliste lui montre la sinistre stratégie de sa firme. Le reportage montre également un constat alarmant: d’une part, les médecins n’expliquent pas aux parents ce qu’ils injectent à leurs enfants et certains parents, probablement par excès de confiance, ne semblent pas s’y intéresser non plus puisqu’ils découvrent après coup que leurs enfants ont été vaccinés contre l’hépatite B.

    Une situation ubuesque doublée d’une aberration médicale. Ou est passé le droit à l’information des patients?

    Malgré les articles abjectes et diffamatoires de la presse sur la démarche du professeur Joyeux pour faire bouger cette situation scandaleuse, plus de 780 000 signatures ont été récoltées afin de forcer la ministre à réagir. Marisole Touraine qui en 2012 était plutôt favorable au retour d’un DTP sans aluminium, avait depuis retourné sa veste en 2015 en affirmant que « la vaccination, ça ne se discute pas » (qu’elle aille dire ça aux parents de la petite fille qui est morte peu après ce reportage).

    En janvier 2016, volte face de la ministre qui à explicitement demandé aux laboratoires de garantir une meilleure gestion des stocks et a demandé a « exprimé la volonté que puissent être mis à disposition des Français qui le souhaitent des vaccins trivalents. »

    Exprimé la volonté, c’est déjà ça, mais concrètement, jusqu’à preuve du contraire, il ne s’agit toujours pas d’engagements contraignants pour les laboratoires qui risquent de continuer à faire leur loi dans le domaine vaccinal. Et mettre « à disposition des Français qui le souhaitent », ne représente toujours pas une remise en vente pour TOUS du DTP original et sans aluminium.

    Il s’agit tout de même d’un premier pas qui montre que le sursaut citoyen a été entendu. Cela demeure néanmoins insuffisant. »

  3. bonjour,
    mon fils a trois et je ne sais toujours pas comment faire pour faire cette vaccination obligatoire?
    avez vous des solutions ?
    merci pour vos reponses
    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s