William Guy Carr

william_guy_carr William James Guy Carr (décédé le 2 octobre 1959 en Ontario) fut sous-marinier anglais lors de la Première Guerre Mondiale, puis commandant de la marine royale canadienne (R.C.N.) ainsi que membre des services de renseignements canadiens. Il débuta sa carrière d’écrivain par la publication d’ouvrages sur la guerre sous-marine à laquelle il avait pris part aux côtés des forces anglaises lors de la Première Guerre Mondiale. À partir des années 1930, il devint conférencier et commença à aborder des thèmes sur la Conspiration Internationale. Durant les années 1950, il publia plusieurs ouvrages d’inspiration chrétienne et antimaçonnique ; dont le plus célèbre s’intitulant Pawns in the Game, (1955).

Dans cet ouvrage, il rapporta la célèbre lettre de correspondance entre Pike et Mazzini, détaillant une Troisième Guerre Mondiale entre l’Occident Sioniste et le Monde Musulman. Ses ouvrages témoignent d’un intérêt pour les activités des sociétés secrètes (notamment les Illuminés de Bavière). Carr s’inspira des ouvrages de John Robison, Nesta Webster, Léo Taxil, Abel Clarin de la Rive ainsi que du Cardinal chilien Caro Rodriguez pour mettre à jour les agissements de la franc-maçonnerie luciférienne. Son dernier ouvrage Satan, Prince of this world, resté inachevé, fut publié par les soins de son fils aîné William J. Carr, dont la préface est datée du 2 juin 1966.

En 1907 à l’âge de douze ans, l’auteur fut endoctriné par deux révolutionnaires bolcheviques qui voyageaient sur le même bateau que lui, à destination de l’Orient. Mais à la différence des autres, il ne fut pas dupe. Malgré son jeune âge, il décida de garder un esprit libre et d’enquêter à fond sur ces questions avant d’en tirer des conclusions. Ses enquêtes et ses études sur les différents aspects de la Conspiration Internationale l’ont emmené dans presque tous les pays du monde.

Le Commodore Carr a accompli une carrière exemplaire dans la Marine. Pendant la Première Guerre Mondiale il servit en tant qu’Officier Navigant dans les Sous-Marins Britanniques. Au cours de la Deuxième Guerre Mondiale, il fut Officier de Contrôle de la Marine Canadienne pour le St Laurent ; puis Officier d’État-Major dans les Opérations à Shelbourne, N.S. ; et Officier Principal de la Marine à Goose Bay dans le Labrador. En tant qu’Officier de l’État-Major du Commodore Reginald Brock, il organisa le 7ème Emprunt de la Victoire pour les Vingt-deux Divisions d’Entraînement de la Marine Royale Canadienne.

En tant qu’écrivain, il a publié huit livres. Quelques-uns furent sélectionnés par la Bibliothèque Royale, la Bibliothèque du Musée Impérial de la Guerre, la Bibliothèque Sir Millington Drake (qui appartient maintenant à l’ « Eton College ») et la Bibliothèque Braille pour les Aveugles. Plusieurs de ses livres ont été traduits en des langues Européennes.

  • DES PIONS SUR L’ÉCHIQUIER, 368 P.
  • BROUILLARD ROUGE SUR L’AMÉRIQUE, 472 P.
  • SATAN, PRINCE DE CE MONDE, 239 p.
  • LA CONSPIRATION MONDIALE, 47 p.
  • LES PLANS DE LA SYNAGOGUE DE SATAN, 91 p.
  • LA SECTE DES ILLUMINES, DEBAT SUR LA CONSPIRATION CONTRE LE CHRIST (Testament intellectuel), 35 p.
  • LA CONSPIRATION INTERNATIONALE, 53 p.
pawns_in_the_gameLe Commodore Carr est connu de nombreux Canadiens qui ont assisté à ses conférences publiques. Il a fait des tournées dans tout le Canada pour des Associations Canadiennes en 1930~1931, avertissant ses auditeurs de l’existence d’une Conspiration Internationale et prédisant que les conspirateurs, à moins qu’on ne les arrête, entraîneraient le monde dans une autre Guerre Universelle.

De 1931 à 1939, il fit des discours dans les syndicats Professionnels de l’Ontario. En 1944 et 1945, les autorités de la Marine l’envoyèrent faire une tournée de conférences. Il expliqua pourquoi il était indispensable de remporter la Paix, les fruits de la victoire militaire ne devant pas être de nouveau dispersés.

L’objectif du Commodore Carr était d’informer véritablement le plus grand nombre de personnes sur les « Forces du Mal » qui influencent de façon si négative notre vie et celle de nos enfants. Son livre [Des pions sur l’Echiquier, ndlr] ouvrira les yeux aux parents, aux hommes d’Église, aux professeurs, aux étudiants, aux hommes d’État, aux politiciens et aux dirigeants syndicaux.

William Guy Carr, en chrétien honnête, davantage soucieux de la diffusion de la  vérité que des retombées financières, n’a déposé de « copyright» sur ses livres. N’importe quel éditeur pouvait donc (ré)editer ses livres pourvu que le texte fût complet et moyennant finance de la part des acheteurs, cela va de soi, étant donné le coût de l’impression.


Des pions sur l’échiquier

des_pions_sur_l_echiquierPremière édition: 1954. 2ème édition revue et corrigée. Appréciations de lecteurs avertis :

Mgr W.C. MacGrath, de Mamaronack (N.Y.) : « Des Pions sur l’Echiquier » est l’étude la plus approfondie sur la Conspiration Internationale que j’ai jamais lue. Un tel ouvrage méritait d’être écrit et je prie pour qu’il puisse être lu par des millions de ces infortunés pions, tant que nous avons encore la possibilité de conjurer la catastrophe. »

Amiral Sir Barry Domvile (KBE, CB, CMG, RN, Ret’d) : « Je suis persuadé que vos livres feront beaucoup de bien et obligeront vos lecteurs à se servir de leurs cerveaux paresseux.. Vos livres auront une influence certaine dans le combat contre le mal… pourvu qu’on puisse les diffuser. » (L’amiral Domvile fut l’un des plus brillants et plus remarquables combattants de Grande-Bretagne. Il dirigea le « Service de Renseignements de la Marine »).

Rev. Leslie Millin (Missionnaire en Chine) : « Je me suis trouvé au cœur de la Révolution Chinoise mais je n’ai pas compris ce qui se passait, jusqu’à ce que je lise vos livres. Maintenant, les « causes » qui ont engendré de tels « effets » sont parfaitement perceptibles. J’utilise parfois vos livres dans mes sermons. »

SOMMAIRE

  • PRÉFACES, INTRODUCTION
  • La conspiration mondiale
  1. Le mouvement révolutionnaire mondial — M.R.M
  2. La révolution anglaise (1640 ~ 1660)
  3. Les hommes qui provoquèrent la Révolution Française en 1789
  4. La fin de la Révolution — Napoléon — Les dictatures
  5. La révolution américaine
  6. Manipulations monétaires
  7. Les événements qui précédèrent la révolution russe — Lénine
  8. La révolution russe : 1917
  9. Intrigue politique 1914 ~ 1919
  10. Le traité de Versailles
  11. Staline
  12. La révolution espagnole
  13. La guerre civile d’Espagne
  14. Franco
  15. Le règne révolutionnaire de la terreur
  16. Les événements qui menèrent à la deuxième guerre mondiale
  17. La deuxième guerre mondiale éclate
  18. Les dangers actuels
  • Note du Traducteur

Préface du Traducteur

Voici enfin la traduction française de «Pawns in the Game» qui paraît dans notre pays avec plus de quarante ans de retard. Son auteur, le Commodore William Guy Carr (1895-1959), de la Marine Royale Canadienne [RCN 8 Ret’d], fut longtemps membre des Services de Renseignements et se consacra à partir de 1931, sauf pendant l’interruption de la guerre, à des tournées de conférences destinées à faire connaître la «Conspiration Internationale». Il apporte bon nombre de preuves à l’appui de ses dires et des documents de première main, la plupart secrets et inédits.

L’ouvrage que vous allez lire contient le récit de faits historiques échelonnés sur les trois derniers siècles, faits qui ne sont révélés nulle part ailleurs, sauf en de rares et fragmentaires exceptions.

Au cours des dix-huit chapitres de son livre, William Guy Carr nous dévoile tout le programme de domination universelle forgé par les «Illumines» — «Ceux qui détiennent la Lumière» — nom du petit groupe d’une trentaine d’hommes environ, organisé de 1770 à 1776 par Adam Weishaupt, un luciférien de la plus belle espèce.

Les «Illumines», appellation générique, historiquement exacte, s’applique en fait de nos jours à leurs descendants spirituels et charnels, les «Illuminati», chefs actuels, secrets et réels de la Subversion Mondiale, dont la Franc-Maçonnerie est l’élément le plus efficace, et des Forces Occultes dont le Communisme est de loin l’élément le plus redoutable.

C’est ce petit groupe de hauts subversifs qui tend à former un Gouvernement Mondial et travaille actuellement d’arrache-pied à la constitution des États-Unis d’Europe, piédestal obligatoire de la République Universelle d’après un «document controversé capital», aujourd’hui censuré…

WG. Carr veut nous dévoiler les machinations occultes destinées à provoquer les diverses révolutions et guerres, qui, pour répondre aux projets des Illuminati, ont ensanglanté le inonde depuis 1773 et il présente les preuves à l’appui de sa thèse.

Pour consolider leur pouvoir et asseoir leur puissance, les Illuminati ne reculent devant rien : spéculations financières gigantesques, sociétés secrètes, infiltrations d’agents à tous les niveaux, formation de groupes et d’agents révolutionnaires, mafias, assassinats, campagnes de diffamation, chantage, corruption, etc.

On saisit mieux ainsi le déroulement des faits historiques car ils sont soulignés par cette «histoire parallèle» mais bien réelle, cette histoire occult(é)e qui se sert des êtres humains et surtout des plus hauts placés comme autant de «pions sur l’échiquier».

W.G. Carr veut nous montrer que le danger est sur nos têtes — et davantage encore quarante ans après la parution de l’édition canadienne originale !… — et que le pouvoir occulte, d’inspiration satanique, qui lutte pour la Domination du Monde par l’argent, le chantage, la haine, les divisions et tous les péchés capitaux, ne peut être combattu par tel ou tel mode de gouvernement, telle ou telle idéologie, puisque — dit-il — ceux-là ne serviront que d’instruments de guerre, et les tenants de celles-ci que de «pions sur l’échiquier du monde»…

Il faudrait donc bien plutôt s’appuyer sur l’Amour de Dieu et du prochain, sur l’esprit de pauvreté et sur toutes les vertus qui découlent de la seule recherche de la volonté de Dieu. Seule cette politique permettra d’échapper à l’encerclement des Forces du Mal et de ne pas succomber.

Depuis deux cents ans que les forces de la Contre-Révolution Catholique et Monarchiste essuient échec sur échec, le moment ne serait-il pas enfin venu de demander à Dieu «SA» Solution pour qu’il nous débarrasse du joug odieux de la «Synagogue de Satan» ?…

«Des pions sur l’échiquier» est un livre très important qu’il faut lire et relire. Un livre important par la quantité de faits historiques occultés, accumulés dans ses pages. Toute l’Histoire Secrète vous est ainsi dévoilée grâce aux explications d’un homme qui en savait beaucoup dans ce domaine.

Que l’Auteur, de formation anglo-saxonne, n’ait pas tout analysé à sa juste mesure et que la Conspiration Mondiale ait progressé depuis quarante ans, qui serait assez téméraire pour lui reprocher ?!…

Vous avez maintenant les clés. A vous d’entrer dans le vif du sujet !

P.C.

Préface de l’Éditeur

L’objectif de William Guy Carr était de fournir des renseignements sur la Conspiration Mondiale et non pas d’écrire un ouvrage de théologie. Il ne faut pas voir en William Guy Carr un doctrinaire chrétien, un philosophe de l’histoire, un historien complet.

Il faut savoir que les Américains n’ont pas la même vision historique de l’Europe que les Européens, notamment parce que le libéralisme règne en maître en Amérique du Nord, et ce depuis ses origines. L’Amérique est un pays maçonnique et les influences délétères de la Secte se font ressentir.

C’est la raison pour laquelle nos lecteurs noteront certainement un décalage dû aussi à ce que William Guy Carr était d’une époque maintenant révolue.


Introduction du livre

Des pions sur l’Échiquier

« Notre complot sera révélé, les nations se retourneront contre nous avec esprit de revanche et notre domination sur elle ne sera jamais réalisée. »

Le luciférien palladiste Albert Pike


INTRODUCTION La conspiration mondiale

Si mes révélations surprennent et indignent le lecteur, qu’il n’en fasse pas un complexe. Mais, en toute modestie, je travaille depuis 1911 à essayer de découvrir pourquoi le genre humain ne peut vivre en paix et jouir des bienfaits que Dieu lui accorde avec une telle abondance ? et je n’ai percé le secret que vers 1950 : les guerres et les révolutions qui ébranlent nos vies et les situations de chaos qui en résultent ne sont rien moins que les effets d’une Conspiration Luciférienne toujours en place.

Tout cela démarra à l’origine dans cet endroit de l’Univers que nous appelons le Ciel, où Lucifer s’opposa au Droit de Dieu d’exercer l’autorité suprême. Les Saintes Écritures nous enseignent comment la Conspiration Luciférienne fut transférée de ce monde au Jardin d’Eden. Jusqu’à ce que je réalise que notre combat n’est pas seulement contre la chair et le sang, mais contre les forces spirituelles des ténèbres qui dirigent les personnes exerçant de hautes « situations » sur cette Terre (Ephésiens VI, 12), je ne pouvais comprendre la logique de tous les événements du monde entier.

Je n’ai pas honte de reconnaître que c’est la Bible qui m’a donné la « clé » permettant de comprendre cette logique. Très peu de personnes ont conscience du fait que Lucifer était le plus brillant et le plus intelligent Esprit de l’Armée Céleste et que, étant un pur Esprit, il est indestructible. Les Écritures nous apprennent que sa puissance est telle qu’il ravit à Dieu le tiers des Esprits les plus intelligents de l’Armée Céleste. L’idéologie Luciférienne déclare que le pouvoir, c’est le droit. Elle proclame que les êtres d’intelligence véritablement supérieure ont le droit de diriger ceux qui en sont moins pourvus parce que la masse ne sait pas ce qui est bon pour elle. L’idéologie Luciférienne est ce que nous appelons aujourd’hui un « totalitarisme ».

L’Ancien Testament n’est que l’histoire de la façon dont Satan devint le Prince de ce Monde et séduisit nos premiers parents pour les séparer de Dieu. Il explique comment la Synagogue de Satan fut établie sur cette Terre, comment elle a travaillé depuis lors afin d’empêcher le Plan de Dieu, qui est de diriger l’univers, et comment ce plan divin doit être établi sur Terre. [1]

Le Christ vint en notre monde alors que la conspiration atteignait la phase où, selon ses propres mots, Satan contrôlait tous ceux qui occupaient les postes les plus élevés.

Il décrivit la Synagogue de Satan (Apocalypse II, 9 et 111,9), Il dénonça ceux qui en faisaient partie comme Fils du Diable, ce Diable qu’Il fustigeait comme Père du Mensonge (St Jean VIII, 44) et Prince de la Tromperie (II Corinthiens XI, 14). Il fut catégorique dans son affirmation : ceux qui constituaient la Synagogue de Satan s’appelaient Juifs, mais ne l’étaient point et mentaient (Apocalypse II, 9 et III, 9). Il considérait les Changeurs d’Argent, les Scribes et les Pharisiens comme les « Illuminati » (= Illuminés) de notre Époque.

Ce que beaucoup de gens semblent oublier, c’est que le Christ vint sur Terre afin de nous délivrer des liens de Satan dans lesquels nous étions enserrés de plus en plus étroitement au fur et à mesure que le temps passait. Le Christ nous donna la solution à notre problème lorsqu’il nous dit que nous devions aller de l’avant et enseigner la vérité, en ce qui concerne cette conspiration (St Jean VIII, 31-59), à tous les peuples des nations.

Il nous promit que si nous voulions bien faire cela, la connaissance de la Vérité nous rendrait libres (St Matthieu XVIII, 19). La Conspiration Luciférienne s’est développée jusqu’à une phase presque ultime (St Matthieu XXIV, 15-34) parce que nous n’avons pu mettre en pratique le conseil que nous donna le Fils de Dieu, Jésus-Christ.

En 1784, la Providence permit au Gouvernement Bavarois d’entrer en possession de preuves qui établissaient l’existence réelle de la Conspiration luciférienne.

Adam Weishaupt, ancien élève des jésuites, professeur de Droit Canon, abandonna le Christianisme et embrassa l’idéologie luciférienne alors qu’il enseignait à l’université d’Ingoldstadt. En 1770, les « prêteurs d’argent » (qui avaient récemment créé la Maison Rothschild) l’engagèrent à réviser et moderniser les vieux Protocoles destinés à donner à la Synagogue de Satan la domination mondiale définitive. Ils avaient l’intention d’imposer l’idéologie luciférienne sur ce qui resterait de la Race Humaine après le dernier cataclysme social, par l’usage du despotisme Satanique. Weishaupt acheva son travail le 1er Mai 1776.

Le Plan prévoyait la destruction de tous les gouvernements et religions existants. [2]

L’Objectif devait être atteint en divisant les masses qu’il dénommait «Goyim» (=Bétail Humain) en partis opposés et en nombre toujours Plus grand dans les domaines politiques, sociaux, économiques, raciaux, etc. Les Partis ainsi opposés devaient ensuite être armés et un «incident provoqué les obligerait se combattre et à s’affaiblir tout en détruisant les Gouvernements Nationaux [3] et les Institutions Religieuses.

En 1776, Weishaupt organisa les «Illuminati» (=Illuminés) afin de mettre à exécution le complot. Le mot Illuminati dérive du mot Lucifer et signifie «Porteurs de la Lumière».

En faisant usage du mensonge, selon lequel son objectif était d’amener la constitution d’un Gouvernement Mondial permettant aux hommes possédant les facultés mentales requises de gouverner le inonde, il recruta à peu près deux mille adeptes. En faisaient partie les hommes les plus intelligents dans les domaines des Arts et des Lettres, de l’Éducation, des Sciences, de la Finance et de l’Industrie. Il établit ensuite les Loges du Grand Orient qui étaient leurs Quartiers Généraux Secrets.

Le plan revu de Weishaupt nécessitait de ses Illuminati l’accomplissement des points suivants pour la réalisation de leur dessein :

1. L’usage des malversations monétaires et de la débauche sexuelle [5] pour obtenir le contrôle des personnes occupant déjà de hautes situations, à tous les niveaux, dans tous les gouvernements et dans tous les autres champs de l’activité humaine. Une fois qu’une personne influente était tombée, par les mensonges, les calomnies et les tentations des Illuminati, elle était solidement tenue : chantage politique ou autre, peur de la ruine financière, peur du scandale public, peur de la menace physique et même peur de la mort pour elle-même et ses proches.

2. Dans les Collèges et les universités, les Illuminati devaient recommander les étudiants possédant des capacités intellectuelles exceptionnelles, appartenant à de bonnes familles ayant des relations internationales, pour un entraînement très spécial à l’internationalisme. Cet entraînement devait être dispensé en accordant des bourses aux étudiants ainsi sélectionnés. Il était prévu de les endoctriner dans l’«Idée» que seul un Gouvernement Mondial mettrait fin aux guerres et aux tribulations incessantes. [6] On devait leur apprendre et les convaincre que les hommes aux capacités spéciales et les «Cerveaux» avaient le droit de diriger les moins pourvus car les «Goyim» (la masse du peuple) ne savent pas ce qui est bien pour eux au point de vue physique, mental et spirituel. [7]

3. Les personnes influentes destinées à tomber sous le contrôle des Illuminati et les étudiants spécialement éduqués et entraînés devaient être utilisés comme agents et placés dans les coulisses de tous les gouvernements en tant qu’«Experts» et «Spécialistes». Ils pourraient ainsi conseiller et persuader les hommes en place d’adopter leurs politiques qui serviraient à long terme les plans secrets des mondialistes et amèneraient la destruction finale des gouvernements et des religions qu’ils devaient servir.

4. Les Illuminati devaient obtenir le contrôle de la Presse et des autres agences qui distribuent l’information au public. Les nouvelles devaient être déformées de façon à ce que, nous, les «Goyim» finissions par croire que le Gouvernement Mondial est la seule solution à nos nombreux et divers problèmes. [8]

«Lors d’un banquet donné en son honneur à New York à l’occasion de sa retraite, John Swinton, qui fut un temps rédacteur en chef du New York Times, fit la déclaration suivante à «la presse indépendante» : «Quelle folie que de porter un toast à la presse indépendante ! Chacun, ici présent ce soir, sait que la presse indépendante n’existe pas. Vous le savez et je le sais. Il n’y en pas un parmi vous qui oserait publier ses vraies opinions, et s’il le faisait, vous savez d’avance qu’elles ne seraient jamais imprimées. Je suis payé $250 par semaine pour garder mes
vraies opinions en dehors du journal pour lequel je travaille. D’autres parmi vous, sont payés le même montant pour un travail similaire. La fonction d’un journaliste est de travestir la vérité, de mentir radicalement, de pervertir, d’avilit, de ramper aux pieds de Mamon, et de se vendre soi-même, de vendre son pays et sa race pour son pain quotidien. Vous savez cela et je le sais ; quelle folie donc que de porter un toast à la presse indépendante ! Nous sommes des outils et les vassaux d’hommes riches qui commandent derrière la scène. Nous sommes les marionnettes — ils tirent sur les ficelles et nous dansons. Nos talents, nos possibilités et nos vies sont la propriété de ces hommes. Nous sommes des prostitués intellectuels» («Vers le Nouvel Ordre du Monde», de D. Manifold, Téqui, 1995, pp. 15 et 16).

Rapportons encore cette déclaration de D. Rockfeller, lors de la réunion» du Bilderberg Group à Baden-Baden, en juin 1991 :

«Nous remercions le Washington Post, le New-York Times, Times Magazine et les autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion pendant au moins 40 ans… Il aurait été impossible pour nous de développer notre plan mondial s’il avait été l’objet d’une publicité quelconque pendant ces années-là. Mais le monde est vraiment plus sophistiqué et préparé à marcher vers un Gouvernement Mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est certainement préférable aux décisions nationales qui se pratiquent depuis des siècles».

Nous citerons encore la secrétaire d’État, Mme Madeleine Albright. A la suite du bombardement de l’Irak à la fin de l’année 1998, n’a-t-elle pas admis que « la chaîne CNN est le seizième membre du Conseil de sécurité des Nations Unies » ? En cette fin de siècle, les médias se confirment, en effet, comme un acteur stratégique de premier plan.

Pourquoi le contenu de la presse nationale et de la presse internationale est-il identique tant au niveau de la présentation des événements qu’au niveau des commentaires ? Comment des journalistes de formation et de nationalités différentes peuvent-ils arriver à juger de la même façon les événements internationaux ? Tout simplement parce qu’ils vont collecter leurs informations à la même source : l’I.I.S.S., officine de désinformation d’une société secrète antichrétienne, la Trilatérale.

L’International Institute for Stratégie Studies -I.I.S.S.- représente plus de 103 quotidiens, revues et publications diverses, et abrite dans son sein généreux 180 journalistes de la presse écrite ou parlée. Jetons un regard sur les journaux concernés :

  • Aux États Unis : le New York Times, le Washington Post, Y International Herald Tribune, le Time-Life International, Readers Digest, N.B.C. News (télévision)., U.S. News & World Report,…
  • En Angleterre : Financial Times, Sunday Times, The Economist, The Observer, The Guardian, le Daily Mirror, Newsweek Magazine et The Times.
  • En France : Le Monde, l’Express, Le Figaro.

La Grande-Bretagne et la France étaient les deux plus grandes puissances à la fin du 18 ème siècle. Weishaupt ordonna aux Illuminati de fomenter des guerres coloniales pour affaiblir l’Empire Britannique et d’organiser la Grande Révolution pour amoindrir l’Empire Français prévoyait le démarrage de celle-ci en 1789. Un auteur allemand du nom de Zwack fit un livre de la version révisée de Weishaupt, celle de la vieille conspiration, et l’intitula «Einige Original-Schriften» — «Quelques Écrits Originaux».

En 1784, on envoya un exemplaire de ce document aux Illuminés que Weishaupt avait délégués pour fomenter la révolution Française. Le courrier fut mortellement frappé par la foudre alors qu’il chevauchait du côté de Ratisbonne. La Police trouva les documents subversifs sur son corps et les expédia aux autorités gouvernementales concernées.

Après un examen soigneux des documents, le Gouvernement Bavarois ordonna à la police de perquisitionner dans les loges du Grand Orient que Weishaupt avait récemment établies et aux domiciles de quelques-uns de ses ‘associés les plus influents, dont le Baron Bassus-in-Sandersdorf. Les informations supplémentaires qu’ils y trouvèrent persuadèrent les autorités que les documents constituaient une preuve véritable d’une conspiration de la Synagogue de Satan, qui contrôlait les Illuminati au sommet, prévoyant d’utiliser les guerres et les révolutions afin d’établir une sorte de Gouvernement Mondial dont elle espérait usurper le pouvoir dès sa mise en place.

En 1785, le Gouvernement Bavarois déclara les Illuminati hors-la-loi et ferma les loges du Grand Orient. En 1786, Il publiait les pièces de la Conspiration. Le titre anglais en est ‘The Original Writings ofThe Order are Sect ofthe Illuminati». On expédia des exemplaires de la conspiration aux dirigeants de l’Église et de l’État. La puissance des Illuminati était si grande qu’on ignora cet avertissement comme le furent ceux que le Christ avait donnés au monde.

Les Illuminati passèrent ensuite à l’«arrière-plan». Weishaupt donna des, instructions à ses Illuminés pour infiltrer les Loges de la Maçonnerie Bleue et constituer une société secrète à l’intérieur des sociétés secrètes. Seuls les maçons qui donnèrent des gages de leur Internationalisme et ceux dont la conduite prouvait qu’ils s’étaient détachés de Dieu furent initiés chez les Illuminés. Ainsi, les conspirateurs utilisaient le paravent de la Philanthropie pour cacher leurs activités révolutionnaires et subversives. Afin d’infiltrer les loges maçonniques britanniques, les Illuminés invitèrent John Robison en Europe. C’était un maçon de haut grade du Rite Écossais, Professeur de Philosophie Naturelle à l’Université d’Edimburgh et Secrétaire de la Société Royale d’Edimburgh. John Robison ne tomba pas dans leurs plans et cornet le mensonge selon lequel l’objectif des Mondialistes était de constituer une dictature bienveillante. Il garda donc ses réactions pour lui et se vit confier un exemplaire de la conspiration révisée de Weishaupt pour l’étudier en lieu sûr.

A ces différents organes de presse nationale, ajoutons une partie de la presse d’Allemagne, d’Italie, du Brésil.

Une évidence s’impose donc : tous les grands organes de presse fabriquent l’opinion. Aussi ne faut-il pas s’étonner quant aux résultats des référendums sur Maastricht, voire des sondages en faveur des mœurs dissolues, des valeurs antichrétiennes, et des partis politiques favorables à la propagation de ces mêmes valeurs que la télévision consolide. L’opinion est, en effet, toujours travaillée dans le sens recherché par ceux qui ont financé la Révolution et mis en place la démo(n)cratie (n.d.l.r.).

Les dirigeants de l’Église et de l’État en France, ignorèrent les avertissements donnés. Résultat : la révolution éclata en 1789. Afin de prémunir les autres gouvernements d’un tel danger, John Robison publia en 1797 un livre intitulé «Preuve d’une Conspiration pour détruire tous les Gouvernements et les Religions». Il fut imprimé à Londres par T. Madell Jr. et W. Davies, et par W. Creech à Edimburgh. On peut trouver des exemplaires de cet ouvrage dans les musées et deux amis de l’auteur, vivant en Amérique, en possèdent des exemplaires.

Mais on ignora ses avertissements comme les autres. Thomas Jefferson était devenu un adepte de Weishaupt et l’un de ses plus ardents défenseurs lorsqu’il fut déclaré hors-la-loi par son gouvernement. Jefferson et ses amis Illuminati s’infiltrèrent dans les Loges nouvellement créées du Rite Ecossais en Nouvelle Angleterre. Cette information surprendra beaucoup d’Américains, aussi je souhaite la corroborer par les faits suivants.

En 1789, John Robison avertit les dirigeants Francs-Maçons que les Illuminati s’étaient infiltrés dans leurs loges.

Le 19 Juillet 1798, David Pappen, Président de l’Université de Harvard réitérait le même avertissement aux Grandes Classes et leur fit une conférence sur l’influence que prenait l’illuminisme dans la politique et la religion américaine.

John Quincy Adams, qui avait organisé les Loges Maçonniques de la Nouvelle Angleterre, décida en 1800 de s’opposer à Jefferson pour les élections à la présidence. Il écrivit trois lettres au Colonel William L. Stone exposant la façon dont Jefferson utilisait les Loges Maçonniques à des desseins subversifs. L’information contenue dans ces lettres permit à Adams de remporter les élections. Ces lettres se trouvent à la Rittenburg Square Library de Philadelphie.

En 1826, un autre franc-maçon, le Capitaine William Morgan décida qu’il était de son devoir de donner une véritable information à ses compagnons de loges et au grand public sur les Illuminati, leurs plans secrets et leurs véritables desseins. Ceux-ci obtinrent alors les services de Richard Howard, un Illuminé anglais, qui exécuta leur sentence : «Que Morgan soit abattu en tant que traître». Quelqu’un avertit le Capitaine Morgan du danger. Il essaya de s’enfuir au Canada, mais Howard l’intercepta à la frontière et l’assassina près des Chutes du Niagara. Une enquête approfondie rapporta qu’un certain Avery Allyn déclara, à New York, sous la foi du serment, avoir entendu Richard Howard raconter lors d’une réunion de Chevaliers Templiers à St John’s Hall (New-York) comment il avait «exécuté» Morgan. Le même Allyn expliqua ensuite comment des négociations secrètes avaient ensuite permis à Howard de regagner l’Angleterre sans être inquiété.

Très peu de personnes savent aujourd’hui que cet incident provoqua une désapprobation quasi générale. Presque 40% des Francs-Maçons de la. Juridiction Nord des États-Unis firent sécession. Je possède des exemplaires des minutes d’une réunion que l’on avait tenue pour discuter de ce sujet particulier.

Nous pouvons avoir une idée de la puissance des dirigeants de la Conspiration Luciférienne contre Dieu et l’homme en prenant en considération les grandes capacités de leurs agents qui empêchent que ces événements extraordinaires de l’Histoire ne soient enseignés dans nos écoles.

En 1829, les Illuminati organisèrent une réunion à New-York qui fut dirigée par un Illuminé Britannique du nom de Wright. On déclara aux personnes présentes que les Illuminati avaient l’intention de fédérer les groupes Nihilistes et Athées avec toutes les autres organisations subversives pour constituer une organisation internationale qui serait Connue sous le nom de Communisme.

Cette force destructrice devait permettre aux Illuminati de fomenter les guerres et les révolutions futures. Clinton Roosevelt (un ancêtre direct de Franklin Delano Roosevelt), Horace Greeley et Chas Dana constituèrent un comité pour réunir les fonds nécessaires à cette nouvelle entreprise. Les fonds ainsi rassemblés servirent au financement de Karl Marx et d’Engels lorsqu’ils écrivirent «le Capital» et le «Manifeste du Parti Communiste» à Soho en Angleterre.

En 1830, Weishaupt mourut. Il prétendit que les Illuminati disparaissaient avec lui sur son lit de mort et pour convaincre ses conseillers spirituels, il feignit de se repentir et de rejoindre l’Église.

Selon la version révisée de Weishaupt, celle de la vieille conspiration, les Illuminati devaient organiser, financer, diriger et contrôler toutes les organisations internationales et tous les mouvements en plaçant leurs agents à des postes-clés au plus haut niveau. Ainsi, pendant que Karl Marx écrivait le Manifeste Communiste sous la direction d’un groupe d’Illuminés, le Professeur Karl Ritter, de l’Université de Francfort, rédigeait son antithèse sous la direction d’un autre groupe d’illuminés pour que les dirigeants de la Synagogue de Satan puissent utiliser les divergences des deux idéologies pour diviser toujours plus les hommes en partis opposés. Ainsi, une fois armés, ils arriveraient, par provocation, à se combattre et à se détruire, et à détruire avec eux leurs institutions politiques et religieuses.

Le travail que Ritter réalisa fut poursuivi par le soi-disant philosophe allemand Friedrich Wilhelm Nietzsche (1844-1900) qui fonda le Nietzschéisme. Le Nietzschéisme produisit le Fascisme et plus tard le Nazisme. On l’utilisa de façon à permettre aux agents des Illuminati de fomenter les Première et Deuxième Guerres Mondiales. [9]

En 1834, les Illuminati choisirent pour diriger leur programme révolutionnaire dans le monde l’italien Giuseppe Mazzini, qui occupa ce poste jusqu’à sa mort, en 1872.

En 1840, le Général Albert Pike perdit son poste d’officier lorsque le Président Jefferson Davis eût dissous ses troupes Indiennes auxiliaires sous prétexte qu’elles avaient commis des atrocités lors de faits de guerre légitimes. Sous l’influence de Mazzini dont il était le «poulain», Pike accepta l’idée d’un Gouvernement Mondial et devint par la suite dirigeant de la Prêtrise Luciférienne.

Entre 1859 et 1871, il peaufina tous les détails d’un projet militaire concernant trois guerres mondiales et trois grandes révolutions. Il pensait qu’elles amèneraient la conspiration à sa phase ultime dans le courant du vingtième siècle.

Pike réalisa la plus grande partie de son travail dans la demeure de treize pièces qu’il fit construire à Little Rock (Arkansas) en 1840. Lorsque les Illuminati et les Loges du Grand Orient devinrent suspects du fait des activités révolutionnaires de Mazzini en Europe, Pike organisa le Rite Palladien Nouveau et Réformé. Il établit trois Suprêmes Conseils : un à Charleston (Caroline du Sud), un autre à Rome et le dernier à Berlin. Il fit établir par Mazzini vingt-trois conseils subordonnés en des positions stratégiques à travers le monde. Ce furent les Quartiers Généraux Secrets du .Mouvement Révolutionnaire Mondial, toujours conservés depuis. Bien avant que Marconi eût inventé la Radio, les scientifiques faisant partie des Illuminati avaient donné à Pike et aux dirigeants de ses conseils la possibilité de communiquer entre eux dans le secret. Ce fut la découverte de ce secret qui permit aux officiers des services de renseignement de comprendre comment des «incidents» en apparence non reliés entre eux avaient lieu simultanément dans le monde, s’aggravaient et se transformaient en une guerre ou une révolution.

Le plan de Pike était simple et s’avéra efficace. Il fallait que le Communisme, le Nazisme, le Sionisme Politique et les autres mouvements internationaux fussent organisés et utilisés pour fomenter les trois guerres générales et les trois grandes RÉVOLUTIONS.

  1. La Première Guerre Mondiale devait permettre aux Illuminati de renverser le pouvoir des Tsars en Russie et de transformer ce pays par la mainmise du Communisme athée. Les divergences «naturelles», attisées paf les Agents des Illuminati entre les Empires Britannique et Allemand devaient servir à fomenter cette guerre. Le conflit terminé, le Communisme devait se constituer et être utilisé pour détruire les autres gouvernements et affaiblir les religions.
  2. La Deuxième Guerre Mondiale devait être fomentée en jouant sur les divergences entre Fascistes et Sionistes Politiques. Cette guerre devait permettre la destruction du Nazisme et accroître la puissance du Sionisme Politique de façon à ce que l’État souverain d’Israël put s’établir en Palestine. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la puissance du Communisme International devait arriver au niveau de celle de la Chrétienté tout entière. Arrivé à ce point, il devait être contenu et mis en réserve jusqu’à son utilisation pour le dernier cataclysme social. Toute personne informée peut-elle nier que Roosevelt et Churchill aient mis cette politique à exécution ?
  3. La Troisième Guerre Mondiale doit être fomentée grâce aux divergences que les agents des Illuminati attiseront entre Sionistes Politiques et dirigeants du monde Musulman. On doit diriger la guerre de façon à amener la destruction de l’Islam (le Monde Arabe y compris, la religion de Mahomet) et du Sionisme Politique (comprenant l’État d’Israël). Dans le même temps, les autres nations une fois de plus divisées entre elles à ce propos, seront acculées à se combattre jusqu’à un état de destruction physique, mentale, spirituelle et économique totale.

Lorsqu’on raisonne et que l’on n’est pas «déformé», peut-on nier le fait que l’intrigue actuelle au Proche, Moyen et Extrême-Orient est destinée à l’accomplissement de ce dessein diabolique ? [10]

Le 15 août 1871, Pike expliqua à Mazzini qu’une fois la Troisième Guerre Mondiale terminée, ceux qui aspiraient à la domination mondiale absolue provoqueraient le plus grand cataclysme social que le inonde ait jamais subi.

Nous rapportons ses propos (ses propres mots relevés dans la lettre répertoriée à la Bibliothèque du British Muséum de Londres) :

«Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoquerons un formidable cataclysme social qui montrera aux nations, dans toute son horreur, l’effet de l’athéisme absolu, à l’origine de la sauvagerie la plus sanglante et du bouleversement intégral. Ainsi obligés de se défendre partout contre la minorité de révolutionnaires, les citoyens extermineront ces destructeurs de la civilisation. La multitude, emplie de désillusions vis-à-vis du Christianisme dont les adorateurs seront à ce moment désorientés et à la recherche d’un idéal, sans plus savoir vers où diriger leur adoration, recevra la véritable lumière par la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer. Elle sera enfin révélée au peuple, cette manifestation qui résultera du mouvement réactionnaire général suivant de près la destruction du Christianisme et de l’Athéisme, tous les deux conquis et détruits au même instant. »

Lorsque Mazzini mourut en 1872, Pike fit d’un autre dirigeant révolutionnaire Italien, Adriano Lemmi, son successeur. La succession de Lemmi revint ensuite à Lénine [11] et à Trotsky.

Les activités révolutionnaires de ces hommes furent financées par les Banquiers Internationaux français, britanniques, allemands et américains. Le lecteur doit se rappeler que les Banquiers Internationaux d’aujourd’hui comme les changeurs d’argent de l’époque du Christ ne sont que des outils ou des agents des Illuminati.

On a fait croire au grand public que le Communisme était un mouvement des travailleurs (Soviets) pour détruire le Capitalisme. «Pawns in the Game» [«Des Pions sur l’Échiquier»] et « The Red Fog over America» [«Le Brouillard Rouge sur L’Amérique»], suite de [Pawns in the Game] montrent comment des Officiers des Services Secrets Britanniques et Américains ont acquis des preuves irréfutables établissant formellement que les capitalistes internationaux, agissant par le biais de leurs banques internationales, avaient financé les deux partis de chaque guerre et de chaque révolution depuis 1776 [12] . Ceux qui forment aujourd’hui la Synagogue de Satan dirigent nos gouvernements en les tenant par l’usure. Ils les font participer aux guerres et aux révolutions, en application des plans de Pike : amener le monde à cette phase de la conspiration où le Communisme Athée et la Chrétienté entière se rencontreront en une guerre totale autant à l’intérieur de chaque nation qu’a l’échelle internationale.

Un grand nombre de documents prouvent que Pike, comme Weishaupt, était le chef de la Prêtrise Luciférienne de son époque : En plus de la lettre qu’il adressa à Mazzini en 1871, il en écrivit une attiré aux dirigeants de ses Conseils Palladiens le 14 Juillet 1889. Elle tomba dans les mains d’autres personnes que celles auxquelles elle était destinée. Elle avait été écrite pour expliquer le dogme Luciférien, en particulier l’adoration de Satan et celle de Lucifer. Pike déclarait en partie :

«Nous disons à la foule que «nous adorons Dieu». Mais il s’agit du Dieu que l’on adore sans superstition. La religion devrait être, pour nous tous, initiés des hauts grades, maintenue dans la pureté de la doctrine Luciférienne. Oui ! Lucifer est Dieu. Et par malheur Adonaï (le nom donné par les Lucifériens au Dieu que nous adorons — n.d.a.) est aussi Dieu… car l’absolu ne peut exister qu’en tant que dualité divine. Ainsi, la doctrine du Satanisme est une hérésie : la véritable et pure religion philosophique, c’est la croyance en Lucifer, l’égal d’Adonaï. Mais Lucifer, Dieu de Lumière et Dieu de Bonté combat pour l’humanité contre Adonaï, le Dieu des Ténèbres et du Mal. [13] ».

La propagande mise en œuvre par les dirigeants de la Conspiration Luciférienne a fait croire au grand public que ceux qui s’opposent au Christianisme sont athées. C’est un mensonge délibéré, véhiculé afin de cacher les plans secrets des Grands Prêtres de la fausse foi luciférienne qui dirigent la Synagogue de Satan. Leur but, c’est que le genre humain en arrive à juger impossible l’établissement sur cette terre du plan de Dieu : l’ordonnancement de l’univers tel qu’il l’expliqua à nos premiers parents au Jardin d’Eden, selon la Genèse. Les Grands Prêtres de la fausse foi luciférienne exercent dans les ténèbres et restent dans les coulisses. Ils gardent leur identité et leur véritable dessein secrets même vis-à-vis de la grande majorité de ceux qu’ils trompent en leur faisant accomplir leur volonté et poursuivre leurs plans et visées secrètes. Ils savent que le succès final dépend de leur capacité à garder leur identité et leur véritable dessein dans le secret jusqu’à ce qu’aucune intelligence ou puissance ne puisse les empêcher de couronner leur Despote-Roi, dirigeant du monde entier. [14] Le succès final de leur conspiration, c’est l’usurpation des pouvoirs du Gouvernement Mondial.

Les Saintes Écritures ont prédit que ce que Weishaupt et Pike prévoyaient de mettre à exécution, aboutirait au contrôle de cette terre par les forces Spirituelles du Mal. L’Apocalypse, au chapitre XX, nous apprend comment, une fois que les choses que nous avons décrites se seront déroulées, Satan sera lié pour un millier d’années. Je n’ai pas la prétention de le savoir ce que le terme «un millier d’années» signifie en «mesure de temps». Mais d’après ce que j’ai pu apprendre de la Conspiration Luciférienne, à la lumière des Saintes Écritures, je suis arrivé à la conclusion que la neutralisation de Satan et des forces sataniques sur cette terre, peut se produire beaucoup plus rapidement si l’entière vérité à propos de l’existence de la Conspiration Luciférienne est révélée aussi vite que possible à tous les peuples de toutes les nations. [15]

On a retrouvé des lettres de Mazzini révélant comment les Grands Prêtres de la fausse foi luciférienne gardaient leur identité et leur véritable dessein secrets. Dans une lettre que Mazzini écrivit à son associé révolutionnaire, le Docteur Breidenstein, quelques années avant sa mort, il disait :

«Nous constituons une association defières en tous les points du globe. Nous souhaitons briser tous les jougs. Cependant, il y en a un d’invisible que l’on peut à peine sentir et il pèse sur nous. D’où vient-il ? Où est-il ? Personne ne le sait ou bien ne veut le dire. Ce joug est secret même pour nous les vétérans des sociétés secrètes».

En 1925 Son Éminence le Cardinal Caro y Rodriguez, Archevêque de Santiago au Chili publia un livre intitulé «Le Mystère de la Franc-Maçonnerie dévoilé» afin d’exposer comment les Illuminati, les Satanistes et les Lucifériens avaient constitué une société secrète à l’intérieur d’une société secrète. Il fournissait un grand nombre de preuves montrant que même les Francs-Maçons des 32 ème et 33 ème degrés ne savaient pas ce qui se passait dans les Loges du Grand Orient, dans celles du Rite Palladien Nouveau et Réformé de Pike, ainsi que dans les Loges d’Adoption dans lesquelles sont initiés les membres féminins de la conspiration. A la page 108, il cite une autorité en la matière ; Margiotta, pour prouver qu’avant que Pike n’eût sélectionné Lemmi pour assurer la succession de Mazzini en tant que Directeur du Mouvement Révolutionnaire Mondial, Lemmi était déjà un Sataniste enragé et confirmé, mais qu’il ne fut initié à l’Idéologie Luciférienne qu’après avoir été sélectionné.

Le fait que les Grands Prêtres de la fausse foi Luciférienne aient introduit sur cette terre l’adoration de Satan dans les premiers grades des Loges du Grand Orient et des Conseils du Rite Palladien, puis aient initiés les individus choisis au Grand Secret — que Lucifer est le Dieu, l’égal d’Adonaï — intrigua bon nombre d’historiens et de chercheurs. Les Saintes Écritures ne mentionnent Lucifer que quelques fois seulement : en Isaïe XIV, en Saint Luc X, 18 et en l’Apocalypse IX, 1-11. La Doctrine Luciférienne toutefois, déclare fermement que Lucifer dirigea la révolte Céleste ; que Satan est le «fils aîné» de Dieu (Adonaï) et le frère de St Michel qui mit en déroute la Conspiration Luciférienne au Ciel. Les enseignements lucifériens proclament aussi que St Michel vint sur Terre en la personne de Jésus-Christ pour essayer de réaliser de nouveau ce qu’il avait accompli au Ciel… mais échoua. Lucifer, Satan, le diable (appelez-le comme vous voulez) est le père du mensonge ; il est donc clair que ces forces spirituelles ténébreuses trompent énormément de soi-disant intellectuels et leur font accomplir leur volonté comme elles le firent au Ciel.

La chose importante dont nous devons nous rappeler c’est que selon la Révélation, il doit y avoir un jugement final. Satan brisera ses liens ou sera délié de ses liens qui le maintenaient attaché pour un millier d’années. Il apportera de nouveau le chaos sur cette Terre. Ensuite le Christ interviendra en faveur des élus et Dieu séparera les agneaux des boucs. On nous a prévenu que ceux qui se sont séparés de Dieu seront menés au chaos ultime et à la confusion par Lucifer, Satan ou le Démon pour toute l’éternité, qu’ils haïront leurs maîtres, eux-mêmes et les autres parce qu’ils réaliseront qu’ils ont été trompés en se séparant de Dieu et surtout qu’ils auront perdu pour toujours son amour et son amitié.

Il sera facile pour le lecteur des deux livres «Des Pions sur l’Échiquier» et «Le Brouillard Rouge sur l’Amérique» de réaliser que le combat actuel n’est pas de nature temporelle ou «de ce monde». Son point de départ fut cet endroit de l’univers que nous appelons «Le Monde Céleste». Son but est de gagner et d’arracher les âmes humaines au Dieu Tout Puissant.

Des théologiens savants ont déclaré que Lucifer, Satan ou le diable, est un pur esprit, par conséquent indestructible. Sachant qu’il est menteur, il est toujours enclin à amener en enfer le plus possible d’âmes avec lui pour qu’elles partagent son désespoir. Ce fait établi, notre devoir est clair : nous devons faire connaître la vérité sur cette question à notre prochain aussi vite que possible pour qu’il puisse éviter les embûches et les pièges disposés par ceux qui servent les desseins du Démon. Mais aussi pour voir clair dans les mensonges et les tromperies de ceux qui parcourent le monde en vue de consommer la ruine des âmes. Les Guerres et les Révolutions donnent au Démon ses plus grandes moissons d’âmes humaines parce que «Beaucoup sont appelés et peu sont élus» (St Matthieu XX, 16 ; XXII, 14). On entend souvent dire que ce qui se passe aujourd’hui dans le monde n’est qu’une «Guerre en vue de conquérir les esprits des hommes». C’est seulement une demi-vérité, pire qu’un mensonge.

Le complot de Weishaupt prévoit :

  1. L’Abolition de tous les gouvernements nationaux.
  2. L’Abolition de l’héritage.
  3. L’Abolition de la propriété privée.
  4. L’Abolition du patriotisme.
  5. L’Abolition de la maison individuelle et de la vie de familiale, cellule à partir de laquelle toutes les civilisations ont été bâties.
  6. L’Abolition de toutes les religions établies et existantes de façon à ce que l’on puisse imposer l’Idéologie Luciférienne du totalitarisme à toute l’humanité.

Les Quartiers Généraux de la Conspiration vers la fin des années 1700, étaient à Francfort en Allemagne où la Maison Rothschild avait été établie et où elle liait ensemble d’autres financiers internationaux qui avaient littéralement «vendu leurs âmes au diable». Après la découverte de la conspiration par le Gouvernement Bavarois en 1786, les Grands Prêtres de la foi Luciférienne établirent leurs quartiers généraux en Suisse. Depuis la Deuxième Guerre Mondiale les Quartiers Généraux ont été installés au Harold Pratt Building de New-York. Les Rockfeller ont remplacé les Rothschild dans les manipulations financières.

Dans la phase finale de la conspiration, le gouvernement sera représenté par un Roi-Despote, celui de la Synagogue de Satan, et de quelques milliardaires, économistes et scientifiques qui auront prouvé leur dévotion à la Cause Luciférienne. Tout le reste sera intégré dans une sorte de conglomérat d’humanité métissée, grâce à l’insémination artificielle pratiquée à une échelle internationale. Aux pages 49-51 de «L’Impact de la Science sur la Société», Bertrand Russel déclare que l’on utilisera seulement moins de 30% de la population féminine et 5% de la population masculine à des fonctions de reproduction. Celle-ci sera strictement limitée et des quotas seront fixés pour assurer les besoins de l’État.

Je conclurai mon introduction en citant quelques passages d’une conférence que donna aux membres de la Loge du Grand Orient de Paris un haut dirigeant du Rite Palladien de Pike, au début de ce siècle. Il disait :

«Sous notre influence, l’application des lois des Goyim a été réduite au minimum. Le prestige de la loi a été vidé de son sens par l’immixtion d’interprétations libérales. Dans les affaires, les questions les plus importantes et fondamentales, les Juges décident selon ce que nous leur dictons, à savoir considérer ces matières grâce à notre lumière pour l’administration des Goyim. Bien entendu nous le faisons par le biais de personnes qui sont nos instruments et nous n apparaissons en aucune façon. Même le Sénat et la Haute Administration acceptent nos Conseils…»

Ceci expliquerait l’incident de «Little Rock» qui eut lieu un demi-siècle plus tard.

Est-il possible à une personne qui réfléchit un temps soit peu de nier le fait que la conspiration révisée par Weishaupt vers la fin des années 1700 et les plans dressés par Pike vers la fin des années 1800 ont évolué exactement comme c’était prévu ? Les Empires de Russie et d’Allemagne ont été détruits. Ceux de Grande-Bretagne et de France réduits à des puissances de troisième ordre. Les têtes couronnées sont tombées comme des fruits plus que mûrs. La population mondiale a été divisée deux fois en des partis opposés suite à la propagande mise en œuvre par les Illuminati. Deux Guerres mondiales ont vu les Chrétiens se tuer avec efficacité par dizaines de millions. Le combattant engagé dans ce conflit n’avait pas la moindre animosité vis-à-vis de celui d’en face. Deux des Grandes Révolutions, celles de Russie et de Chine, ont réalisé ces desseins et le Communisme est arrivé jusqu’à une puissance équivalente à celle de la Chrétienté tout entière. L’Intrigue qui se déroule maintenant au Proche et Moyen Orient fomente la Troisième Guerre mondiale.

Après cela, à moins que le poids de l’opinion publique informée ne l’empêche, viendra le dernier cataclysme social. Il en résultera un esclavage spirituel, mental et physique absolu.

Est-il possible à une personne informée de nier le fait que .le Communisme est toléré dans les soi-disant pays libres ? La branche spéciale des Services Secrets Britanniques ; le R.C.M.P Canadien et le F.B.I. Américain pourraient arrêter tous les dirigeants Communistes en vingt-quatre heures s’ils en recevaient l’ordre. Mais ils n’en ont pas l’autorisation. Pourquoi ? La réponse est simple. Le Communisme est «contenu» au niveau des gouvernements nationaux et internationaux sur le conseil d’agents des Illuminati, qui produisent ensuite bon nombre d’excuses peu convaincantes à propos de la politique actuelle de la Grande-Bretagne, du Canada et des États-Unis envers le Communisme International et National. Et même si le F.B.I. ou le R.C.M.P. agissaient, les Juges des Cours Suprêmes des deux pays trouveraient des raisons juridiques pour que les personnes arrêtées soient relâchées.

Cette attente serait ridicule si l’on ignore que le Communisme doit être «contenu» afin de servir au dernier cataclysme social.

N’est-ce pas le moment pour les Chrétiens de constater la réalisation de ce danger ? N’est-ce pas le moment pour les parents de refuser que leurs enfants soient utilisés comme chair à canon de la Cause Luciférienne ?

La Fédération des Laïcs Chrétiens que j’ai l’honneur de présider a fait le nécessaire pour que la connaissance acquise jusqu’à ce jour des différents aspects de la conspiration soit disponible. Nous avons publié «Des Pions sur l’Échiquier» et «Le Brouillard Rouge sur l’Amérique» sous forme de livres ainsi que d’autres brochures. Nous tenons au courant ceux qui ont lu nos livres des progrès de la conspiration en éditant une lettre mensuelle intitulée «News Behind the News» (Des Nouvelles Derrière les Nouvelles). Nos prédictions sur les événements à venir sont fondées sur notre connaissance de l’existence de la conspiration.

Et nos prédictions se sont avérées étonnamment exactes, à tel point que : nous avons suscité l’intérêt des personnes qui veulent bien penser, dans le monde entier. Nous les invitons à nous rejoindre. Donnez vous la peine d’acquérir une connaissance complète des différeras aspects de la conspiration et transmettez ensuite cette connaissance à d’autres. Faites cela et la puissance d’une opinion publique informée deviendra la plus grande force sur cette terre.

Je vous conjure de vous organiser en ligues de citoyens chrétiens ou en groupements semblables. Utilisez-les comme groupes d’études. Utilisez-les pour élire des hommes qui sont des citoyens loyaux’ 161 . Mais avant de sélectionner un candidat pour une fonction publique, assurez-vous de sa connaissance des différents aspects de la Conspiration Internationale au niveau des gouvernements municipaux, régionaux et fédéraux. Tous les Mondialistes ne serviraient pas la Synagogue de Satan s’ils étaient éclairés par la Vérité. Il est de votre devoir de les informer de la Vérité. Les ligues civiques chrétiennes ne doivent pas avoir de Parti ne doivent pas être classées à droite ou à gauche. Leur but devrait être le rétablissement de Dieu dans la politique de façon à ce que nous puissions établir le gouvernement selon Son Plan de direction de l’Univers tel nous l’a révélé dans les Écritures par Son Fils Unique, Notre-Seigneur Jésus-Christ. Alors seulement Sa volonté sera faite comme elle l’est au Ciel. A mon humble avis, Dieu n’interviendra pas en notre faveur avant que ceci ne soit fait et que les mots de la Prière du Seigneur ne soient accomplis.

William Guy CARR
Clearwater Fia., 13 octobre 1958

1-dollar

L’insigne de l’Ordre des Illuminati est inscrit sur la gauche du billet de 1 Dollar. Il fut adopté par Weishaupt lorsqu’il fonda l’ordre, le 1er mai 1776. C’est cet événement qui est symbolisé par le mdcclxxvi à la base de la pyramide et non pas la date de la signature de la Déclaration d’Indépendance comme les personnes non-informées ont pu le supposer.

La signification du symbole est la suivante : la pyramide représente la conspiration pour la destruction de l’Église Catholique et l’établissement du «Gouvernement Mondial» ou dictature des Nations-Unies; c’est le «secret» de l’Ordre.

L’œil irradiant dans toutes les directions représente «l’œil qui espionne tout». Il symbolise l’agence d’espionnage terroriste, sorte de «Gestapo» que Weishaupt fonda sous le nom de «Frères Insinuants» afin de garder le «secret» de l’Ordre, pour terroriser les populations et leur faire accepter sa règle. Cette G. RU. exerça son premier Règne de la Terreur lors de la Révolution Française ; c’était sa mise en place en tant qu’instrument. On reste stupéfait de constater que l’électorat tolère encore l’utilisation de cet insigne comme élément constitutif du
Grand Sceau des États-Unis.

«Annuit cœptis» signifie «Notre entreprise (la conspiration) a été approuvée, couronnée de succès».

Au-dessous, «novus ordo seclorum» explique la nature de l’entreprise : la signification en est «Un Nouvel Ordre Social» ou une «Nouvelle Donne» (New Deal).

Il faut savoir que cet insigne a été utilisé par la Franc-Maçonnerie seulement après la fusion avec l’Ordre des Illuminati au Congrès de Wilhelmsbad, en 1782.

Benjamin Franklin, John Adams (parent de Roosevelt) et Thomas Jefferson, ardent Illuminé, proposèrent l’insigne comme verso du sceau des États-Unis, dont le recto avait pour symbole l’aigle. Le Congrès l’adopta le 10 Juin 1782. Lors de l’adoption de la Constitution, le Congrès décréta par acte du 15 septembre 1789 qu’il conservait le même Sceau. Le Département d’État a toutefois déclaré dans ses dernières publications à ce sujet (2860) que «Le verso n’a jamais été séparé et utilisé comme sceau» et qu’on a seulement utilisé le côté portant le symbole de l’aigle en tant que sceau officiel et armoiries. Il fut imprimé la première fois sur la gauche du verso des billets de un dollar au début de la période de New Deal en 1933, sur l’ordre du Président Franklin Delano Roosevelt.

Quelle est la signification réelle de ce symbole digne de la Gestapo, soigneusement camouflé jusqu’à son apparition au début du New Deal, si bien que les Américains eux-mêmes ne commissent généralement son existence qu’en tant que symbole maçonnique, et que très peu se doutent de sa véritable signification ?

Il ne peut signifier qu’une chose: avec l’avènement du New Deal, les Conspirateurs Socialo-Communisto-Illuministes, successeurs du Professeur Weishaupt, considéraient que le peuple approuvait leur entreprise, qui allait être couronnée de succès.

Dans les faits, ce sceau proclame à l’attention des Mondialistes que la puissance entière du Gouvernement des États-Unis est maintenant passée sous le contrôle des agents des Illuminati, et que cette puissance adoptera de gré ou de force les politiques voulues par ceux qui cherchent à faire appliquer toujours mieux leurs plans secrets de sape et de destruction des gouvernements du soi-disant «Monde Libre», et de toutes les religions. L’Objectif est que la Synagogue de Satan puisse usurper les pouvoirs du premier Gouvernement Mondial établi et imposer ensuite une dictature totalitaire luciférienne sur ce qui resterait de l’espèce Humaine.


Notes :

  1. Les différentes étapes du paganisme, de la création de l’homme à aujourd’hui, sont admirablement résumées dans Le Traité du Saint Esprit de Monseigneur Gaume.(n.d.l.r.).
  2. Voir l’ouvrage référencé en note [1].
  3. William Guy Carr a écrit une brochure passionnante et peu connue sur ce sujet ; elle est recensée en fin d’ouvrage : «La conspiration mondiale dont le but est de détruire tous les gouvernements et les religions en place» (n.d.l.r.).
  4. C’est exactement l’objectif recherché avec la création d’organismes supranationaux comme, pour l’Europe, le Parlement européen. De tels organismes, paravents du pouvoir occulte, détruisent les États souverains lesquels, dirigés comme «Des Pions sur l’Échiquier», abandonnent leur souveraineté en de nombreux domaines depuis quelques années. Précisons que pour l’auteur l’expression Pions sur l’Échiquier englobe tant les gouvernants que les gouvernés (n.d.l.r.).
  5. Le lecteur conscient de tout cela, aura certainement remarqué que la guerre engagée par les internationalistes contre la Serbie a, curieusement, coïncidé avec la fin du Monicagate ! Hasard ? Voir l’ouvrage Maitreya aux Ed. Delacroix (n.d.l.r.).
  6. N’est-ce pas ce que les gouvernements sociaux-démocrates européens d’aujourd’hui veulent faire croire à leurs propres électeurs’ ? (n.d.l.r.).
  7. Aujourd’hui, (dit W.G. Carr), trois de ces écoles spéciales existent: Gordonstown en Ecosse ; Salem en Allemagne et Anavryta en Grèce. Le Prince Philip, époux de la Reine Elizabeth d’Angleterre fut élevé à Gordonstown sur la décision de Lord Louis Mountbatten, son oncle, qui devint l’Amiral de la Flotte Britannique à la fin de la Deuxième Guerre mondiale (n.d.a.).
  8. Nul doute que les hommes qui ont bénéficié d’importants appuis financiers pour dominer le journalisme ambiant des derniers siècles ont travaillé à ce qui constitue notre réalité quotidienne.
  9. Ce que nous révèle W.G. Carr est à rapprocher d’une révélation de la bienheureuse Anna Maria Tegi à qui N.S.J.C. apprit que «le temps de la Purification serait abrégé lorsque les cinq arbres d’hérésie qui infestent la forêt seraient déracinés. Ces cinq arbres sont : le nationalisme, le libéralisme, le maçonnisme, le modernisme et le socialisme» (cité par le P. Bessières S.J. dans sa biographie d’Anna-Maria Taïgi — DDB 1936 — page 188). Le nationalisme n’est donc pas chrétien : le mot et le concept, tons deux ignorés avant la Révolution Française, ont été forgés par Adam Weishaupt lui-même, fondateur des Illuminés de Bavière. Les échecs de la droite nationale en France ne sont dus qu’à cela… (n.d.t.).
  10. Que penser aujourd’hui du conflit engagé par les internationalistes contre l’Irak… c’est-à-dire le monde musulman ? Et ce, curieusement en 1990, exactement moment où la notion d’Ordre Mondial était propagée par les hommes politiques occidentaux ! (n.d.l.r.).
  11. Bien avant 1917, Lénine fut initié sur l’île de Capri par les héritiers du Sanhédrin Juif de Caïphe, les Illuminati. Il sut ainsi quel était le Plan du Complot pour la période séparant la fin de la Seconde Guerre mondiale de la dernière conflagration… ce dernier conflit qui devrait voir le triomphe (temporaire) du Communisme. De ce Plan, voici ce qu’en dit Lénine en juin 1919 : «Dans un premier temps, nous détruirons les empires des pays capitalistes. Dans un second temps, nous occuperons ces empires. Dans un troisième temps, nous créerons une crise ‘ »économique sans précédent. Dans un quatrième temps, nous créerons une crise sociale telle que l’Europe tombera comme un fruit mûr» (Le scénario de cette quatrième étape est dévoilé avec précision dans l’ouvrage «Maitreya», leader probable de la conspiration mondialiste) (n.d.l.r.).
  12. Pendant la guerre de 1939/45, M rs Bella Dodd qui était le chef du Parti communiste à New York, raconta comment elle devait prendre contact avec trois hommes qui résidaient à l’hôtel Waldorf Towers, en cas de difficulté quelconque. Ces derniers lui donnaient les consignes à suivre. Ce qui intrigua M 1S Bella Dodd fui que ces trois hommes n’avaient non seulement rien à voir avec le Parti communiste, mais que leurs directives ne furent jamais contredites par Moscou ! Il s’agissait d’hommes d’affaires américains extrêmement fortunés qui n’étaient pas des espions au service de Moscou (n.d.l.r. : cf. extrait de notre brochure sur Jirinovski).
  13. Cette approche luciférienne est parfaitement illustrée dans le dessin animé «Le Roi Lion» de W. Disney (qui fut d’ailleurs un prêtre luciférien). Le lecteur intéressé trouvera le décodage complet de ce dessin animé si médiatique dans la brochure suivante : «Le sens de l’Histoire à partir de la Sainte Écriture» recensée en fin d’ouvrage (n.d.l.r.).
  14. Pour le moment, en cette fin de siècle, les milieux ésotériques gnostiques de la Synagogue de Satan ont Maitreya pour leader (n.d.l.r.).
  15. La révolte de l’homme contre Dieu est d’abord une question de volonté et ensuite, une question d’intelligence. Il faut utiliser les mêmes qualités d’entendement et de ténacité pour la combattre. Mais, il faut aussi que ce complot soit dénoncé et que l’information passe : dans ce sens W.G. Carr est sans doute optimiste. Dans son encyclique sur la Franc-Maçonnerie Humanum Genus de 1888, Léon XIII, par exemple, avait dénoncé le complot de la Contre-Église mais cela n’a pas donné beaucoup de résultat. Il est vrai, par ailleurs, que Léon XIII n’avait dénoncé que la piétaille, c’est-à-dire la F. :M. :, et non pas les généraux-en-chef [Les Illuminati]. (n.d.t.).
  16. W.G. Carr écrivait cela en 1958 : depuis, des verrous ont été posés partout où un semblant d’autorité pourrait être pris par un chrétien affiché (n.d.t.).
  • Broché : 368 pages
  • Editeur : Saint-Remi; (1 mai 2010)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2845191197
  • ISBN-13 : 9782845191198
  • Format : 15 x 21 x 2 cm


La conspiration mondiale

Dont le but est de détruire tous les gouvernements et religions en place

Année : 1955
Téléchargement : La conspiration mondiale [PDF]

Carr_William_Guy_-_La_conspiration_mondialeLes deux derniers ouvrages du Commodore William Guy CARR paraissent aujourd’hui après sa mort (1995 – † 1959). Le premier et le plus modeste d’entre eux est le présent travail qui date de 1958. Ces écrits traitent de la Conspiration Internationale et leur matière repose sur des enquêtes et des études qui ont conduit l’auteur dans presque tous les pays du monde. William Guy Carr a eu une carrière navale exemplaire. Ses analyses profondes en Histoire et en Géopolitique, servies par un esprit pénétrant ont couronné de succès ses tentatives implacables de remonter les événements jusqu’à leur source, avant leur conclusion ultime.

La ‘‘Conspiration’’ n’est pas destinée à l’individu politiquement inculte, qu’il soit ou non le produit de l’Université… C’est un sujet destiné aux hommes déjà conscients du fait que nous assistons à une course à l’abîme de notre Civilisation Occidentale, due à un grand nombre d’influences qui oeuvrent de concert. Et le hasard n’est pas de la partie… En écrivant pour de tels hommes, William Carr ne fait preuve d’aucun esprit rancunier, de cet esprit qui caractérise certains patriotes. William Carr préconise en revanche l’amour et la patience. ‘‘Vous serez jugés – déclarait-il – sur l’effort que vous aurez consacré à ce travail, non pas sur les résultats que vous aurez obtenus. Vous n’avez pas à vous en imputer la faute. Usez de patience et non pas de force. Faites preuve de bon sens et non pas de dénigrement. Soyez aimable et réfléchi au lieu d’être batailleur et agressif. Inclinez les gens à penser et ensuite laissez-les réfléchir eux-mêmes à la question’’.

Il n’est pas étonnant que les livres de William Guy Carr aient été si bien accueillis. Certains de ses ouvrages ont même été réédités plusieurs fois. Bien que W.G. CARR soit décédé, on peut facilement l’imaginer dans un engagement très actif au service de la Vérité… dans son nouvel état…

La Conspiration Visant a Detruire Tous les Gouvernements et Religions Existants

Réédition intégrale & Traduction : Hades éditions

La Conspiration, telle que disséquée dans le présent ouvrage nous offre une grille de lecture essentielle pour comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui se joue en coulisse par les plus hautes élites des milieux financiers, politiques et religieux. William Guy Carr, par un travail d’enquête chirurgical, remonte à la genèse de la Conspiration Luciférienne, et dénonce les agents qui tentent depuis toujours d’établir un parfait contrôle sur nos existences et nos âmes, pour ainsi nous faire accepter l’asservissement total en un seul Gouvernement Mondial ainsi qu’en un seul Roi Despote.

L’auteur, par le biais de diverses sources – notamment certaines correspondances entre hauts dirigeants maçonniques (comme la désormais célèbre lettre entre Pike et Mazzini) – nous démontre le profond complot dont nous faisons l’objet à chaque instant, mais également que la Conspiration n’a -avant tout- qu’un but mystique et eschatologique. Cet ouvrage est certainement le plus synthétique de tous les ouvrages de William Guy Carr. En effet, ce livre qui se veut donc très clair et compréhensible, était destiné à l’origine à alerter le grand public, et l’auteur ne cessait de demander à tous ses lecteurs de le diffuser massivement au plus grand nombre de personnes possible, dans une démarche de pure charité chrétienne. Que le publique adhère ou non aux informations contenues dans ce livre, le but premier pour Carr était principalement de l’alerter afin qu’il puisse ainsi être totalement informé et donc être en pleine mesure de choisir. Ce que l’œuvre de Carr a apporté n’est désormais plus à prouver, et le nombre d’auteurs étant inspirés de ses travaux est de nos jours pratiquement incalculable.
« Le Diable se cache derrière les détails. » – Friedrich Nietzsche.
  • Broché: 70 pages
  • Édition : Hades éditions (12 juillet 2014) et ESR (Edition Saint-Remi)
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1092128093
  • ASIN: B00LUINGX4
  • Dimensions du produit: 0,8 x 15 x 21 cm

Citations

Voici ce que nous devons dire à la foule. Nous adorons un Dieu, mais il s’agit du Dieu que l’on adore sans superstitions… La religion maçonnique devrait être, pour nous tous, initiés des hauts grades, maintenue dans la pureté de la Doctrine Luciférienne… Si Lucifer n’était point Dieu, Adonaï et ses prêtres, – dont tous les actes attestent la cruauté, la perfidie, la haine de l’Homme, la barbarie et la répulsion pour la science – le calomnieraient-ils ? Oui ! Lucifer est Dieu. Et malheureusement, Adonaï l’est aussi. Car la loi éternelle est qu’il n’y a pas de splendeur sans ombre, pas de beauté sans laideur, pas de blanc sans noir ; car l’absolu ne peut exister que de manière binaire… Donc, la doctrine du satanisme est une hérésie ; et la vraie et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer, égal d’Adonaï. Mais Lucifer, le Dieu de Lumière et le Dieu du Bien, lutte pour l’humanité contre Adonaï, le Dieu des Ténèbres et le Dieu du Mal… (Carr cite Abel Clarin De La Rive, « La femme et l’enfant dans la franc-maçonnerie »).
En 1800, la Capitaine W. Morgan* prit sur son devoir d’informer les autres francs-maçons, à savoir ; pourquoi et comment les Illuminati usaient de leurs loges à des fins subversives.
* William Morgan (1775 – vers 1826) était un franc-maçon américain résidant à Batavia dans l’état de New-York qui s’est ensuite tourné vers l’anti-maçonnisme. Par la suite, il publia une divulgation exposant les secrets de la franc-maçonnerie. Peu après, le 11 Septembre 1826, il disparu sans laisser de traces. On prétendit qu’il fut arrêté, enlevé et et apparemment assassiné. La découverte d’un cadavre près de fort Niagara, pourtant non identifié, le 7 Octobre 1827, provoqua un choc dans l’opinion publique. Trois maçons, Loton Lawon, Nicholas Chesebro et Edouard Sawyer, furent accusés et condamnés pour l’assassinat de Morgan. Un des trois avoua sur son lit de mort qu’ils l’avaient enlevé puis noyé en attachant des rochers à ses pieds.
N.B.N. affirmait en 1956 que la révolte hongroise avait été organisée par les Illuminati hors de la Hongrie et que son but était de tester en situation réelle la faisabilité du plan de Pike, à savoir provoquer le cataclysme social final entre les gens contrôlés par les communistes athées et ceux qui professent le christianisme.
En 1789, John Robison, lui-même haut maçon, confirma que les Illuminati s’étaient infiltrés dans les loges maçonniques américaines.


Brouillard rouge sur l’Amérique

Brouillard rouge sur l'AmeriqueTraduction française de « Red fog over America » (1957), suite de l’ouvrage « Des Pions sur l’Échiquier ». Son auteur, le Commodore William Guy Carr (1895-1959) , de la Marine Royale Canadienne, fut longtemps membre des Services de Renseignements et se consacra à partir de 1931, sauf pendant l’interruption de la guerre, à des tournées de conférences destinées à faire connaître la « Conspiration Internationale ».

William Carr a subit plusieurs tentatives d’assassinats par les agents de la conspiration internationale, comme il le raconte dans son livre. « Brouillard rouge sur l’Amérique » est publié pour prouver que le plan « à long terme » dévoilé dans les Protocoles prédisait avec une exactitude absolue le développement de la conspiration internationale depuis 1773 jusqu’à la fin.

  • Broché: 474 pages
  • Editeur : Groupe Saint-Rémi (1 décembre 2011)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2816201341
  • ISBN-13: 978-2816201345
  • Dimensions du produit: 20 x 0,1 x 14,5 cm
  • (voir fiche en ligne : notations, commentaires)

TABLE DES MATIÈRE
Les éléments en vert sont publiés plus bas

  • GLOSSAIRE DE TERMES ET D’EXPRESSIONS…..3
  • LISTE D’ABRÉVIATIONS…..14
  1. LA CONSPIRATION INTERNATIONALE  LES PROTOCOLES – EXPLICATION DU COMPLOT…16
  2. COMMENT JE SUIS ARRIVÉ AU CANADA… ET POURQUOI…51
  3. COMMENT DIVERSES FORMES DE SUBVERSION  SE SONT DÉVELOPPÉES AU CANADA…61
  4. LA CONSPIRATION ET LA CLANDESTINITÉ COMMUNISTE…76
  5. COMMENT LES CONSPIRATEURS UTILISENT  LES TRAFICS EN TOUS GENRES…93
  6. LES CONSPIRATEURS, LA TRAITE DES BLANCHES  ET LE TRAFIC DE DROGUES…115
  7. COMMENT LES CONSPIRATEURS INFILTRENT LA SOCIÉTÉ ET CORROMPENT LES FONCTIONNAIRES…128
  8. ENQUÊTE SUR LE SERVICE DES DOUANES…139
  9. LA SUBVERSION DANS LES AFFAIRES RELATIVES AUX ANCIENS COMBATTANTS ET DANS LES FORCES ARMÉES…153
  10. SYNDICALISME ET CONSPIRATION INTERNATIONALE…192
  11. DES ÉLÉMENTS SUBVERSIFS DANS LA MARINE DE GUERRE ET LA MARINE MARCHANDE…223
  12. ACTIVITÉS COMMUNISTES AU CANADA….238
  13. RÉSEAUX D’ESPIONS…276
  14. LA CONSPIRATION DANS LES SCIENCES SOCIALES….293
  15. COMMENT LES CONSPIRATEURS METTENT LA MAIN SUR LA POLITIQUE ET L’ÉCONOMIE…351
  16. QUO VADIS ? LES DANGERS À VENIR PRESQUE ENTIÈREMENT MASQUÉS PAR LE « BROUILLARD ROUGE » DE LA PROPAGANDE…398
  • ANNEXE I  LA RÉUNION SECRÈTE DE L’ÎLE DE SAINT-SIMON….439
  • ANNEXE II   L’AFFAIRE NORMAN….454
  • ANNEXE III   L’AFFAIRE MCCARTHY…467


GLOSSAIRE DE TERMES ET D’EXPRESSIONS

Agentur : Mot allemand signifiant « agence ». Désigne ici l’ensemble des individus bien élevés et d’intelligence exceptionnelle que les Illuminati sélectionnent dès l’enfance en vue de les éduquer, puis de les endoctriner dans l’idéologie du matérialisme laïque. Les intéressés sont ensuite formés de manière à pouvoir intervenir comme experts et spécialistes dans les coulisses de TOUS les gouvernements. Les Illuminati s’assurent ainsi la HAUTE MAIN sur tous les mouvements légitimes ou subversifs, de même qu’à chaque niveau de tous les secteurs : économie, finance, industrie, sciences sociales et religion. De la sorte, ils peuvent amener les milieux dirigeants – par persuasion ou par force – à adopter une ligne de conduite favorable à l’avancement de leur plan secret ayant pour but ultime la mise en place d’un gouvernement mondial dont ils sont prêts à usurper les pouvoirs et organisés à cette fin.

Anarchistes : Individus qui croient que toute personne a « le droit » de faire ce qui lui plaît, sans aucune restriction. Selon eux, il ne devrait y avoir ni gouvernement, ni force de police, ni lois. Ils ont pour devise « Moins il y a de gouvernement, mieux c’est ».

« Appareil » : Nom codé désignant l’organisation nationale du Parti communiste.  Asdic : Tout type de dispositif ou d’arme de détection antisous-marin. Autodafé : Torture extrême pratiquée par les inquisiteurs.

Bolcheviques : Partisans de Lénine ; parti révolutionnaire russe qui renversa le soviet constitué par les mencheviques et le gouvernement républicain que Kerenski avait formé au premier semestre de 1917. Ce sont les bolcheviques qui créèrent la dictature du prolétariat, rapidement transformée par Lénine en une dictature luciférienne. La plupart des mencheviques et des bolcheviques furent liquidés après avoir rempli leur office.

Capitalisme : Ce terme sert généralement à désigner une classe d’hommes égoïstes et cupides qui recourent à d’impitoyables expédients pour se procurer davantage de richesses et de pouvoir, au mépris de ceux qu’ils écrasent ou écartent par la même occasion. Le capitalisme représente une moitié de la conspiration internationale, l’autre moitié étant le communisme. Il détruit l’entreprise fondée sur la responsabilité privée. Il utilise des cartels et des consortiums et finance des opérations commerciales illicites (dont profitent également les communistes et autres éléments subversifs) afin de pousser à la faillite des entreprises privées opérant dans la légalité.  Cartels : Accords internationaux que concluent entre eux ceux qui produisent certains biens, afin de s’assurer des profits indépendamment de la situation et des circonstances mondiales.

« Cellule » communiste : Groupe de trois à cinq personnes chargées d’appliquer les ordres subversifs émis par le Comité central du Parti communiste du pays où elles résident. Classicisme : Idées vieillottes remontant à des temps immémoriaux : idées anciennes et surannées. Idées fausses généralement acceptées comme valables.  Consortiums : Accords nationaux et internationaux conclus par des industriels et des financiers en vue de maîtriser la production, la distribution et le prix de certains produits de base ainsi que d’en restreindre le commerce dans leur intérêt, fût-ce au détriment des intérêts comme du bien publics.  Conseil des Treize : Organe exécutif suprême des Illuminati.

Darwinisme : Théorie selon laquelle l’homme aurait évolué à partir d’une espèce de grand singe et n’aurait donc pas été créé par Dieu à Son image et à Sa ressemblance, c’est-à-dire avec une âme, un intellect et un libre arbitre.

Déisme : Croyance en une Divinité personnelle.

Dette nationale : Accumulation des emprunts (intérêt et principal) que les nations sont obligées de contracter pour mener les guerres fomentées par ceux qui ont de l’argent à prêter. La dette nationale a été instituée par les banquiers internationaux pour asservir économiquement les masses, afin de pouvoir dire à ces dernières comment elles doivent vivre, ce qu’elles doivent penser, ce qu’elles doivent faire et quand elles doivent mourir.

Dieu : Être suprême, Créateur du Ciel et de la terre. Dirigeants-dictateurs : Les Premiers Ministres et les Présidents des nations dites démocratiques, qui gouvernent par « décret » et qui fixent la politique gouvernementale conformément aux « avis » (c’est-à-dire aux ordres) que les Illuminati leur donnent par l’intermédiaire des « experts », « spécialistes » et « conseillers » dont on les a entourés. Ils ne tiennent pas à organiser des référendums.

Écoles modernes : Écoles où l’on inculque aux élèves le laïcisme, qui enseigne que nos intérêts et préoccupations doivent se borner à la vie terrestre. Enfer : Tout endroit où règne la Loi de Satan. Il y a l’enfer sur terre partout où l’on permet à Satan d’exercer ses pouvoirs.

Fascisme : Le fascisme fut constitué initialement en 1919, en Italie, afin de contrebalancer le communisme international et athée. Il fit énormément de bien au peuple italien jusqu’à ce que l’Agentur des Illuminati en prenne le contrôle TOTAL et modifie progressivement la politique des dirigeants fascistes, après quoi ces derniers furent mêlés aux diverses conspirations qui devaient permettre aux Illuminati d’amener les peuples britannique, français, allemand et italien à se déchirer une nouvelle fois en 1939.

Films obscènes : Ce sont des productions du « marché noir »*. Ils illustrent les actes décrits dans la pire des littératures pornographiques et montrent – en long métrage – tous les types

* NdT : L’auteur écrit au milieu des années cinquante, bien avant la généralisation, la banalisation, voire l’institutionnalisation de ce qu’on appelle aujourd’hui le « cinéma X » de subversion et de perversion. Au Canada, ils sont la propriété de l’Agentur des Illuminati plutôt que celle des « cellules » communistes. Deux distributeurs de ce genre de films sont des chefs d’entreprise de haut niveau.

Forces du Mal : En fait partie quiconque pense et agit en opposition aux Commandements de Dieu et aux enseignements de Son Divin Fils Jésus-Christ, qui a dit : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ». Il ne saurait y avoir le moindre compromis entre les forces du « Bien » et celles du « Mal ».

Frères égarés * : Tous les Juifs subissant l’influence mauvaise des faux prêtres et des faux sages de leur communauté. Ils ne diffèrent en rien des innombrables Gentils amenés à déclencher des révolutions et des guerres par les mauvais experts  et les mauvais conseillers ayant usurpé les pouvoirs de nos gouvernements. Génocide : Extermination d’une race humaine en vue de s’approprier ses biens. Le blocus de la Grande-Bretagne par les U-boats fut un acte de génocide, bien qu’il eût manqué son but.

* NdT : L’auteur emploie ici l’expression lesser brethren qui, traduite littéralement, devrait se rendre pas « frères inférieurs », expression créée par saint François d’Assise, lequel appelait ainsi… les animaux.

Gestapo : Police secrète aux mains d’un dictateur ayant usurpé les pouvoirs du gouvernement.

Glass Club : luxueux repaire d’iniquité utilisé comme centre d’espionnage par les agents des Illuminati à Londres, Angleterre, de 1914 à 1918.

Goyim : Terme de mépris signifiant « bétail humain ». Selon certains, il serait employé par les internationalistes juifs pour désigner les Gentils. L’auteur pense que les Illuminati appellent ainsi tous ceux qu’ils destinent à la sujétion, indépendamment de leur race ou de leur religion.

Guerre psychologique : Guerre pour la captation des esprits, qui passe par la propagande. Ceux qui la mènent s’efforcent de faire croire aux gens ce qu’ils leur disent de croire, que ce soit vrai ou faux, bien ou mal. Tout ce que nous voyons ou entendons de négatif est de la propagande pour les forces du Mal.

Illuminati : Membres des loges du Grand Orient ayant reçu l’initiation à l’ « Ordre et la Secte des Illuminati ». Il s’agit d’un groupe réduit, mais puissant qui comprend des banquiers internationalistes, des industriels, des scientifiques, des chefs militaires, des dirigeants politiques, des éducateurs, des économistes, etc. etc. Ce sont des hommes qui ont accepté le plan luciférien de maîtrise de la Création comme étant préférable au plan du Tout-Puissant. Ils rendent un culte à Lucifer, ainsi que le professeur Adam Weishaupt, de Francfort (Allemagne), le prescrit dans son livre « Morales et Dogmes »*. Il ne reconnaissent l’autorité d’aucun mortel en dehors de leur chef. Ils n’ont de loyauté envers aucune nation. Ils dirigent la CONSPIRATION LUCIFÉRIENNE CONTINUELLE visant à empêcher la mise en œuvre du plan divin de maîtrise de la Création, et ils complotent pour s’assurer la maîtrise absolue de ce monde comme de tout ce qui s’y trouve. Ils utilisent TOUS les mouvements subversifs pour diviser les masses populaires en camps opposés sur les questions politiques, sociales, raciales, économiques et religieuses, ils les arment, ils les poussent à se combattre et à se détruire. Ils comptent amener l’humanité à suivre ce processus d’autodestruction jusqu’à l’élimination de toutes les institutions politiques et religieuses existantes. Ils espèrent ensuite couronner LEUR Roi-despote du monde entier et mettre en œuvre la dictature luciférienne au moyen de ce despotisme satanique.

* L’auteur commet ici une confusion : en réalité, c’est Albert Pike qui a écrit ce livre appartenant à la franc-maçonnerie française, en vue de faire avancer les préparatifs de la « Grande Révolution Française » prévue pour se déclencher en 17891. Le général Albert Pike inaugura en 1871 une version moderne de la « Messe noire ».

Note de l’Amer Dessous des Cartes : pour ma part, et d’après mes lectures, Morales et Dogmes a bien été écrit par Weisaupt, puis repris par Pike. Mais je peux me tromper.

* Alors que les épreuves de ce livre étaient en cours de correction, M. Ron Gostick, rédacteur en chef du journal Canadian Intelligence Service, fut si impressionné par le fait que mes recherches indépendantes avaient abouti aux mêmes conclusions que celles publiées par Mme Nesta Webster dans « Secret Societies and Subversive Movements » (livre que je n’avais pas lu) qu’il en fit venir plusieurs exemplaires d’Angleterre. Il m’en donna un, et je constatai qu’au sujet de Weishaupt (pages 255 à 257), cette historienne moderne était sur la même longueur d’ondes que moi.

Illuminisme : Nom donné aux rites spéciaux qu’Adam Weishaupt établit par écrit à l’instigation de ceux qui étaient en 1773 les grands prêtres du satanisme. Le rituel des Illuminati fut introduit dans la Grande Loge bavaroise en 1775 comme première étape de l’infiltration des loges du Grand Orient

Infamie * : Pratique de la diffamation. Recours à la calomnie, au dénigrement, au mensonge, à la médisance pour ruiner la réputation de ceux qui s’efforcent de faire connaître la volonté de Dieu et la VÉRITÉ. Tout ce qui consiste à salir quelqu’un.

* NdT : En français dans le texte.

Internationalistes : Tous ceux qui préconisent qu’on supprime la souveraineté des nations et qui favorisent l’avènement d’un Gouvernement mondial. Parmi eux figurent les « FÉDÉRALISTES MONDIAUX ».

Juifs : Ce mot est employé ici dans son sens généralement admis. La majorité de ceux qui détiennent le monopole des richesses et du pouvoir ici-bas se servent des Juifs aussi bien que des Gentils pour favoriser leurs ambitions et faire avancer leur funeste plan secret.

Junkers : Jeunes nobles allemands qui embrassent la carrière militaire, poussés par l’orgueil national et leur notion du devoir patriotique. À ne pas confondre avec les « nazis noirs ».

Kabbale : Elle prend sa source dans l’antiquité et présente une parenté avec la magie noire et le culte du démon. Une version moderne fut annoncée au dixième siècle comme étant une mystérieuse théosophie hébreu ou juive. Les rabbins kabbalistes la poussèrent à des excès considérables dans la mesure où ils se disaient capables d’expliquer la signification cachée des Saintes Écritures en prétendant y distinguer des signes, des lettres, des formes et des nombres. Elle est toujours pratiquée à l’heure actuelle sous la forme des rituels païens faisant partie de la « messe noire » que célèbrent les satanistes. Elle sert également dans le rituel de l’illuminisme.

Kominform : Ensemble des hauts responsables qui furent chargés de concevoir et de  planifier la révolution populaire mondiale, après que Staline eut dissous le Komintern en 1944 pour faire mine d’accomplir un geste de bonne volonté vis-à-vis des puissances occidentales.

Komintern : Comité exécutif communiste qui, avant 1944, avait pour tâche de concevoir, de planifier et de diriger la révolution mondiale.

Laïcisme : Enseigne qu’il faut se préoccuper exclusivement des choses de la vie présente. « Lavage de cerveau » : Combinaison de torture physique et de torture mentale appliquée scientifiquement en conjonction avec de l’hypnotisme, des drogues et un traitement psychiatrique afin d’amener le sujet à rejeter certaines croyances et à en accepter d’autres. C’est l’exact opposé du don divin de « libre arbitre ». Expression communément employée en psychopolitique (celle-ci ayant été érigée en science par Sigmund Freud).

Livre noir : Livre dans lequel les chefs de la conspiration internationale consignent des informations sur la vie privée des personnages influents, ainsi que des renseignements détaillés sur leurs caractéristiques, leurs défauts et leurs faiblesses. Ils exploitent ensuite ces dossiers en « persuadant » aux intéressés d’agir selon leurs desiderata, soit par crainte de la publicité, soit afin d’accéder à plus de luxe et de biens matériels.

Lois de Mai : Lois rigoureuses introduites par le gouvernement tsariste d’Alexandre III afin de restreindre les libertés et les activités des Juifs en représailles pour le terrorisme pratiqué par les révolutionnaires juifs.

Luxe : Confort, richesses, extravagances, biens dont l’acquisition va au-delà de la satisfaction des besoins ordinaires. Objets achetés avec de l’argent qui aurait dû servir à des personnes moins fortunées. Le luxe s’oppose à la Charité.

Mammon : Dieu de l’or et de la puissance du mal : matérialisme.

Marché aux bébés : Organisation étroitement structurée qui retire leurs bébés non désirés à des mères célibataires et les vend à des parents adoptifs pour des sommes pouvant aller jusqu’à cinq mille dollars.

Marchés noirs : Marchés d’organisations souterraines et clandestines ; il en existe dans tous les grands centres démographiques, où ils écoulent des marchandises volées ou passées en contrebande.

Marijuana : Drogue tirée du chanvre indien. Consommée d’ordinaire sous forme de cigarettes pour stimuler artificiellement les instincts animaux de l’être humain, anesthésier la sensibilité des jeunes et supprimer les barrières et les inhibitions.

Marin je-sais-tout : Marin ayant du bagout et essayant toujours de convaincre les autres membres de l’équipage qu’il est omniscient.

Matérialisme : Recherche exclusive des biens et plaisirs de ce monde. Mépris de toutes les valeurs spirituelles.

Métissage : Résultat calculé de la pratique non discriminative des mariages entre personnes de race blanche et personnes de couleur.

Monde souterrain : Lieu où vivent les éléments antisociaux et où prospèrent toutes sortes de trafics. Empire subversif secret au sein de l’État.

Mont Tremblant (Province du Québec) : Endroit luxueux et de mauvaise réputation, analogue au Glass Club de Londres (Angleterre). Centre d’espionnage au Canada.

Nationaliste : Personne qui croit en l’autonomie nationale ainsi qu’au droit des peuples d’élire leurs représentants et de diriger la politique de leur gouvernement.

Nazis : « Droite » extrême du Parti nationaliste, de même que les Illuminati représentent la « Gauche » extrême des groupes internationalistes.

Nazisme noir : Noyau dur des seigneurs de la guerre aryens qui croient en la divinité de l’homme, non en Dieu ou en un Être suprême. Ils estiment que l’État doit être tout-puissant, que seuls doivent gouverner des hommes de sang aryen et que tous les autres doivent être asservis à l’État.

Nihilistes : Exécuteurs des basses œuvres de tous les conspirateurs désireux d’instaurer une dictature mondiale. L’histoire montre qu’il se trouve des assassins dans toutes les classes de la société. Ils s’efforcent, si possible, de faire passer leurs meurtres pour des accidents, des suicides ou des morts naturelles.

Opération illicite : Transaction commerciale ou autre pratique professionnelle contraire à la loi. Tout individu se livrant à des pratiques illégales fait partie de l’» underground » subversif et du « monde souterrain ».

Paradis : Tout endroit où règne la Loi du Tout-Puissant. Il pourrait y avoir le paradis sur terre comme au ciel si nous le voulions.

Prêteurs internationaux : Les Illuminati et leur Agentur qui, au moyen de leurs consortiums, de leurs cartels et du recours à l’usure, se sont assuré la maîtrise des systèmes monétaires et de l’économie des nations dites libres. Ils conduisent insidieusement les peuples de ces nations vers la servitude économique afin de pouvoir un jour les réduire en esclavage, corps, esprit et âme.

Protocoles : Compte rendu originel de la conspiration par laquelle les Illuminati entendent utiliser les internationalistes de toutes sortes pour faire aboutir leur ambition secrète à la formation d’une dictature mondiale.

Règne de terreur : Phase révolutionnaire classique durant laquelle les meneurs suscitent une soif de sang dans les « masses », qu’ils lâchent sur les citoyens ordinaires afin de ramener la grande majorité de ceux-ci à un seul et même niveau par l’avilissement, la souffrance physique et l’angoisse. Les Illuminati voient là le moyen le plus rapide et le moins coûteux d’asservir un peuple et de le rendre obéissant à leurs oukases.

Satan : Premier Ministre de Lucifer ; être surnaturel doté de vastes pouvoirs pour accomplir tout mal. Il est décidé à gagner les âmes en les écartant du Dieu Tout-Puissant. Les satanistes le présentent comme le fils aîné de Dieu le Père, le Christ étant – selon eux – le fils cadet du Père. Le satanisme enseigne que Satan était dans son DROIT lorsqu’il s’est querellé avec le Christ.

Socialiste national : Opposé du socialiste international.

Société anonyme (principe de la) : Organisation dont le grand public n’est jamais admis à connaître les véritables dirigeants. Synonyme de « gouvernement secret ».

Soif de sang : Ultime degré de fanatisme auquel seul du sang peut combler les désirs sadiques d’hommes et de femmes ayant déjà satisfait leurs passions animales. C’est là une disposition d’esprit introduite d’ores et déjà dans « la masse du peuple » par les chefs révolutionnaires en tant que prélude à l’instauration de leur « règne de terreur ».

Subversion : Toute action, toute parole contraire aux Commandements de Dieu et subversive par rapport à notre gouvernement légitime. Tout livre, toute image, voire toute parole verbale amenant des gens à croire qu’ils ont le droit de recourir à la force pour parvenir au but visé.

Trafiquants : Tous ceux qui se livrent à des opérations illicites et qui prostituent leurs connaissances et compétences professionnelles, indépendamment de leur race, de leur religion ou de leur position sociale.

Tyburn Hill : Là où avaient lieu les exécutions publiques à Londres (Angleterre) avant que la pratique en soit abolie.

U-boats : Sous-marins allemands.

Underground : Cinquième colonne révolutionnaire, ensemble des organisations subversives conçues pour renverser le pouvoir en place.

Zombies : Nom donné aux hommes qui, incorporés dans les forces armées canadiennes durant la deuxième Guerre mondiale, ont refusé d’être envoyés outre-mer en renfort des volontaires du service actif.

CHAPITRE I  
LA CONSPIRATION INTERNATIONALE  
LES PROTOCOLES – EXPLICATION DU COMPLOT

Qu’il soit communiste ou capitaliste, l’internationalisme est diamétralement opposé au plan de Dieu pour la Création. Le Dieu Créateur souhaitait, à l’évidence, que le monde se répartisse entre de nombreuses nations. Il fit en sorte que chaque nation eût une langue différente de celles des autres. Il voulait manifestement que les races et les nations soient autonomes entre elles et demeurent séparées les unes des autres, à ceci près que tous les membres de l’espèce humaine devaient être unis comme des frères sous l’égide bienveillante de Dieu le Père. Le Christ exprima cette intention divine de la façon la plus claire lorsqu’il dit à ses disciples : « Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ». Le Saint-Esprit permit aux disciples d’accomplir cette tâche en leur faisant « don des langues ». À la Pentecôte, des pêcheurs et des paysans ignorants, qui étaient devenus des adeptes du Christ, se virent soudain miraculeusement transformés en polyglottes et en érudits. Ils se mirent dès lors à prêcher la Paternité de Dieu et à évoquer l’amour du Christ pour tous ceux qui adoreraient et serviraient le Dieu Tout-Puissant, le PÈRE. Si le plan du Créateur vise à l’unité de tous les hommes sous la Paternité de Dieu, il est évident que celui de Satan est d’empêcher le règne du Christ-Roi ici-bas. Cela relevant de la plus pure logique, il va de soi que le démon a inspiré à ses agents sur terre la volonté de contribuer à établir l’internationalisme, par opposition au nationalisme. Les agents du démon prônent la dictature par opposition aux régimes constitutionnels. Ce sont les Illuminati qui ont conçu et mis en œuvre le Plan à long terme visant, en définitive, à la domination mondiale, comme en témoigne le grand nombre de fois où il est question de cela dans leurs Protocoles. Ce complot diabolique a été conçu dans le but précis d’annihiler le plan de Dieu pour la Création ainsi que d’instituer à sa place le despotisme et la tyrannie de Satan.  Si l’on veut en fournir des preuves, il faut étudier de très près le document publié sous le titre « Les Protocoles des Sages de Sion* », sans perdre de vue qu’abstraction faite des arguments quant à sa source et à son origine, il constitue sans le moindre doute « Le Complot », « Le Plan à long terme », « La Machination », « La Conspiration » – quel que soit le nom qu’on veuille lui donner – par lequel un groupe relativement réduit d’hommes immensément riches, rusés et influents use de l’OR, du mensonge et de la tromperie pour subvertir et pervertir l’espèce humaine.

* Disponible aux éditions Saint-Remi, Traduction de Nilus – Édition intégrale – NOUVELLE ÉDITION À PARTIR DE L’ÉDITION DE 1943 DES ÉDITIONS C.E.A. PARIS, 2008, 122 p., 14 €

Ces individus présentent aux hommes le miroir aux alouettes de la richesse, du luxe et des plaisirs charnels pour les éloigner de Dieu dans le but de les mettre sous le joug de la volonté satanique. À l’appui de l’affirmation selon laquelle le matérialisme de l’OR servait, bien avant l’ère chrétienne, à subvertir des êtres humains en les éloignant de Dieu, on trouve l’épisode biblique du veau d’or. Et comme preuve du succès de l’attrait maléfique exercé par l’or, il y a le fait qu’à l’heure actuelle, des millions de gens adorent le « Dollar Tout-Puissant » et l’ « Or Souverain », alors que le veau d’or de l’Antiquité n’était adoré que de quelques milliers de personnes. En plus d’accaparer l’ « Or » du monde afin de s’en servir pour soudoyer et corrompre tous ceux qu’ils voulaient détruire, les dirigeants de la conspiration internationale ont fait en sorte que les individus qu’ils aspiraient à asservir commencent par violer les lois de Dieu, puis les défient et les tournent en dérision. Dans ce but, ils ont enseigné l’inversion des Commandements et institué un large éventail de croyances et de religions, parmi lesquelles le matérialisme athée exposé par Karl Marx dans son « Manifeste communiste » publié en 1848. Ils l’ont fait pour se donner les moyens de mener leur conspiration jusqu’à son objectif ultime.

Or, ceux qui ont élaboré la conspiration diabolique exposée dans les Protocoles n’étaient pas des athées. Ils adoraient Mammon et Satan. Les Protocoles – c’est-à-dire le « Complot » par lequel les Illuminati entendaient s’assurer la domination définitive du monde – ont été divisés par Victor Marsden en articles et en paragraphes pour faciliter la tâche à ceux qui souhaiteraient se servir de l’excellent index figurant à la fin de l’ouvrage.

Parmi les documents qui, en 1901, « tombèrent » entre les mains du professeur S. Nilus, en Russie, figurait une série d’exposés qu’un membre des Illuminati ou de leur Agentur avait faits devant un groupe sélect de francs-maçons appartenant aux degrés supérieurs du Grand-Orient. Ces exposés furent prononcés lors d’une convention qui se serait tenue en 1900 dans les locaux du Grand-Orient, rue Cadet, à Paris (France). Selon une autre personne bien informée, ils l’auraient été devant la « Loge de la Clarté », à Paris. Enfin, certaines sources jugent fort possible qu’ils l’aient été en ces deux endroits, voire d’autres encore.

Tout ce qui nous intéresse ici est de savoir comment on en est venu à connaître leur teneur. Le professeur Nilus, qui les a publiés pour la première fois en 1905, a déclaré à de miennes connaissances qu’il s’était procuré les documents originaux auprès d’un ami. Cet ami disait les avoir reçus en 1900 à Paris d’une femme de petite vertu, qui lui avait déclaré les avoir ramassés sur le plancher de sa chambre, où un Juif riche et influent, maçon de degré élevé du Grand-Orient, avait passé la nuit avec elle. Mais ces détails sont vraiment de peu d’importance. Un ami à moi qui connaissait intimement le professeur Nilus m’a dit se porter garant de son honnêteté, de sa véracité et de son intégrité. Il m’a dit aussi qu’en dépit de cette opinion, ses recherches l’avaient amené à conclure que Nilus était dans l’erreur quant à la source (initiale) des documents, ainsi qu’à l’interprétation du mot « Goyim », qui revient si souvent dans le texte en question.

Mon ami est un chercheur de grande expérience. Il a conduit des missions hautement secrètes pour les gouvernements britannique et alliés. Tous les aspects des affaires internationales lui sont familiers. Il a fait office d’agent de renseignement dans bien des pays, dont la France, la Russie et l’Allemagne. En outre, c’est un linguiste accompli. Je le connais depuis quarante et un ans, et je ne l’ai encore jamais surpris à exposer des faits d’une manière inexacte. Il m’a ouvert bien des « pistes » qui m’ont permis de dénicher les informations que j’ai publiées dans « Des Pions sur l’Échiquier ». Si je fais état de cela, c’est pour justifier ma conviction qu’il a raison et que les autorités les plus réputées en la matière ont tort quant à la source et à l’origine des documents publiés par le professeur Sergueï Nilus en Russie, en 1905, sous le titre « Le Péril juif », puis par Victor E. Marsden et la Britons Publishing Society à Londres, en 1921, sous le titre « The Protocols of the Learned Elders of Zion » (titre anglais abrégé : « The Protocols of Zion »), connus en français sous le titre « Les Protocoles des Sages de Sion ».

Tant Nilus que Marsden et l’immense majorité de ceux qui ont lu les traductions russe et anglaise du document original (rédigé en français) estiment, en toute honnêteté, que les protocoles (le complot) dévoilent la machination par laquelle les Conspirateurs internationaux envisagent de détruire toutes les formes de nationalisme et de christianisme pour s’assurer en fin de compte la maîtrise incontestée des richesses, des ressources naturelles et de la main-d’œuvre du monde entier, ainsi que pour inaugurer leur Âge Messianique.

En revanche, la communauté juive internationale n’a jamais cessé d’affirmer que les Protocoles étaient un faux. Mon ami a enquêté sur les affirmations des uns et les dénégations des autres, et il est parvenu aux conclusions suivantes, avec lesquelles je suis d’accord.

1. Tels qu’ils ont été publiés, les Protocoles ne sont pas un faux, car pour pouvoir faire un faux, il faut disposer d’un original à copier. Or, mon ami est persuadé que les documents traduits par le professeur Nilus n’étaient autres que les supports respectifs de divers exposés répartis sur plusieurs jours.

2. Mon ami s’est dit certain que les documents traduits par le professeur Nilus contenaient le plan original des Illuminati, dans lequel ceux-ci expriment leur espoir de parvenir en définitive à la domination mondiale. Selon lui, ce plan remonte aux tout premiers jours de l’espèce humaine. C’est, comme le laisse entendre l’appellation Illuminati, « le Plan de Lucifer », c’est-à-dire de ceux qui considèrent Lucifer comme le plus grand, le plus intelligent et le plus brillant des anges ou êtres surnaturels opposés à Jéhovah, le Dieu bienveillant de Justice.

3. Il soutient qu’au cours des années 1890, les dirigeants des Illuminati s’inquiétèrent de ce que des historiens étudiassent (comme Mme Nesta Webster* devait le faire par la suite) la machination ayant abouti à la Révolution française de 1789, et notamment à la phase de cette dernière dont il ressortait que le Mouvement révolutionnaire mondial avait été dirigé par des Illuminati, qui avaient alors leur siège à Francfort, Allemagne, et pour chef Weishaupt. La teneur du document trouvé sur le corps du messager des Illuminati tué par la foudre en 1785 alors qu’il traversait Ratisbonne à cheval, a amplement démontré leur lien avec la machination internationale. Or, selon mon ami, cela inquiétait beaucoup les Illuminati.

* Voir son livre réédité aux éditions Saint-Remi, La Révolution Mondiale, complot contre la civilisation, 2006, 704 p., 30 €

4. Étant donné que les dirigeants des Illuminati avaient toujours eu pour politique d’œuvrer en coulisses et de ne jamais laisser entrevoir leur identité ou leurs liens avec les forces révolutionnaires, il fut décidé qu’un nouveau document serait mis à la disposition des historiens. Ce document fut rédigé de telle sorte que le soupçon pût s’écarter des dirigeants des Illuminati et s’orienter vers ceux du mouvement révolutionnaire juif de Russie. Les personnages chargés de mettre au point ce canular utilisèrent le programme trouvé sur le cadavre du messager, mais en modifièrent certains termes et expressions pour amener ceux qui liraient le « nouveau » document à croire qu’il s’agissait d’une machination juive tendant à s’assurer la domination du monde conformément aux intentions du sionisme politique préconisé par Herzl en 1897.

5. Si les Juifs furent choisis ainsi comme boucs émissaires, c’est parce que les dirigeants des Illuminati s’étaient réunis en 1893 et avaient planifié trois guerres : la guerre hispano-américaine de 1898 pour faire main basse sur l’industrie cubaine du sucre, la guerre des Boers de 1899 pour s’assurer la maîtrise des mines de diamant et des gisements aurifères africains, ainsi que la guerre russo-japonaise de 1904 pour affaiblir le gouvernement et l’économie de la Russie et préparer ainsi la révolution devant avoir lieu dans ce pays en 1905.

6. En rejetant sur les Juifs le reproche d’avoir conçu et mis en œuvre la conspiration internationale, les dirigeants des Illuminati acquirent la certitude que cela déclencherait en Russie et en France une vague d’antisémitisme telle qu’ils pourraient appliquer à l’abri de tout soupçon le reste de leur programme de guerres et de révolutions.

7. En 1900, les Illuminati firent le nécessaire pour que le plan original découvert à Ratisbonne en 1785 fût modifié dans le sens de leurs intérêts. Les conspirateurs décidèrent que le texte ainsi altéré serait placé entre les mains d’un Russe de premier plan dont le caractère et la réputation fussent sans reproche. L’homme choisi pour être leur innocent complice fut le professeur S. Nilus. Il vérifia les documents qu’on lui avait communiqués et ajouta foi à leur authenticité, ce en quoi il ne se trompa d’ailleurs pas. Mais en les publiant sous le titre « Le Péril juif », il fit exactement le jeu des conspirateurs Illuminati. Et la révolution éclata en 1905, comme prévu.

8. L’allégation selon laquelle une prostituée aurait dérobé les documents à un Juif cosmopolite se trouvant être un franc-maçon de degré élevé du Grand-Orient suscita une nouvelle vague d’antisémitisme en France en 1905, date à laquelle la vague précédente, suscitée par les mêmes Illuminati, était retombée. Rappelons que c’est cette première vague qui avait causé l’accusation de trahison portée en 1894 contre le capitaine juif Alfred Dreyfus, lequel fut condamné à la prison à vie sur l’Île du Diable pour des crimes qu’il n’avait pas commis. Il fut complètement blanchi en 1906. Cela illustre avec la plus grande clarté la manière dont les conspirateurs savent exploiter les mouvements de protestation et l’émotion publique à leurs fins infernales.

9. En 1930, j’ai eu en Europe des conversations avec d’autres personnages bien informés, dont certains avaient quitté le Grand Orient parce qu’ils avaient pris conscience de sa traîtrise. J’appris ainsi les noms d’hommes de différentes nationalités qu’on me présenta comme des membres du Conseil des Trente-Trois. Ce dernier est l’organe exécutif de la maçonnerie du Grand-Orient. C’est parmi ses membres que sont choisis les trente-trois individus appelés à faire partie du Conseil suprême des Illuminati. Le président de cet organe est littéralement « Dieu » aux yeux de tous les membres de la maçonnerie du Grand-Orient. On m’informa que lors des cérémonies d’initiation, il n’était nullement question de Dieu comme étant le « Grand Architecte de l’Univers ». Les maçons du Grand-Orient prêtent allégeance au président du Conseil des Treize et jurent de ne reconnaître aucun mortel au-dessus de lui.

10. Le Conseil des Trente-Trois comprend des capitalistes, des industriels et des scientifiques de toutes nationalités. J’eus un jour la surprise d’entendre dire que plusieurs Canadiens étaient des membres supérieurs de l’Agentur des Illuminati ; à l’époque, cependant, je n’ajoutai pas foi à cette information, malgré ce que j’avais appris auprès de la Commission royale, au Canada, entre 1925 et 1929. Après mon retour d’Europe, je poursuivis mes recherches sur l’organisation et les ramifications des milieux internationalistes. Le Canada se révéla être un pays idéal pour ce faire, car son territoire est vaste et sa population relativement peu nombreuse. Étant donné ce que je savais, il me fut facile d’identifier les membres de l’Agentur canadienne des Illuminati travaillant aux niveaux les plus élevés du gouvernement, de la finance, de l’industrie et du commerce et œuvrant – sciemment ou non – à l’avènement d’un gouvernement mondial. Quant à ceux d’entre eux qui favorisent sciemment la cause de l’internationalisme, il est constant qu’ils en amènent d’autres à croire que le communisme est le seul vrai danger, alors même qu’ils savent pertinemment que ce dernier leur est utile pour détruire les individus, les institutions et les organisations qui se dressent devant eux. Ces hommes savent qu’eux-mêmes et leurs associés ont toujours eu la maîtrise des forces du communisme révolutionnaire dans les pays que ce dernier a déjà pu faire passer sous ses fourches caudines.

Les révolutions françaises qui ont eu lieu entre 1789 et 1889 et les révolutions russes de 1905 et 1917 offrent les meilleurs exemples de leur modus operandi. Tout cela est expliqué en détail dans « Des Pions sur l’Échiquier ».  Parmi les internationalistes ainsi repérés figurent les noms suivants : Angleterre – Les Rothschild et tous leurs associés et affiliés. États-Unis – Les Rockefeller et les Schiff, ainsi que tous leurs associés et affiliés, qui ont à leur tête Bernard Baruch. Japon – Les Mitsui et tous leurs associés et affiliés. Allemagne – Les Warburg et tous leurs associés et affiliés. Russie – Les Ginsberg et tous leurs associés et affiliés. France – La famille Rothschild et ses affiliés. Ces barons de la finance ont leur Agentur dans chaque pays du monde. L’Agentur est un ensemble d’hommes et de femmes de toutes nationalités qui travaillent à l’avènement d’un gouvernement mondial, soit parce qu’ils y voient la seule solution aux problèmes politiques, sociaux et économiques du moment, soit parce qu’ils en attendent des récompenses de la part des Illuminati. Ces récompenses sont les suivantes :

  1. versement de prébendes et interventions permettant d’accéder à une position élevée dans le domaine politique, commercial ou industriel ;
  2. promotion rapide dans les services de l’État : fonction publique, diplomatie, forces armées, etc. etc. ;
  3. publicité, prestige et honneurs dans le domaine des sciences sociales ;
  4. accession aux biens et prestations sociales réservés à la classe supérieure.

Beaucoup de citoyens de premier plan constitués en Agentur par les dirigeants des Illuminati sont – force est de l’admettre – dans l’ignorance bienheureuse qu’ils servent la cause de Satan. Ils se sont tout bonnement vendus à l’idée d’un gouvernement mondial, sans chercher à approfondir ce qui se cache derrière la promotion de cette idée. C’est dans le but d’informer de tels hommes qu’est écrit « Brouillard rouge sur l’Amérique », car après avoir lu les preuves que contient ce livre, ils ne pourront plus dire « Je ne savais pas ce que je faisais ».

11. Comme l’a souligné mon ami, les Illuminati sont tous de purs internationalistes. Ils ne prêtent allégeance qu’à leur chef. Il n’adorent pas d’autre Dieu que Mammon. Ils considèrent Satan comme étant le trait d’union entre eux et leur Dieu, Mammon, de même qu’ils croient que le Christ fut fait homme pour être le trait d’union, le médiateur entre notre Dieu Jéhovah et nous-mêmes. Ils estiment ne devoir de loyauté à aucune nation, à aucun gouvernement. Ils visent un seul but : la maîtrise absolue des richesses, des ressources naturelles et de la main-d’œuvre du monde entier. Pour l’atteindre, ils dressent les uns contre les autres les hommes de races, de nationalités et de religions différentes. Ils les font se combattre et s’affaiblir mutuellement pour les rendre plus faciles à asservir ensuite. Et lorsque le temps sera venu pour eux de sortir de l’ombre, ils imposeront leur forme de despotisme satanique au monde entier. On verra, dans un autre chapitre, comment un Canadien aussi remarquable que W. L. Mackenzie King a fait, sciemment ou non, le jeu de ces conspirateurs internationalistes.

Mais revenons-en aux « Protocoles » ou au « Complot ». Mon ami a souligné que les documents présentés comme ayant été dérobés par une prostituée à un maçon juif cosmopolite inconnu et membre du Grand-Orient, n’étaient ni le procès-verbal d’une réunion, ni un compte rendu. Il s’agissait manifestement d’une série d’exposés faits par un homme qui était sans nul doute un très haut dirigeant des Illuminati. Il ressortait à l’évidence de certains passages des documents que les exposés en question avaient pris plusieurs jours, et il serait absurde de supposer qu’un aussi haut dignitaire aurait été laissé à lui-même entre les exposés au point d’avoir à passer la nuit avec une prostituée pour s’assurer une compagnie féminine.

Mon ami a souligné aussi combien il était improbable qu’un haut dirigeant des Illuminati ou de la Loge du Grand-Orient ait eu sur lui des documents aussi secrets et aussi importants. Il était non moins improbable qu’un individu ayant le sens des responsabilités ait emporté des documents censés rester secrets dans une maison de passe s’il avait voulu éviter qu’ils soient lus ou dérobés. L’officier de renseignement avec qui je me suis entretenu de cette question m’a dit que si de tels documents avaient été perdus ou dérobés, les conspirateurs auraient chargé tous leurs agents de les récupérer. Mon ami ne pouvait croire qu’un hasard ait conduit précisément à cette maison de passe et à cette prostituée celui qui devait ensuite remettre ces documents au professeur Nilus, et il pensait que l’homme en qui celui-ci voyait un ami était en fait un agent des Illuminati. Il estimait, en outre, que les exposés ainsi publiés auraient pu être faits devant un groupe choisi de sionistes se trouvant être aussi membres du Grand-Orient. En tant que dirigeants politiques du mouvement sioniste, ils étaient probablement convaincus qu’en œuvrant pour le sionisme, ils réalisaient les intentions de « leur » Dieu, censé vouloir – selon eux – que son peuple élu hérite et gouverne la terre.

Mon ami a souligné que cette machination était de teneur identique à celle dévoilée à Ratisbonne en 1786, mais que les documents remis au professeur Nilus comportaient des ajouts susceptibles de plaire aux sionistes. Il a ajouté, avec un sourire : « Si Satan est juif, alors les documents dont nous parlons ne relèvent décidément pas d’une conspiration juive ». Ils correspondent, en fait, à tous les détails de la conspiration diabolique. La preuve que cette machination est d’inspiration surnaturelle, c’est qu’on ne trouve en elle aucune faille et qu’elle se caractérise en outre par une continuité d’action à laquelle rien de naturel ou d’humain n’aurait pu prétendre. Les documents en question représentent sans le moindre doute la conspiration par laquelle Satan compte instaurer son royaume sur terre. Si elle réussit, chrétiens et Juifs, noirs et blancs, aryens et sémites, communistes et nazis, socialistes et capitalistes n’auront plus qu’à tomber à genoux pour adorer Sa Majesté Satanique. Nous aurons la « Paix » et la « Sécurité » du berceau à la tombe, mais en jouirons-nous ?

La principale leçon à tirer de l’examen mot à mot et phrase par phrase des détails du plan, c’est que les concepteurs de ce dernier y admettent leur intention d’exploiter l’antisémitisme. Ils annoncent tranquillement qu’ils sont prêts à immoler autant de Juifs « inférieurs » que l’exigera la poursuite de leurs objectifs. Ils n’observent aucun ordre de préférence en matière de race et de nationalité. Ils sacrifient Juifs et Gentils sans la moindre discrimination. Ils reconnaissent que depuis 1773, ils se sont servis du darwinisme, du communisme et du sionisme pour favoriser leurs ambitions secrètes et égoïstes. Ils se font forts d’utiliser depuis les coulisses les membres de leur Agentur, formés dès la naissance pour faire office de « conseillers » et de « spécialistes » à leur service. Et l’histoire des deux cents dernières années est là pour montrer que les « spécialistes » et les « conseillers » des Illuminati ont été d’adroits donneurs de mauvais conseils. Ils ont réussi à diviser l’espèce humaine en factions opposées les unes aux autres de manière à pouvoir tracer leur route en toute tranquillité jusqu’au moment où ils sortiront au grand jour et diront en toute certitude : « Aucun pouvoir, aucune astuce ne peut désormais nous empêcher de placer notre Roi sur son trône et d’instituer la loi de Satan ».

12. L’autre erreur que mon ami pense avoir été commise tant par le professeur Nilus que par Victor Marsden est leur définition du mot « Goyim ». L’un et l’autre ont soutenu que ce mot servait à désigner les Gentils ou non-Juifs. Or, selon mon ami, il signifie en réalité « bétail » et sert à désigner indistinctement tous les humains de toutes les races et de toutes les religions qui ne sont pas membres de l’Agentur des Illuminati. Je fais mien ce point de vue.

13. M. Marsden définit ainsi le mot Agentur : « un mot emprunté au texte original et désignant l’ensemble des agents et agences utilisés par les Sages (de Sion), que les intéressés soient des membres de leur tribu ou des Gentils qu’ils instrumentalisent ». Mon ami et moi-même sommes d’accord avec cette interprétation, à condition que l’on remplace « Sages » par « Illuminati ».

14. Nous sommes tous deux d’accord avec l’interprétation que M. Marsden a faite des mots « Le Politique ». Ces mots désignent à l’évidence non seulement la « classe politique », mais aussi la totalité des mécanismes politiques à tous les niveaux de gouvernement.  Lorsque, en 1905, le professeur Nilus publia « Le Péril juif », les Juifs de chaque pays du monde inondèrent la presse de protestations et de dénégations furieuses. Aucun autre ouvrage n’a suscité un tel tollé international. Le fait que ce livre exposait la machination internationale véritablement diabolique dont le but était de donner à quelques intellectuels capitalistes les moyens d’asservir l’espèce humaine tout entière ainsi que d’imposer leur volonté et la loi de Satan à tous les peuples, quelle que soit leur couleur, leur race ou leur religion, semble avoir été complètement perdu de vue dans les discussions, controverses et procès visant à déterminer si les Protocoles étaient – oui ou non – le « Complot » par lequel les Juifs entendaient s’assurer la domination définitive du monde.

En Russie, les cerveaux de la machination contre les Juifs amenèrent les éléments « inférieurs » de la communauté juive à accroître la haine antisémite en s’appropriant chaque exemplaire du livre du professeur Nilus sur lequel ils avaient jeté les yeux, que ce soit en l’achetant ou en le volant à son propriétaire. Un officier russe qui réside aujourd’hui au Canada refusait de vendre son exemplaire à aucun prix ; or, les Juifs qui insistaient pour le lui acheter se montrèrent si pressants qu’ils finirent par l’agresser physiquement et qu’il dut se défendre avec son épée.  Lorsqu’un Juif voyait un exemplaire du « Péril juif » entre les mains d’un non-Juif, il pouvait suivre celui-ci dans la rue sur des centaines de mètres en lui demandant de le lui vendre à n’importe quel prix. L’ouvrage ne coûtait que l’équivalent de quelques centimes de la monnaie américaine, mais j’ai eu connaissance de cas où cent dollars avaient été ainsi offerts en paiement. D’où des Juifs « inférieurs » tenaient-ils de telles sommes, qu’ils étaient prêts à engloutir dans l’achat d’un livre valant si peu d’argent ? La seule conclusion qui s’impose, c’est que tout cela faisait partie de la campagne publicitaire entreprise par l’Agentur des Illuminati afin de provoquer la haine antisémite des Russes non juifs et de susciter en retour chez les Juifs un esprit de vengeance contre les Gentils pour les amener à se révolter et à instituer leur règne de terreur. Il se vola des exemplaires du « Péril juif » dans toutes les maisons et tous les appartements où des espions en avaient signalé la présence. Des membres de la Maison du Tsar virent ainsi disparaître mystérieusement des exemplaires du livre de leurs appartements, et jusque de leurs chambres à coucher.

Mon ami et moi-même fîmes connaissance en octobre 1914. Nous avons servi ensemble durant deux guerres, et nos relations amicales n’ont jamais cessé depuis. Je lui ai rendu visite récemment dans sa retraite. Je sollicitai alors son autorisation pour rendre publics certains des services qu’il avait rendus à son Roi, à son pays et à l’espèce humaine, mais il me demanda de garder son identité secrète. Qu’il en soit donc ainsi. Cet homme a été souvent en contact avec les « spécialistes » ou « conseillers » des Illuminati. J’ai eu connaissance de plusieurs cas dans lesquels notre gouvernement n’avait pas jugé bon de retenir ses conseils. Or, les événements qui ont suivi devaient prouver que ses conseils étaient bons, alors que ceux donnés par d’autres « spécialistes » avaient poussé nos institutions gouvernementales à commettre de graves erreurs, dont certaines ont eu pour conséquences de lourdes pertes humaines et la destruction de coûteux équipements.

Dans le présent ouvrage, tout ce qui relève de la conspiration des Illuminati sera appelé aussi bien « les Protocoles » que « le Complot » ou encore « le Plan à long terme », mais il s’agira chaque fois de la même chose.  Le paragraphe 2 de l’Article IX des Protocoles vient à l’appui de la théorie émise par mon ami et selon laquelle les Illuminati – ou quiconque d’autre a conçu la conspiration publiée sous ce titre – provoquent et exploitent l’antisémitisme à leurs fins diaboliques. En effet, il est ainsi rédigé : « De nos jours, si un État quelconque élève une protestation contre nous, ce n’est que pour la forme, c’est à-dire avec notre consentement et selon nos directives, car son antisémitisme nous est indispensable pour diriger nos frères inférieurs. Je n’entrerai pas dans le détail de cette question, qui a déjà fait l’objet de discussions répétées entre nous ».

Dans « Des Pions sur l’Échiquier », j’ai expliqué comment Lénine avait liquidé tous les membres de l’Internationale communiste après qu’ils eurent servi à faire avancer le plan des conspirateurs capitalistes. Le lecteur doit se souvenir que la plupart de ceux qui furent ainsi liquidés après que Lénine eût renforcé sa dictature pour le compte de ses maîtres capitalistes étaient des Juifs. Quant aux Juifs auxquels il permit de survivre, ils faisaient assurément partie de l’Agentur des Illuminati.

Il ne fait aucun doute que les loges du Grand-Orient furent constituées en vue d’infiltrer la maçonnerie. Certains maçons servent indubitablement la cause internationaliste. Afin qu’ils puissent connaître le sort qui leur est réservé, voici ce que dit d’eux l’Article XI, paragraphe 7 des Protocoles : « Ce qui a servi de fondement à notre organisation de maçonnerie secrète est inconnu, et ses buts ne sont même pas soupçonnés, de ce bétail goy qui est attiré vers nous dans l’armée « de parade » des loges maçonniques à seule fin de dérouter ses semblables ».  L’Article XV, paragraphe 1 poursuit en ces termes : « Lorsque nous entrerons enfin en possession de notre royaume au moyen de coups d’État prévus pour avoir lieu partout le même jour, après que la vacuité de toutes les formes de gouvernement existantes aura été définitivement reconnue, nous veillerons à ce qu’il ne puisse plus y avoir le moindre complot contre nous. À cette fin, nous éliminerons sans merci tous ceux qui prendraient les armes pour nous empêcher d’entrer en possession de notre royaume. La constitution de toute forme de société secrète sera également punissable de mort ; quant à celles qui existent à l’heure actuelle, nous sont connues, nous servent et nous ont servi, nous les dissoudrons et les exilerons loin d’Europe. Nous en userons ainsi avec les francs-maçons goyim qui en savent trop. Les rares que nous aurons peut-être des raisons d’épargner seront maintenus définitivement en exil. Nous promulguerons une loi en vertu de laquelle tous les anciens membres des sociétés secrètes seront passibles de l’exil hors d’Europe, celle-ci étant le centre de notre gouvernement. »

Trois autres paragraphes exposent en détail la manière dont les conspirateurs comptent se servir des maçons non juifs comme ils se sont servis des Juifs « inférieurs » ; puis, l’Article XI, paragraphe 9 conclut en ces termes : « La mort est une fin inévitable pour tous. Mieux vaut rapprocher cette fin pour ceux qui contrecarrent notre affaire que pour nous autres,  qui sommes les fondateurs de cette affaire. Nous exécutons les maçons de telle sorte que nul, en dehors de la Fraternité, ne peut en concevoir le moindre soupçon, pas même les victimes de nos sentences de mort, qui meurent toutes à la demande comme si c’était d’une maladie normale. Sachant cela, la Fraternité elle-même n’ose protester. C’est au moyen de telles méthodes que nous avons extirpé du sein de la franc-maçonnerie la racine de toute contestation de nos décisions. Dans le même temps où nous prêchons le « libéralisme » aux Goyim, nous maintenons nos propres membres et agents dans un état de soumission inconditionnelle ».

Pour comprendre comment le mouvement révolutionnaire s’est développé au Canada et aux États-Unis depuis 1920, le lecteur doit commencer par se rendre compte que depuis des centaines d’années, le Mouvement Révolutionnaire Mondial (M.R.M.) a été organisé, financé et dirigé dans tous les pays par un petit groupe d’internationalistes comprenant des banquiers, des industriels, des médecins, des scientifiques, des professeurs d’économie politique et des experts de la politique et de l’économie. Jusqu’en 1945, Les Illuminati avaient pour rivaux dans la course à la domination mondiale un groupe international de militaristes décidés à obtenir par la force des armes ce que les autres conspiraient à obtenir par la ruse et la fourberie. La direction du Mouvement Révolutionnaire Mondial était dominée par des banquiers internationaux. Quant aux dirigeants du parti rival, c’étaient des seigneurs de la guerre.

Les dirigeants du M.R.M. organisèrent le Communisme international pour détruire leurs opposants * (* Voir l’ouvrage du cardinal chilien Rodriguez intitulé « Le Mystère de la Franc-maçonnerie dévoilé » (page 118 de la version anglaise), favoriser leurs ambitions et faire avancer leur plan secret, et les seigneurs de la guerre élaborèrent le nazisme pour les contrer.

Les banquiers internationaux étaient qualifiés de « Sémites », tandis que les seigneurs de la guerre se vantaient de leur ascendance « aryenne ». Les dirigeants de l’un et l’autre groupes avaient beaucoup de choses en commun. Ils conservaient le secret sur les détails de leurs « PLANS À LONG TERME » respectifs visant à la domination définitive du monde ; ils évitaient la publicité et s’efforçaient de rester dans l’anonymat. Les deux directions opéraient selon le principe de la société anonyme ; elles organisaient les mouvements subversifs, finançaient et dirigeaient les opérations et fixaient les lignes d’action, mais elles mettaient en œuvre leurs plans par l’intermédiaire d’agents qu’elles avaient placés dans les coulisses des gouvernements en tant que « spécialistes » et « conseillers ».

Voici ce que dit de ces « conseillers » l’Article II, paragraphe 2 des Protocoles : « Nous choisirons les administrateurs dans le grand public, en ne tenant compte que de leurs capacités d’obéissance servile. Ce ne seront pas des individus formés dans l’art de gouverner, et ils deviendront donc facilement des pions sur notre échiquier aux mains des hommes instruits et supérieurement intelligents qui seront leurs conseillers, ceux-ci étant des spécialistes élevés et éduqués dès leur petite enfance en vue de conduire les affaires du monde entier. Comme vous le savez, pour se préparer à gouverner, ces hommes à nous ont tiré de nos projets politiques, des leçons de l’histoire et de l’observation des événements au fil du temps les informations dont ils avaient besoin. Les Goyim sont guidés non par l’exploitation pratique d’informations historiques objectives, mais par une routine purement théorique et indifférente aux conséquences. Nous n’avons donc pas à tenir le moindre compte d’eux. Laissons-les s’amuser jusqu’à ce que notre heure sonne, laissons-les vivre dans l’espoir de nouvelles formes de divertissement audacieux ou dans le souvenir de tout ce dont ils ont joui. Laissons cela tenir à leurs yeux le rôle principal que nous leur avons persuadé d’accepter comme découlant des diktats de la science (théorie scientifique). C’est avec cette idée à l’esprit que nous entretenons constamment, par le biais de la presse, une confiance aveugle dans les théories en question. Les intellectuels goyim se glorifieront de leurs connaissances et, sans les soumettre à la moindre vérification logique, appliqueront toutes les informations tirées de la science, que les spécialistes de notre Agentur auront astucieusement assemblées de manière à orienter leurs esprits dans la direction que nous voulons. »

Les dirigeants aryens ont pris sous leur aile tous les groupes et organisations de « DROITE », tandis que les Sémites prenaient sous la leur tous ceux de « GAUCHE ». Ainsi les humains sont-ils divisés en deux camps hostiles. Les despotes qui ont financé et dirigé les mouvements de « droite » et de « gauche » savaient qu’il leur fallait détruire TOUTES les formes de gouvernements NATIONAUX et TOUTES les religions existantes avant de pouvoir accéder à la maîtrise incontestée des richesses, des ressources naturelles et de la main d’œuvre du monde entier. Pour faire avancer leurs plans respectifs, les deux camps mobilisèrent tous leurs moyens de propagande. L’un fit croire aux gens ayant une sensibilité de « gauche » qu’ils avaient le DEVOIR de combattre et de détruire le fascisme et le national-socialisme. L’autre fit croire aux gens ayant une sensibilité de « droite » qu’ils avaient le DEVOIR de combattre et de détruire la communisme et le socialisme international. En outre, les conspirateurs des deux bords dressèrent l’un contre l’autre l’athéisme marxiste et le christianisme. Cela créa une division entre les humains dans les domaines de la politique et de la religion.

« Des Pions sur l’Échiquier » a mis en lumière des faits historiques prouvant que non seulement les dirigeants de la conspiration internationale avaient fomenté des guerres et des révolutions pour favoriser leur complot diabolique, mais aussi qu’en plus de contraindre les peuples à se faire la guerre pour leur compte, ils leur avaient fait payer le prix des destructions et des bains de sang. Tandis que tout le monde, sauf eux, était occupé à s’entre-égorger, les conspirateurs et leurs plus proches amis se prélassaient dans le luxe. Ils exigeaient et obtenaient maints concessions et privilèges spéciaux. Ils se voyaient décorer et honorer par les États belligérants au seul motif qu’ils avançaient à ces derniers les fonds nécessaires à la poursuite des guerres. La réalité de ces faits est établie par l’Article II, paragraphe 1 des Protocoles, où il est dit clairement : « Il est indispensable à notre cause que les guerres ne se soldent, si possible, par aucun gain territorial. La guerre sera donc portée sur le terrain économique, où les nations ne manqueront pas de remarquer notre prédominance à l’aide que nous fournissons ; cet état de fait placera les deux camps à la merci de notre Agentur internationale, assistée de millions d’yeux sans cesse aux aguets et n’ayant aucun obstacle à redouter. NOS DROITS INTERNATIONAUX BALAIERONT ALORS LES DROITS NATIONAUX, AU SENS PROPRE DU MOT « DROIT », ET NOUS RÉGIRONS LES NATIONS EXACTEMENT DE LA MÊME MANIÈRE QUE LA GUERRE CIVILE AU SEIN DES ÉTATS RÉGIT LES RELATIONS ENTRE LES SUJETS DE CES DERNIERS ».

Pour comprendre la véritable signification de la citation précédente, il faut connaître la définition du mot « DROIT ». Selon l’Article I, paragraphe 12 des Protocoles, « Notre “Droit” réside dans la force. Le mot “Droit” traduit une pensée abstraite et ne prouve rien. Il signifie seulement ceci : “Donnez-moi ce que je veux pour que j’aie ainsi la preuve que je suis plus fort que vous”. Il est dit aux paragraphe 13 : « Où commence le “Droit” ? Où finit-il ? » Et le paragraphe 14 de répondre ainsi à ces deux questions : « Dans tout État caractérisé par la désorganisation de l’autorité, la froideur des lois et la disparition de la personnalité des dirigeants sous l’avalanche des “Droits” que le libéralisme ne cesse de multiplier, je vois émerger un nouveau “Droit” […] attaquer en vertu du “Droit” du plus fort, disperser toutes les forces de l’ordre et toutes les réglementations existantes, reconstruire toutes les institutions et devenir le seigneur tout-puissant de ceux qui nous ont abandonné les “Droits” inhérents à leur pouvoir en les insérant volontairement dans leur libéralisme. »

Dans « Des Pions sur l’Échiquier », on trouve l’explication détaillée de la manière dont les dirigeants de la conspiration internationale prirent le contrôle de l’économie britannique en 1694. L’auteur indique comment les banquiers internationaux furent alors autorisés à consolider la dette nationale en concédant un prêt de 1.250.000 livres sterling et obtinrent que le paiement du principal et de l’intérêt leur fût garanti par des impôts prélevés sur le peuple. Ayant acquis ainsi la maîtrise de l’économie, les conspirateurs internationaux lancèrent la Grande-Bretagne dans une série de guerres, et en 1815, ils avaient réussi à porter la dette nationale à 885 millions de livres sterling. En 1945, la dette nationale avait atteint 22.398.000.000 de livres, les charges annuelles s’élevant pour leur part à 445 millions de livres.

On distingue dans la dette nationale une partie « fondée » et une partie « infondée ». Dans le cas de la dette « fondée », la date de remboursement est éloignée et revêt la forme des consolidés* (*NdT : Fonds publics de la dette d’Angleterre) et des dettes dues à la Banque d’Angleterre. La dénomination « Banque d’Angleterre » fait croire à la plupart des gens que l’État britannique est propriétaire de la Banque d’Angleterre. Or, ce n’est pas vrai, car la Banque d’Angleterre est en réalité aux mains des banquiers internationaux, et le peuple anglais leur doit tellement d’argent que ce sont eux qui, désormais, contrôlent l’État britannique ; c’est à telle enseigne qu’au cours des dernières années, le président de la Banque d’Angleterre dictait au gouvernement britannique sa politique intérieure et extérieure.

Quant à la partie « infondée » de la dette nationale, elle consiste en emprunts à court terme de l’État qui sont remboursables à date fixe. Aujourd’hui, en 1955, tout citoyen britannique – homme, femme ou enfant – doit verser près de cent livres par an pour satisfaire aux exigences des banquiers internationaux concernant les seuls prêts « fondés ». La Grande-Bretagne est donc asservie économiquement aux banquiers internationaux, mais toute autre nation PRÉTENDUMENT démocratique se trouve dans le même cas. La seule différence entre la Grande-Bretagne et les autres démocraties « libres » tient au degré d’asservissement économique que les banquiers internationaux ont été en mesure d’imposer. Les contribuables des États-Unis subissent davantage encore cet asservissement, tandis que ceux d’autres pays le subissent un peu moins. Mais dans tous les cas, l’accroissement rapide de la dette nationale est dû à ce que les nations ont été PRÉCIPITÉES dans des guerres fomentées par les banquiers internationaux afin d’affaiblir les gouvernements nationaux pour que, le moment venu, ces derniers soient plus faciles à renverser par les révolutions communistes ou FORCÉS d’accepter les idées internationalistes tendant à l’avènement d’un GOUVERNEMENT MONDIAL.

En 1934, lorsque Hitler accéda au pouvoir, l’Allemagne était dans un piètre état sur le plan financier. Aucune personne de bonne foi ne saurait nier que malgré les conditions et restrictions imposées à l’Allemagne par le Traité de Versailles, la politique financière et le système économique de Hitler inaugurèrent une ère de prospérité telle qu’aucun autre pays n’en avait connue depuis que les prêteurs internationaux avaient commencé à faire des affaires au niveau de l’État.

Hitler et Mussolini ont accompli en 1934 ce qu’Abraham Lincoln avait promis de faire s’il était réélu président des ÉtatsUnis en 1864. Lincoln dévoila l’intrigue dont usait l’Agentur des banquiers internationaux pour s’assurer le contrôle économique des États-Unis. Il annonça publiquement que s’il était réélu, il mettrait fin à leur usure, réduirait leur pouvoir politique et éradiquerait leur influence nocive. Il promit de faire appliquer à nouveau l’Article I, Section 8, paragraphe 5 de la Constitution, qui est ainsi rédigé : « Le Congrès aura le pouvoir […] De battre monnaie, d’en déterminer la valeur et celle de la monnaie étrangère… ». Lincoln savait que Mayer Amschel Rothschild avait dit : « Donnez moi le droit d’émettre et de contrôler l’argent d’une nation, et alors peu m’importe qui fait ses lois ». C’est en partant de ce principe qu’en 1865, les banquiers internationaux usurpèrent les droits monétaires de la plupart des États d’Europe et d’Amérique.

C’est parce qu’il était déterminé à mettre fin à l’usure que le Président Lincoln fut assassiné. Depuis 1865, les banquiers internationaux n’ont cessé d’accroître la dette nationale des États-Unis jusqu’à ce qu’elle atteigne 247 milliards de dollars en 1945. À cette fin, ils ont usé d’un expédient bien simple : financer l’élection de présidents qu’ils pouvaient contrôler. Puis ils ont contraint ceux-ci à lancer les États-Unis dans la guerre.  Étant donné que les rois naissaient pour régner par « droit » héréditaire et qu’ils étaient généralement considérés comme « les Oints de Dieu », les conspirateurs éprouvèrent le besoin de détruire royautés et royaumes et de leur substituer des républiques gouvernées par des présidents, afin de pouvoir mettre en œuvre l’Article X, paragraphe 13 des Protocoles, qui est ainsi rédigé :

« Pour que notre complot puisse aboutir, nous ferons élire comme présidents des hommes au passé chargé de taches obscures et méconnues […] ce seront alors des agents auxquels nous pourrons nous fier pour accomplir nos plans par crainte des révélations […] nous investirons le président du droit de déclarer un « état de guerre ». Nous justifierons ce « Droit » par le motif que comme chef des armées du pays, le Président doit en disposer pour le cas où il faudrait défendre la nouvelle constitution républicaine […] etc. »

L’intention des conspirateurs internationaux d’exploiter les guerres à leur profit est démontrée par l’Article VII, paragraphe 3 des Protocoles, qui dit ceci :

« Nous devons être en mesure de réagir à toute opposition en poussant à la GUERRE contre le pays qui ose s’attaquer à nous les États voisins de ce dernier : mais si, de leur côté, les États en question s’aventurent à se dresser collectivement contre nous, il nous faut alors résister au moyen d’une guerre universelle ».

Les banquiers internationaux de chaque pays du monde ont achevé en 1907 leurs processus de fusionnement. Le vote de la loi sur la Federal Reserve Bank fut le dernier acte dont les conspirateurs internationaux avaient besoin pour contrôler l’économie des États-Unis comme ils contrôlaient déjà l’économie européenne. Deux guerres mondiales vinrent ensuite accroître les dettes nationales jusqu’à aujourd’hui, en 1955, où les peuples des nations prétendument libres sont en réalité esclaves des banquiers internationaux [1].  Depuis 1789, année de la Grande Révolution française, les têtes couronnées n’ont cessé de tomber comme des fruits mûrs. Selon l’Article III, paragraphe 14 des Protocoles, « Souvenez-vous de la Révolution française, à laquelle c’est nous qui avons accolé le qualificatif « GRANDE » ; les secrets de ses préparatifs nous sont parfaitement connus, puisque toute l’affaire est sortie de nos mains ». Depuis cette année-là, il a éclaté partout des guerres et des révolutions. Dès que l’une prenait fin quelque part dans le monde, une autre commençait ailleurs.

  1. Pour plus amples informations à ce sujet, se reporter à l’ouvrage d’Eustace Mullins intitulé « The Federal Reserve Conspiracy ».

On a prétendu que la Première Guerre mondiale avait été menée pour mettre fin à toutes les guerres. En réalité, elle fut fomentée par les dirigeants des DEUX groupes internationaux dans le but de détruire autant d’empires que possible. C’est ainsi que l’Empire russe fut anéanti et remplacé par l’U.R.S.S. Toute sa vie, Lénine est resté fidèle aux conspirateurs internationaux qui l’avaient financé et qui l’avaient aidé aussi à renverser le gouvernement provisoire de Kerenski, de même qu’à instaurer en Russie une dictature absolue où ils purent expérimenter leurs idées en vue d’une dictature internationale.  Les banquiers internationaux envoyèrent à Paris leurs agents assister en tant que « conseillers » aux négociations devant aboutir à la signature du Traité de Versailles, et ils imposèrent à l’Allemagne des pénalités et des restrictions qui, dans leur esprit, étaient censées contraindre le gouvernement allemand à leur emprunter de l’argent pour favoriser la reprise économique.

Tout fonctionna comme prévu jusqu’au remplacement du général Paul Von Hindenburg par Adolf Hitler. Celui-ci mit aussitôt en œuvre son projet de redressement économique, et l’Allemagne commença à jouir d’une période de plein emploi et de grande prospérité. Les dirigeants de la conspiration internationale en conçurent beaucoup d’agacement, car si chaque nation avait décidé de suivre l’exemple allemand, leur projet à long terme de domination définitive du monde aurait fait long feu. En 1936, les conspirateurs internationaux arrêtèrent donc leur décision : les seigneurs de la guerre aryens – Hitler et son parti national-socialiste – devaient être détruits. Le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale devint dès lors une certitude. Les banquiers internationaux financèrent la Grande-Bretagne et l’Amérique pour qu’elles entrassent en guerre afin de liquider leurs rivaux, les seigneurs de la guerre aryens et le fascisme. En outre, ils enfoncèrent plus que jamais toutes les autres démocraties dans leurs dettes nationales, non sans réaliser des profits astronomiques grâce à la vente de munitions.

Conformément à leur plan de longue haleine, toutes les nations engagées dans la guerre se retrouvèrent affaiblies par la réduction de leur main-d’œuvre, de leurs richesses et de leur indépendance. Cette guerre se solda, comme on le sait, par la défaite militaire des puissances de l’Axe. Lorsque les combats eurent pris fin, les banquiers internationaux organisèrent la liquidation physique des « seigneurs de la guerre aryens ». Le fait que les « conseillers » des gouvernements alliés insistèrent pour que les individus en question fussent jugés en tant que criminels de guerre prouve qu’ils étaient membres de l’Agentur des Illuminati ou capitalistes internationaux, car l’Article I, paragraphe 24 des Protocoles stipule bien ceci :

« Notre État, conformément aux principes d’une conquête pacifique, a le droit de remplacer les horreurs de la guerre par des condamnations à mort moins ostensibles et plus satisfaisantes, celles-ci s’imposant pour maintenir la terreur qui tend à produire une soumission aveugle ».

Les procès de Nuremberg aboutirent à la mise à mort des seigneurs de la guerre aryens qui avaient eu le front de disputer la domination ultime du monde aux capitalistes internationaux. Lorsque le dernier « criminel de guerre » se fut balancé au bout d’une corde, les banquiers internationaux poussèrent un immense soupir de soulagement : ils étaient enfin seuls aux commandes… du moins le croyaient-ils… Mais ils allaient grandement déchanter. En succédant à Lénine, Staline avait commencé par montrer son intention de secouer le joug des banquiers internationaux en purgeant les soviets de tous leurs membres dénoncés comme trotskistes. On ne saurait nier qu’en 1935 et 1936, il caressait l’idée de développer en Russie sa propre économie, conformément à ce que Hitler faisait en Allemagne.

« Des Pions sur l’Échiquier » évoque les grenouillages qui eurent lieu dans les coulisses des affaires internationales entre 1936 et 1939, année où éclata la Deuxième Guerre mondiale. Aucune des ouvertures que les agents des banquiers internationaux firent à Staline entre 1939 et 1941 ne devait amener celui-ci à bouger d’un pouce. Il était bien décidé à rester neutre jusqu’à ce que l’affrontement entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne aboutisse à une impasse. Lorsque les nations capitalistes se seraient mutuellement saignées à blanc, Staline comptait mettre en œuvre sa version modernisée du projet de révolution mondiale. Ce projet modernisé comportait le recours à la GRÈVE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERNATIONALE dans le but de paralyser la vie des nations sur le point d’être asservies.

Dès 1936, Staline étudiait la possibilité d’utiliser le Kominform en remplacement du Komintern. Le dictateur avait pour slogan « La révolution pour en finir avec toutes les guerres ! ». Connaissant les intentions de Staline, Hitler l’attaqua en 1941. Staline fit alors semblant de revenir dans le giron des banquiers internationaux. Pour l’en récompenser, les dirigeants de la conspiration mondiale « conseillèrent » à Roosevelt et à Churchill de lui donner tout ce qu’il leur demanderait. Rien n’était trop cher à leurs yeux pour pouvoir le garder de leur côté tant qu’ils ne seraient pas prêts à se débarrasser de lui. Ils voulaient que le communisme oriental reste en vie jusqu’à ce qu’ils puissent l’utiliser pour détruire les gouvernements nationaux restants. Les relations censément amicales que Staline entretenait avec les puissances occidentales étaient si déroutantes aux yeux des dirigeants soviétiques que Staline dut mettre ceux-ci dans la confidence. Le 16 février 1943, il adressa donc à ses principaux chefs militaires et acolytes politiques un mémorandum ainsi rédigé :

« Les gouvernements bourgeois des démocraties occidentales, avec lesquels nous avons conclu une alliance, peuvent bien croire que nous nous sommes assigné pour unique tâche de chasser les fascistes de notre territoire. Mais nous autres bolcheviques, nous savons – comme les bolcheviques du monde entier – que notre véritable tâche commencera après l’achèvement de la seconde phase de la guerre. Alors débutera la troisième phase, la dernière pour nous et qui sera décisive […] la phase de la destruction du capitalisme mondial. NOTRE UNIQUE BUT EST ET DEMEURE LA RÉVOLUTION MONDIALE : LA DICTATURE DU PROLÉTARIAT. Si nous avons conclu des alliances, c’est parce qu’il le fallait pour parvenir à la troisième phase, MAIS NOTRE ROUTE DIVERGERA D’AVEC CELLE DE NOS ALLIÉS ACTUELS LORSQU’ILS FERONT OBSTACLE À LA RÉALISATION DE NOTRE OBJECTIF ULTIME.

Staline supprima le Komintern en 1944 pour faire croire aux capitalistes internationaux qu’il avait abandonné son projet de détruire les gouvernements NATIONALISTES restants au moyen de la révolution. Le Komintern était l’organe supérieur de l’Internationale communiste. C’est lui qui, jusqu’en 1944, avait conçu et planifié, puis dirigé les révolutions déclenchées dans les nations restant à asservir. Au sein du monde occidental, on ne semble pas s’être rendu compte alors que si Staline avait supprimé le Komintern, il l’avait remplacé par le Kominform et le Profintern. Ce dernier a pour mission de contrôler l’Organisation Internationale du Travail, qui couvre actuellement soixante-quinze millions de travailleurs syndiqués dans le monde entier. La tâche du Kominform et du Profintern consiste à agencer – au sein de l’Organisation Internationale du Travail – le mécanisme d’une GRÈVE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERNATIONALE devant servir de prélude à une révolution d’ampleur internationale.

L’ancien schéma de la révolution au coup par coup permettait d’abattre les pays les uns après les autres, tandis que le nouveau schéma pourrait servir à susciter d’un seul coup la révolution dans toutes les nations prétendument libres qui subsistent.   Une autre chose semble être passée inaperçue du monde occidental : le fait important que Tito, qui a toujours été étroitement tenu en laisse par les banquiers internationaux, s’était brouillé avec Staline sur la question du Kominform. Cette rupture avec les dirigeants soviétiques ne devait prendre fin qu’en mai 1955, lors de la visite que le dirigeant communiste soviétique Nikita Krouchtchev et son premier ministre Boulganine rendirent au dirigeant yougoslave.  Après la réunion de Postdam, Staline montra qu’il ne s’était pas laissé leurrer par les ouvertures des internationalistes occidentaux consistant à préconiser une coexistence pacifique entre l’Est communiste et l’Ouest capitaliste. Étant le bras droit de Lénine et étroitement associé à Molotov, Staline savait mieux que personne au monde que dans la phase finale du plan « à long terme », les banquiers internationaux avaient l’intention d’employer la force des puissances occidentales à détruire le communisme international pour pouvoir imposer leur propre projet de GOUVERNEMENT MONDIAL.

Il savait que les Illuminati ne se hasarderaient à s’en prendre au communisme en déclenchant une Troisième Guerre mondiale qu’après avoir acquis la certitude absolue que leurs plans en étaient au stade mentionné à l’Article I, paragraphe 15 des Protocoles, qui dit ceci : « Notre pouvoir, compte tenu de l’état chancelant actuel de toute forme de pouvoir, sera plus invincible que n’importe quel autre, parce qu’il restera caché jusqu’à ce qu’il ait acquis une force telle qu’aucune astuce ne permettra plus de l’ébranler ». Il est question à l’Article IV, paragraphe 2 des Protocoles de l’aptitude des Illuminati à garder le secret sur leur machination jusqu’à ce qu’ils aient acquis une force économique telle qu’aucun pouvoir ou aucune astuce ne pourra ébranler ou renverser leur organisation : « Qui ou quoi serait capable de vaincre une force invisible ? Et c’est précisément cela qu’est notre force. La maçonnerie des Gentils fait aveuglément office de paravent à nos objectifs comme à nous-mêmes, mais le plan d’action de notre force – y compris son centre stratégique – demeure pour tout le monde un mystère complet ».  Si la machination des Illuminati demeure inconnue en règle générale, c’est uniquement parce que le grand public refuse avec obstination d’écouter toutes les mises en garde. La police bavaroise a révélé les détails de la conspiration ourdie contre son gouvernement après avoir découvert un exemplaire du plan de celle-ci sur le corps du messager des Illuminati tué par la foudre à Ratisbonne en 1785. (…)



Les plans de la Synagogue de Satan

Les plans de la Synagogue de Satan

En moins de 50 pages, W. Carr a exposé le plan diabolique de subversion du monde et de sa domination par le démon, qui est actuellement en train de se dérouler sous nos yeux ! En 2e partie du livre (de la page 55 à la page 92) est reproduit le texte d´origine en anglais. Texte traduit par André Saugera.

Depuis près de dix ans l’oeuvre de William G. Carr commence à être connue en France. Trois de ses livres ont été traduits en français et édités par nos soins : « Des Pions sur l’Echiquier », « La Conspiration Mondiale » et « Satan, Prince de ce Monde ».

Voici un 4ème ouvrage très rare, que nous avons traduit. W. Carr s’est attaché à dévoiler dans ses ouvrages les échelons les plus élevés du « mystère d’iniquité » à l’œuvre dans le monde, dont les hauts dirigeants portent le nom d’Illuminati. Il a démontré que les hauts sectaires qui dirigent les nations de la terre, actuellement, sont tous des lucifériens aux ordres du Prince de ce Monde.

  • Broché: 91 pages
  • Editeur : Groupe Saint-Remi (1 janvier 2007)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845197233
  • ISBN-13: 978-2845197237

Citations

Si nous notons ce fait que la firme juive « Kuhn, Loeb et Cie » est en relations avec le syndicat wesphalien-rhénan, firme juive d’Allemagne, et les frères Lazard, maison juive de Paris, et aussi la maison de banque Günzbourg, maison juive de Pétrograd, Tokio et Paris ; si nous remarquons en plus que les affaires juives ci-dessus sont en étroites relations avec la maison juive Speyer et Cie de Londres, New-York et Francfort-sur-le-Main, de même qu’avec Nye Banken, affaire juive bolcheviste de Stockholm, il apparaitra que le mouvement bolcheviste comme tel, est dans une certaine mesure l’expression d’un mouvement général juif, et que certaines maisons de banque juives sont intéressées dans l’organisation de ce mouvement.
.
Il est encore plus intéressant de noter qu’aux alentours de 1805, les Rothschild s’attribuèrent les principaux emblèmes des Armoiries Royales de la Grande-Bretagne, à savoir le Lion et la Licorne supportant la couronne de David. Bien mieux, au dessus de la Couronne d’origine, ils ont placé les couronnes qui couvraient la couronne primitive de Grande-Bretagne (en hébreu : Le Pays Élu, La terre Promise).
.
LE PROF. JOHN BEATY, auparavant Colonel dans les services de renseignement US, établit dans son ouvrage récent, « Le Rideau de Fer autours des USA (Wilkinson Publishing Co., Dallas, Texas), que les Sionistes sont constitués par une tribu russe, appelée Kazars, étymologie d’Askhenaze, qui sont de sang Turquo-Mongol, et qui furent convertis au Judaïsme voici quelques centaines d’années, mais NE SONT PAS DES SÉMITES, ni des Juifs de sang Israélite. Si l’on remonte plus loin, aux dires du Prof. John Beaty, leur religion est celle de l’abominable Talmud de Babylone (i.e. basée sur les œuvres de Baal – le démon).

LA SECTE DES ILLUMINES,
DÉBAT SUR LA CONSPIRATION CONTRE LE CHRIST

LA SECTE DES ILLUMINES DEBAT SUR LA CONSPIRATION CONTRE LE CHRISTCe texte est le dernier écrit de W. Carr, l’aboutissement de son œuvre, que nous traduisons pour la première fois en français.
La multitude, écrivait Albert Pike à Mazzini en 1885, ayant perdu toute ses illusions sur la Chrétienté… recevra la manifestation de la lumière véritable de la pure doctrine de LUCIFER, apportée enfin devant les yeux des masses.
  • Broché: 35 pages
  • Editeur : Groupe Saint-Remi (1 janvier 2008)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845197810
  • ISBN-13: 978-2845197817



SATAN, PRINCE DE CE MONDE

satan_prince_de_ce_monde« Étant tout à fait conscient de mes limites, je dois à la vérité de dire que depuis la publication de Pions sur l’échiquier (1955) et Brouillard rouge sur l’Amérique (1957), et justement parce que je les ai publiés, j’en ai appris beaucoup plus encore sur le MOUVEMENT RÉVOLUTIONNAIRE MONDIAL (M.R.M) en rapport avec l’existence de la conspiration luciférienne, toujours présente, dirigée contre Dieu et l’homme par ceux qui font partie ici-bas de la SYNAGOGUE de SATAN (S.D.S.). J’ai reçu en abondance des informations supplémentaires d’un grand nombre de personnes de toutes classes, couleurs et croyances. Elles ont apporté plus de témoignages encore à ce volume. J’avoue que j’ignorais, à la parution de mes deux autres ouvrages, la plupart des faits que je livre aujourd’hui à mes lecteurs. » Extrait de la préface, par l’auteur

  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Groupe Saint-Remi (1 janvier 2005)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2845194102
  • ISBN-13: 978-2845194106
  • Dimensions du produit: 20,4 x 14,6 x 1,8 cm

TABLE DES MATIÈRES
Les éléments en vert sont publiés plus bas

  • PRÉFACE…3
  • POST-SCRIPTUM DE L’ÉDITEUR…….7
  • AVANT-PROPOS…….9
  1. LE DIABLE, LE MONDE ET LA CHAIR…….15
  2. COMMENT LE M.R.M FUT TRANSPORTÉ SUR TERRE…….39
  3. LE LUCIFÉRIANISME…….57
  4. LA DOCTRINE LUCIFÉRIENNE…….79
  5. LE SATANISME AVANT ET APRÈS L’AVÈNEMENT DU CHRIST…..89
  6. SOCIÉTÉS SECRÈTES MOUVEMENTS SUBVERSIFS…….105
  7. ADAM WEISHAUPT…….127
  8. COMMENT LA SYNAGOGUE DE SATAN FONCTIONNE  DANS LES HAUTES SPHÈRES…….141
  9. COMMENT LA SYNAGOGUE DE SATAN CONTRÔLE LES CANAUX DE L’INFORMATION PUBLIQUE…….151
  10. PREUVES DE LA CONSPIRATION. SON INTRODUCTION EN AMÉRIQUE…….161
  11. LE GÉNÉRAL ALBERT PIKE ET LA CONSPIRATION…….173
    SATAN, PRINCE DE CE MONDE…….238
  12. LES PROTOCOLES DE LA SYNAGOGUE DE SATAN…….195
  13. COMMENT LA CONSPIRATION S’EST DÉVELOPPÉE EN AMÉRIQUE …….215
  14. LE DERNIER CHAPITRE D’UN LIVRE ET AUSSI D’UNE VIE…….231


PRÉFACE

Quand l’auteur de ce livre, le capitaine de frégate W.J.G. Carr mourut le 2 octobre 1959, il laissa ce livre sous forme manuscrite avec des notes griffonnées, des ouvrages de référence, des pensées à demi formulées etc… Son ultime volonté fut que le livre soit achevé afin que le monde soit informé de la réalité du complot destiné à éliminer toute trace de respectabilité et de civilisation telles que nous les connaissons aujourd’hui. Une telle tâche dépasse manifestement tous les moyens ordinaires.

On m’a demandé, à moi son fils aîné, de tenter de préparer, revoir et corriger le mieux possible le manuscrit avant édition. Je l’ai fait au mieux de mes modestes capacités. Je n’ai rien ajouté ni rien changé au brouillon original sauf ce que réclamaient les notes en marge du manuscrit autographe de mon père. J’ai éprouvé un sentiment de frustration devant cet ouvrage, car il se situait bien au-delà de mes compétences. Mais en même temps, je l’ai trouvé extrêmement intéressant et enrichissant quand je tentais d’en extraire les pensées et les idées d’un homme décédé il y a près de sept ans.

En étudiant certains détails du manuscrit, j’ai trouvé des notes telles que celles ci : “Vérifier l’exactitude de tel ou tel point” ou “extraire plus d’informations concernant telle ou telle personne”. Chaque fois que l’occasion s’en présentait, j’ai supprimé totalement le point à éclaircir, car mon père a toujours été profondément convaincu que rien ne devait jamais être écrit qui ne soit entièrement prouvé à la lumière de la connaissance réelle. Ne possédant pas la science infuse pour décider quelle information devrait ou non être utilisée en pareil cas, j’ai trouvé plus sûr d’omettre entièrement la dite information.

Le fait que ce livre ne comporte que treize chapitres en contrariera certains et en frustrera d’autres. Je pense que ceux qui le liront en resteront troublés. “La symphonie inachevée” n’a jamais été terminée et il en sera de même de ce livre, sauf si chaque lecteur le termine lui-même plus tard, compte tenu de l’expérience qu’il aura acquise au fil des années.

Nombre d’entre vous se moqueront des affirmations énoncées dans ce livre, beaucoup les rejetteront, les prenant pour le délire d’un déséquilibré ; quelques uns ne pourront pas en terminer la lecture, car elle provoquera des anxiétés et des craintes insupportables. Mais beaucoup d’autres, et j’espère qu’ils seront la majorité, trouveront dans cet ouvrage la réponse aux problèmes les plus angoissants auxquels les hommes ont été confrontés depuis la nuit des temps et qu’ils trouveront matière à réflexion pour rechercher les solutions de l’avenir. C’est à ces derniers surtout, mais aussi à tous les hommes de bonne volonté, sans considération de couleur, de race ou de croyance, que cet ouvrage est respectueusement dédié au nom de mon père. A cette dédicace j’ajoute ma prière et mon ardent espoir que tous s’efforceront, et chacun à sa façon, de détourner la catastrophe qui fondra sur nous si les intrigues du démon ne sont pas bientôt déjouées.

Pour ceux qui désirent en approfondir la lecture, souvenez-vous qu’il s’agit d’un ouvrage incomplet, et s’il paraît y avoir un vide ou un manque de solution de continuité dans certains cas, c’est uniquement parce que ce livre est un peu mieux présenté qu’un simple brouillon qui aurait sans aucun doute abouti à un brillant essai littéraire si le capitaine de frégate Carr avait vécu quelques mois de plus pour l’achever lui-même. Je vous prie d’accepter mes excuses pour le manque de préparation évident dans ma tentative de mener à bien cet ouvrage. J’espère que malgré ses imperfections, il sera pour vous une fructueuse matière à réflexion pour l’avenir. Qu’il soit davantage encore une source d’inspiration pour de futurs et excellents ouvrages, afin de poursuivre les efforts initiés par l’auteur pour : “Dire la vérité et humilier le Diable”. Si nous travaillons tous ensemble, avec l’aide du Créateur, peut-être contribuerons-nous à créer un monde un peu plus conforme à la volonté de Dieu.

Sincèrement et fraternellement vôtre W.J. Carr Jr., Lima, Pérou, 2 juin 1966


POST-SCRIPTUM DE L’ÉDITEUR

En juin 1966, près de trente ans après que Wm. Carr. Jr eût complété la précédente préface à la dernière œuvre de son père, Omni reçut ce manuscrit des mains de compatriotes amis de la famille Carr. Il fut transmis à Omni comme ils l’avaient eux-mêmes reçu pour être publié en raison de son intérêt informatif. Certaines rumeurs prouvant son existence depuis des années, Omni se mit à sa recherche, et pût finalement en retrouver la trace. Comme nous le savons déjà, l’auteur est décédé avant d’avoir pu achever son ouvrage, et c’est son contenu, tel qu’il a été reçu par Omni, qui est publié ici. Aucun changement, révision n’ont été apportés à l’original sinon quelques notes marginales que nous avons jugées nécessaires. L’éditeur

AVANT-PROPOS
Étant tout à fait conscient de mes limites, je dois à la vérité de dire que depuis la publication de Pions sur l’échiquier (1955) et Brouillard rouge sur l’Amérique (1957), et justement parce que je les ai publiés, j’en ai appris beaucoup plus encore sur le MOUVEMENT RÉVOLUTIONNAIRE MONDIAL (M.R.M) en rapport avec l’existence de la conspiration luciférienne, toujours présente, dirigée contre Dieu et l’homme par ceux qui font partie ici bas de la SYNAGOGUE de SATAN (S.D.S.) J’ai reçu en abondance des informations supplémentaires d’un grand nombre de personnes de toutes classes, couleurs et croyances. Elles ont apporté plus de témoignages encore à ce volume. J’avoue que j’ignorais, à la parution de mes deux autres ouvrages, la plupart des faits que je livre aujourd’hui à mes lecteurs.  Je ne suis pas le moins du monde honteux que mes connaissances concernant le combat mené par Lucifer afin que les êtres humains renoncent à Dieu dans le but de les asservir pour l’éternité, physiquement, mentalement, et spirituellement, soient aussi limitées qu’en 1955. Cela devrait servir de leçon aux autres.

Depuis 1911, j’ai travaillé et étudié en toute honnêteté, afin de trouver la réponse à la question : “Pourquoi l’espèce humaine ne peut-elle vivre en paix, et jouir ainsi des dons et des bénédictions que Dieu, le Créateur, a donnés en abondance pour notre usage et notre plaisir ?” Les deux derniers livres sur les neuf que j’ai déjà publiés prouvent que quarante-quatre ans après, j’ai encore beaucoup à apprendre. Je me sentirais coupable de négligence dans mes devoirs envers Dieu et mon prochain si je ne rendais publiques les informations supplémentaires qui m’ont été fournies. Je sais que les ennemis de Dieu me tourneront en ridicule, et mettront l’accent sur les affirmations rapportées dans mes deux autres livres. Je publie ce que je crois être la vérité – Je n’ai jamais prétendu qu’elle soit une valeur absolue – car se tromper est humain, pardonner est divin.

En bonne justice, je me dois de dire que la SEULE véritable faute que j’ai commise fut d’avoir été incapable de faire la relation entre la révolte de Lucifer au ciel et le M.R.M tel qu’il est dirigé de nos jours. J’ai dénoncé comme responsables de tous nos maux les banquiers internationaux, l’égoïsme du capitalisme mondial, le nazisme et le communisme. Je savais, au plus profond de mon cœur, que les guerres et les révolutions étaient programmées, bien longtemps auparavant, dans le dessein de provoquer finalement la destruction de toute forme de gouvernement et de religion afin d’imposer une dictature totalitaire à ce qui resterait de la population mondiale à la fin du cataclysme. Mais je ne tenais pas pour certain, comme j’en ai été convaincu depuis, que le M.R.M fut une réplique exacte du combat que Lucifer et ses disciples avaient livré pour le contrôle de l’univers surnaturel que nous appelons le ciel.

J’ai intitulé mon dernier ouvrage Brouillard rouge sur l’Amérique, parce que j’étais pleinement conscient du brouillard de propagande émis par les Forces du Mal pour empêcher l’immense majorité des gens de découvrir la VÉRITÉ. Je croyais avoir pénétré dans ce brouillard – je me trompais ! – les preuves supplémentaires que j’apporte à mes lecteurs dans Satan, Prince de ce Monde, sont l’affirmation que je m’étais fourvoyé dans cette brume de mensonges et de fourberies provenant de ceux affiliés à la Synagogue de Satan, qui mettent à exécution la conspiration luciférienne.

Je veux qu’il soit clair et net que je ne crois pas que la S.D.S soit juive, mais que je crois comme le Christ nous l’a dit de façon évidente, qu’elle est composée de “Ceux qui se disent juifs… et ne le sont pas… et qui sont des menteurs”. (Apoc. 2 : 9 et 3 :9) J’espère prouver dans ce livre que les Protocoles contenant les détails du complot diabolique revu et modernisé par Weishaupt entre 1770 et 1776, ne sont pas ceux des Sages de Sion, mais ceux de la Synagogue de Satan dont l’idéologie est d’instaurer un gouvernement mondial, dont les grands prêtres d’obédience luciférienne usurperont l’autorité.

Ce livre a été écrit pour l’information du public. Eu égard à mes modestes moyens, je tente de mettre en pratique le commandement du Christ. Je ne veux pas encombrer cet ouvrage de centaines de notes en bas de page assorties de titres, de chapitres et de citations émanant de soi-disant autorités en la matière. Je trouve que beaucoup trop d’auteurs citent comme autorités celles qui servent en secret la cause du Démon. Je prierai donc mes lecteurs d’accepter ce que je publie pour ce que je crois être la vérité.

Comme preuve de ma sincérité, je souligne que j’ai publié jusqu’ici neuf livres et des centaines d’articles qui ne sont pas le fruit de l’imagination, et que si des erreurs graves y ont été relevées, cela n’a jamais été prouvé. J’ai renoncé à toute considération mercantile. Durant toute la période consacrée à l’étude, à la recherche et à la rédaction de mes livres, je n’ai jamais accepté d’aide financière, ni tiré profit du résultat de mes travaux. J’ai utilisé le revenu de mes ouvrages d’une part pour subvenir aux besoins de ma famille, d’autre part pour pouvoir poursuivre mes études et mes recherches. Quand les miens ont été en mesure de se prendre en charge, j’ai remis tous les documents concernant mes travaux à une fédération de laïcs chrétiens pour l’éducation des gens. Mon épouse et moi vivons de mes pensions d’invalidité des deux guerres mondiales.

Je sais parfaitement que les suppôts de Satan trouvent impopulaire de croire en la Bible. Je sais que le “Principal n’est pas de croire au Démon ou à l’Enfer”. Je sais que je serai couvert de ridicule pour ce que j’écris… MAIS JE SAIS QUE CE QUE J’ÉCRIS EST LA VÉRITÉ. Personne ne se réjouira à la lecture de ce livre, mais ceux qui l’approfondiront, verront les choses sous leur véritable aspect ; ils seront à même de comprendre la nature et le pourquoi de ce qui arrive aujourd’hui dans le monde.

Ce que je vais révéler aura une étrange résonance venant d’un homme ayant comme moi vécu deux guerres, mais parce que les guerres et les révolutions imposées aux masses (Goys) sont les moyens utilisés par la Synagogue de Satan pour amener ceux qu’elle veut anéantir à détruire leur propre forme de gouvernement et de religion et les asservir ainsi à la dictature de Lucifer, la seule manière de l’empêcher logiquement de réaliser ce plan diabolique est de refuser d’être en aucune façon impliqué dans d’autres guerres et d’autres révolutions. Cela veut dire que chaque individu doit opposer une résistance passive aux autorités qui voudraient le contraindre à la guerre.

J’avais autrefois le plus profond mépris pour les objecteurs de conscience. Je les considérais comme des lâches, des traîtres à leur pays, des gens indifférents aux privilèges d’être des citoyens de leur nation. Mais maintenant je réalise, après avoir étudié la conspiration luciférienne sous tous ses aspects, ce que Dieu voulait vraiment dire par ce Commandement “Tu ne tueras point”. Il ne voulait pas dire qu’il était légitime de tuer les gens en masse par la guerre et la révolution.

Dans l’ancien récit de la Conspiration revue par Weishaupt, il est dit que pour permettre à ceux qui la dirigent de s’emparer de la domination du monde afin “d’accomplir leur mission en paix”, on imposera aux Goys des guerres et des révolutions. Ils se battront pendant qu’eux se reposeront et applaudiront en ne se mêlant de rien. Weishaupt ajoute que ceux qui mènent cette conspiration s’arrangeront, par dirigeants interposés, pour que même les nations victorieuses ne tirent aucun profit de la guerre ni de l’annexion de territoires. Quelle personne tant soit peu informée pourrait nier que cette politique n’a pas été suivie à la lettre lors des deux guerres mondiales ?

Mais d’autre part, le Communisme a grandi en taille et en force jusqu’à égaler en puissance le reste du monde. Il est vrai que les révolutions fomentées pour amener ce régime là où il en est aujourd’hui, avaient poussé les masses (Goys) à se battre les unes contre les autres. Mais ceux qui étaient destinés à s’emparer du pouvoir, comme Lénine, ne se trouvèrent jamais engagés dans le combat actuel sinon par accident. Un autre fait non moins étrange révèle que les activistes de la Synagogue de Satan pris dans des mouvements révolutionnaires ne furent jamais exécutés, mais invariablement emprisonnés puis libérés par la suite afin de poursuivre leurs activités subversives comme je l’ai démontré dans mes précédents ouvrages.

Je crois maintenant que Dieu destinait l’homme à protéger sa propre vie et celle de sa famille contre tout agresseur, mais si on élargit ce principe ou loi naturelle à l’échelle nationale et internationale, je suis persuadé que cela faisait sans aucun doute partie de la conspiration luciférienne. Soldats et policiers étaient censés en premier lieu préserver la loi et l’ordre et protéger les faibles des éléments criminels qui refusaient de se plier aux règles de morale et aux lois naturelles propres à toute société civilisée. C’est la SEULE raison pour laquelle le roi ou tout autre gouvernant, devait user de la force pour le maintien de l’ordre et le respect de la loi. S’il arrivait qu’il abusât de ses droits, le peuple pouvait réprimander le souverain comme on l’a vu avec la Grande Charte, mais il n’aurait pu en aucun cas porter atteinte aux règles dynastiques instituées par Dieu. Les Protocoles se sont fait fort d’amener les Goys à commettre cette erreur, les incitant ainsi à abandonner leur seule protection contre ceux qui voulaient soi-disant les délivrer de leurs anciens oppresseurs, afin de mieux les soumettre à leur dictature totalitaire.

Je sais que les Illuminati auront dans leur ligne de mire les points faibles de ces affirmations, mais il n’en reste pas moins que je ne peux plus m’appuyer sur l’autorité des Écritures ni m’en tenir au raisonnement pour justifier notre division en camps opposés qui se combattent par les armes et se massacrent pour résoudre les problèmes politiques, sociaux, économiques qui n’ont jamais été résolus pas plus hier qu’aujourd’hui. Il est parfaitement insensé que des Chrétiens puissent s’affronter, s’entre-tuer par dizaines de millions sans éprouver la moindre animosité les uns à l’égard des autres.

Revenir à la résistance passive ! Gandhi a accompli une grande tâche en appliquant ce principe pour lequel il fut assassiné. Qu’avons-nous à sa place ? Un homme qui se dit neutre, mais qui en réalité aide la Synagogue de Satan à maintenir “Une balance du pouvoir de sorte que les Goys se jettent de nouveau à la gorge les uns des autres” dans une troisième guerre mondiale, et que les deux camps sensiblement de force égale, prolongent ainsi une guerre encore plus destructrice. Nous serions des héros si nous pouvions, me semble-t-il, défendre un principe comme celui de la défense passive, même si en agissant ainsi, nous étions condamnés à mort par ceux qui servent la Synagogue de Satan. Je crois qu’il vaut mieux mourir en exprimant notre Foi en Dieu, que dans un combat contre nos frères spirituels, qui devraient être nos amis. Pour illustrer ces propos que je viens d’exposer, je citerai : 2 Les Rois 7 :4 ; Ps. 44 :22 ; Mathieu 10 :28 ; Luc 12 :4 ; Rom. 8 :36 ; Jacques 5 :6

CHAPITRE I
LE DIABLE, LE MONDE ET LA CHAIR

Parce que mensonges et fourberies font partie du répertoire de ceux qui dirigent d’en haut le Mouvement Révolutionnaire Mondial (M.R.M), jamais depuis qu’il existe des témoignages écrits de l’histoire, aucune subvention n’a été accordée par les gouvernements, les établissements éducatifs, les fondations dites charitables ou toute autre source de richesse et de puissance, pour permettre aux spécialistes de rédiger l’histoire précise et documentée du M.R.M.  Incapable de financer l’aide indispensable pour mener à bien un travail minutieux (ce qui aurait demandé au moins dix ans d’études et de recherches) destiné à montrer à profusion l’expérience que j’ai acquise à tenter de trouver la réponse à la question :“Pourquoi la race humaine ne peut-elle vivre en paix, et jouir des bénédictions et des bontés dont Dieu nous a comblés pour notre usage et notre plaisir ?” J’apporte la preuve évidente que ce que nous nommons M.R.M n’est ni plus ni moins que l’éternelle révolte de Lucifer contre le droit de Dieu d’exercer l’Autorité Suprême sur tout l’Univers.

De nombreux et éminents chercheurs tels que Mme Nesta Webster, le comte De Poncin ; Copin-Albancelli ; Copon P.O. ; Copin C.J ; Dom Paul Benoît ; Ed. Em. Eckert ; Arthur Preuss ; Domenico Margoitta ; Witchl ; Son Eminence le Cardinal Caro Rodriguez, Don Bell, de Palm Beach, Floride, et bien d’autres encore, semblent avoir été incapables de percevoir la relation qui existe entre les guerres, les révolutions, le chaos universel qui règne actuellement et ce que nous enseigne clairement l’Ecriture Sainte, qui est la Parole de Dieu, à savoir que le Seigneur décida de peupler la terre d’êtres humains et que Satan vint au jardin d’Eden pour détourner de Dieu nos premiers parents. Il accomplit son œuvre, bien que Dieu soit venu et ait parlé à ses créatures, leur expliquant son projet de gouvernement de l’univers et comment elles devraient vivre pendant un certain temps sur la terre afin de lui prouver leur véritable amour et leur désir ardent de le servir sans contrainte pour toute l’éternité par respect pour son infinie perfection.

L’étude comparative de l’histoire des religions prouve non seulement que même les tribus de nomades et de pasteurs les plus primitives croyaient à l’existence d’autres mondes avant la création de la terre par “L’Être Suprême”, mais encore confirme clairement que les tribus “Barbares” comme les nomment certains (tribus qui vivaient de chasse, de pêche, de la cueillette de fruits sauvages avant que l’homme ne commence à cultiver la terre, à élever des animaux destinés à la production), croyaient qu’à un certain moment et quelque part dans l’univers, avant que Dieu ne décidât de créer la terre, une révolte éclata parce que l’une des créatures de Dieu avait contesté son droit à l’exercice de l’Autorité Suprême sur le monde.

Si l’on étudiait dans cet esprit les origines du M.R.M, on remplirait des volumes entiers. Qu’il suffise donc, pour notre propos, de démontrer que ce principe de base de croyance “religieuse” était partagé par toutes les peuplades aborigènes. W. Schmidt, auteur de Der Ursprung des Gottesides, a publié sept volumes (Munster i. W. 1912-1940) Le huitième volume était sous presse quand le présent livre fut écrit, c’est–à-dire en 1958. Les volumes IX à XIII sont encore sous forme manuscrite.
Fr. Schmidt qui est considéré comme une sommité en la matière, classe les êtres primitifs en “Urkulturen”, c’est-à-dire ceux dont l’occupation était la chasse et la pêche, et en “Primarkulturen”, ceux qui leur succédèrent en devenant laboureurs et éleveurs. Les peuplades que nous appelons aujourd’hui aborigènes sont les restes d’une société humaine qui n’a jamais dépassé le stade de “l’Urkulturen”. Par “Urkulturen” Fr. Schmidt ne veut pas dire que les civilisations auxquelles il fait allusion sont identiques à celles de la race humaine d’origine, mais que ce terme recouvre les genres de civilisations les plus anciens auxquels nos moyens de recherche peuvent aboutir.
Fr. Schmidt divise en trois groupes ce qui reste de ces “Urkulturen” ou civilisations primitives, à savoir : 1) Le groupe méridional, comprenant plusieurs tribus (Aborigènes) du sud-est australien. 2) Le groupe central, avec les Pygmées et “Pygméens” d’Afrique et du sud-est asiatique, y compris Ceylan, les îles Andaman et les Philippines. 3) Le groupe septentrional ou Nord américain, dont on trouve des représentants dans le nord de l’Asie et chez les Esquimaux et les Indiens d’Amérique.

Tous ces soi-disant barbares partagent la même croyance : 1) que d’autres mondes existaient avant la création du nôtre. 2) qu’à un moment donné, avant que l’Être Suprême ne créât ce monde, une révolte a éclaté dans le Ciel, déclenchée par des créatures de la Divinité pour contester son droit au gouvernement de l’Univers. 3) que cette révolte contre la suprématie absolue du Créateur (Dieu) eût pour effet de diviser l’Univers en “ Bons ” et en “Méchants”. 4) que l’Esprit du Mal tenta de contrecarrer l’œuvre de Dieu. 5) que même cette création accomplie, ces forces démoniaques n’ont pas cessé d’empêcher l’homme d’accomplir la volonté de Dieu. 6) que ce sont les serviteurs de ce Maître de la révolte céleste qui ont apporté au genre humain la maladie, la mort, et tous les autres maux, en amenant nos premiers parents à trahir Dieu.

Chacun des groupes de ces descendants des “Urkulturen” qui a survécu, il y a peu de temps encore, sans aucun contact avec notre prétendue civilisation, a sa propre conception de la façon dont l’Esprit du Mal, que nous nommons “Le Diable” osa affronter Dieu lorsqu’il créa le monde. Ces groupes ont leur manière d’apprendre à leurs enfants comment et pourquoi le Démon apporta la maladie, les guerres, la mort, et autres tribulations au genre humain. Mais tous admettent que le Démon était, et est toujours, “L’ADVERSAIRE” de Dieu, qui est l’Être Suprême créateur du Ciel et de la terre.

D’après les Algonquins du centre-Nord de la Californie, le Diable entra en scène au moment où la Divinité terminait son œuvre, et tenta de s’en approprier une part. A en croire cette mythologie, le Démon apparut sous forme humaine, mais parce qu’il n’amenait que la mort, Dieu le transforma en animal que les Indiens appellent Coyote.

Dans “News behind the News (les Nouvelles derrière les Nouvelles)” j’ai démontré à l’évidence que Satan livra nos premiers parents à la malédiction divine, en amenant Ève à se prêter à des “perversions sexuelles”, lui promettant, si elle acceptait ses avances et suivait ses conseils, de lui révéler les secrets de la procréation, faisant ainsi d’elle et d’Adam les égaux de Dieu. J’ai montré que le credo luciférien nous apprend que Satan initia Ève au plaisir des rapports sexuels. Nous utilisons le mot “perversions” dans le sens où l’entendait le Diable en apprenant à la femme des comportements contraires aux relations intimes que Dieu avait voulues entre époux. En lisant le livre Satan, nous avons découvert que d’autres personnes faisant autorité, en arrivaient à la conclusion évidente que les perversions sexuelles avaient été “la cause de la chute de l’homme, l’exposant ainsi à la mort”. Des pasteurs et des prêtres m’écrivirent pour me dire que les prétendus rapports physiques entre Satan et Ève étaient d’une absurdité absolue, Satan étant un pur esprit, et donc incapable d’avoir des relations charnelles avec un être humain. A ces raisons, je répondrai ce que la vieille femme disait en embrassant sa vache “A chacun ses goûts !”

Dans le livre Satan, Joseph Henninger, rapporte que la tribu Wintum de Californie appelle Dieu “Obelbis ” et le Démon “Sedit”. D’après la mythologie de cette tribu, Obelbis voulait que les membres de la race humaine vivent comme frères et sœurs, qu’il n’y ait ni naissances ni décès, que la vie soit facile et agréable et que le but de l’existence fût de retrouver Obelbis au ciel et de vivre avec lui pour l’éternité. Pour calmer la faim des hommes, Obelbis créa une sorte de noix sans coquille qui tombait de l’arbre quand elle était mûre (cette variété de fruit figure encore au menu des Wintum.)  Il ordonna à deux frères de construire de la terre au ciel une route pavée, afin que la tribu puisse rejoindre facilement son Créateur. Mais Sedit entra en scène et persuada l’un des deux frères de se livrer à des rapports sexuels et de procréer ainsi l’espèce humaine. Celui-ci gagné à Sedit, parvint à convaincre l’autre ; c’est ainsi qu’ils abandonnèrent Obelbis et détruisirent la route qu’ils étaient en train de construire pour aller au ciel.

Sedit, horrifié quand il s’aperçut qu’il avait apporté la mort à l’humanité, et qu’il devrait mourir aussi, tenta d’échapper à son destin. Il construisit un assemblage de branches et de feuilles (un aéroplane) dans l’espoir de s’envoler au ciel ; mais il s’écrasa et se tua. Obelbis voyant cela du haut des cieux, dit : “Regardez. Le premier mort ! Désormais, tous les hommes mourront”.

Dans la mythologie des Yakoutes vivant dans l’extrême nord de la Sibérie, la terre était au commencement recouverte entièrement par les eaux.  Ai-tojon (l’Être Suprême) aperçut une bulle d’où sortait une voix. Il demanda à la voix : “Qui es-tu ? D’où viens-tu ?” Elle lui répondit : “Je suis le démon. Je vis sur la terre qui est au-dessous des eaux”. Ai-tojon dit : “Si tu dis vrai, donne-m’en un morceau”.  Le démon plongea et lui rapporta de la terre. Ai-tojon la prit, la bénit, puis s’étendit sur elle et se reposa sur les eaux. Le démon tenta de le noyer, mais plus il essayait de toutes ses forces de retourner le radeau que Dieu avait construit avec cette terre, plus ce radeau grandissait et, au grand dam du démon, plus il recouvrait toutes les eaux pour former le monde où vivent aujourd’hui les hommes.

La mythologie des Tartares de l’Altaï est très proche de celle des Yakoutes, sauf que leur légende raconte qu’Erlik (Le Mauvais) avait apporté des profondeurs la première terre que le Créateur assécha. Ce dernier lui ordonna de plonger de nouveau et de lui rapporter plus de terre. Erlik décida d’imiter le Créateur, et remonta deux morceaux de terre, dont il cacha l’un dans la bouche. Il en avala jusqu’à ce qu’il fut contraint de le recracher avant d’étouffer. De cette terre qu’il recracha, Dieu créa des montagnes, des marais et de vastes étendues. Puis le Créateur dit à Erlik : “Tu as péché. Tu as voulu me jouer un méchant tour. Ceux qui adoptent tes idées seront les tiens, mais les bons seront les miens”.  Nous espérons ainsi prouver que la distinction entre “Bons” et “Méchants” existait déjà avant la création du monde et qu’elle fut introduite sur la terre par le Démon que nous, chrétiens, nommons Satan.

Quand Lucifer, se servant de l’un de ses Princes des Ténèbres que nous appelons Satan, amena nos premiers parents Adam et Eve à trahir Dieu, ceux-ci et leur progéniture tombèrent par le fait même en sa possession. Ils devraient demeurer prisonniers de la chair tant qu’ils n’auraient pas exprimé le désir de revenir vers Dieu par une nouvelle naissance spirituelle. La manière dont la conspiration luciférienne disputa à Dieu le droit d’exercer l’autorité suprême sur tout l’univers, et se répandit sur toute la terre pour s’emparer des hommes, sera étudiée plus loin en détail.

Il est maintenant indispensable d’expliquer clairement ce qui s’est réellement passé dans ce monde surnaturel que nous appelons le ciel au moment de cette révolte luciférienne. Cela est d’autant plus nécessaire que les forces du Mal qui n’ont cessé de diriger ce complot depuis qu’il s’est propagé dans le monde, ont occulté la vérité et l’ont rendue si difficilement compréhensible, que nous ne pouvons blâmer le simple mortel de la connaître si peu ou pas du tout, même si son salut éternel dépend de cette vérité.

Pour le commun des mortels, le plus grand obstacle à franchir pour comprendre et croire à cette éternelle conjuration luciférienne, est d’effacer de son esprit une fausse vision du Démon qui le représente sous les traits d’une abominable créature à la face hideuse surmontée de cornes, avec des sabots et une queue fourchue etc…


(Re)découvrir d’autres auteurs et conférenciers :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s