Robert Faurisson

tintin laffaire-faurissonRobert Faurisson est un ancien professeur qui a voué sa vie à démontrer les incohérences des chambres à gaz. Il a été plusieurs fois attaqué physiquement; on a écrit une loi « spécialement pour lui » (Loi Gayssot / Fabius) sur (la fin de) la liberté d’expression.
– Un homme, Robert Faurisson (Documentaire, 1h32)
– Bibliographie
– Loi Gayssot
– Diverses vidéos d’époque dont « Le problème des chambres à gaz » (1986)

Plus un article sur le site : Les Dessous de l’holocauste



Faurisson en 39(min)45(sec)

(censuré sur youtube, remis en ligne par nos soins)

starring_robert_faurisson« Robert Faurisson (né le 25 janvier 1929 à Shepperton, comté de Surrey, Royaume-Uni), est un universitaire français et professeur de lettres aujourd’hui retraité, avant tout connu comme militant et auteur révisionniste.
Il a prouvé l’Hoax des chambres à gaz et des camps d’extermination Nazi, qu’il qualifie de simples camps de concentration, et, plus généralement, la supercherie juive du prétendus génocide des Juifs commis par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il a été condamné à plusieurs reprises en France par les juifs pour « contestation de crime contre l’humanité ».
robert_faurisson_gas_chambers_problemRobert Faurisson se fait connaître du grand public en janvier 1979, lors de la publication d’une lettre tribune envoyée par lui au quotidien Le Monde, intitulée « Le Problème des chambres à gaz, ou la rumeur d’Auschwitz » et où il écrit notamment : « Jusqu’en 1960, j’ai cru à la réalité de ces gigantesques massacres dans les “chambres à gaz”.
Puis, à la lecture de Paul Rassinier, ancien déporté résistant et auteur du Mensonge d’Ulysse, j’ai commencé à avoir des doutes.
Après quatorze ans de réflexions personnelles, puis quatre ans d’une enquête acharnée, j’ai acquis la certitude, comme vingt autres auteurs révisionnistes, que je me trouvais devant un mensonge historique. » Il ajoute : « Jamais Hitler n’a ordonné (ni admis) que quiconque fût tué en raison de sa race ou de sa religion » et qualifie « Les prétendues “chambres à gaz” et le prétendu “génocide” » de mensonge « permettant une gigantesque escroquerie politico-financière dont l’État d’Israël est le principal bénéficiaire ». » (Source)


Un homme, Robert Faurisson (1h32)

site du film

«La libre pensée est exigeante, car elle suppose un effort pour penser par soi-même, alors que nous sommes gavé de prêt-à-penser.»
«L’axe américano-sioniste a phosphorisé les enfants allemands, atomisé les enfants japonais, traité les enfants vietnamiens à l’agent orange et les enfants irakiens à l’uranium appauvri. Il est temps que les vaincus, les humiliés, les offensés répliquent par ce que j’appelle depuis longtemps “l’arme atomique du pauvre”, c’est-à-dire par le révisionnisme historique ; cette arme-là ne tue ni ne mutile personne ; elle ne tue que le mensonge, la calomnie, la diffamation, le mythe de la “Shoah” ainsi que l’abject Shoah-Business, cher à Bernard Madoff, à Elie Wiesel, à la cohorte des “miraculés” et aux assassins des enfants de Gaza»

« Les prétendues « Chambres à gaz » hitlériennes et le prétendu « génocide » des Juifs forment un seul et même mensonge historique.»

Professeur Robert Faurisson.

L’interview Vérité de Robert Faurisson Meta TV

Robert Faurisson : Interview TDP


Robert Faurisson le problème des chambres à gaz (1986)


BIBLIOGRAPHIE

Les victoires du révisionnisme

Année : 2006

les-victoires-du-revisionnisme-de-robert-faurissonAu procès de Nuremberg (1945-1946), le tribunal des vainqueurs a notamment accusé l’Allemagne vaincue
1) d’avoir ordonné et planifié l’extermination physique des juifs d’Europe ;
2) d’avoir, dans ce but, mis au point et utilisé des armes de destruction massive appelées, en particulier, « chambres à gaz » ;
3) d’avoir, essentiellement par ces armes mais aussi par d’autres moyens, provoqué la mort de six millions de juifs.
A l’appui de cette triple accusation, reprise depuis soixante ans par l’ensemble des grands médias occidentaux, on n’a produit aucune preuve qui résiste à l’examen. Le professeur Robert Faurisson en a conclu en 1980 :
« Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière, dont les principaux bénéficiaires sont l’État d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – mais non pas ses dirigeants – et le peuple palestinien tout entier. »
En 2006, il maintient intégralement cette conclusion. En près de soixante ans, les révisionnistes, à commencer par les Français Maurice Bardèche et Paul Rassinier, ont accumulé, du point de vue historique et scientifique, une impressionnante série de victoires sur leurs adversaires. Vingt exemples sont ici donnés de ces victoires, qui vont de 1951 à nos jours.
Le révisionnisme n’est pas une idéologie mais une méthode inspirée par la recherche de l’exactitude en matière d’histoire. Les circonstances font que le révisionnisme est aussi devenu la grande aventure intellectuelle du temps présent.
Né en 1929 d’un père français et d’une mère britannique (écossaise), Robert Faurisson a enseigné les lettres classiques (français, latin, grec), puis s’est spécialisé d’abord dans l’analyse de textes de la littérature française moderne et contemporaine et, enfin, dans la critique de textes et documents (littérature, histoire, médias). Il a enseigné, en particulier à la Sorbonne et à l’Université de Lyon. A cause de ses prises de position révisionnistes, il a été interdit d’enseignement. A de multiples reprises il a été condamné en justice. Il a subi dix agressions physiques. En France, presse, radio et télévision lui sont fermées ainsi qu’à tout révisionniste. Parmi ses ouvrages : Écrits Révisionnistes (1974-1998) en quatre volumes (2ème édition, LV-2027 p).

Mémoire en défense

Contre ceux qui m’accusent de falsifier l’Histoire.

La question des chambres à gaz

Memoire-en-defense-robert-faurisson« Robert Faurisson persiste et signe. Il est attaqué en justice par sept associations d’antiracistes, d’anciens résistants, d’anciens déportés, etc., pour « dommage » par « falsification de l’ Histoire » (sic!). Robert Faurisson répond ici à ses accusateurs. Sa démonstration ne porte pas seulement sur le « témoignages Kremer » qui est l’ultime argument de ceux pour qui les « chambres à gaz » auraient existé ; elle s’étend à bien d’autres aspects surprenants de la question. Ce mémoire illustre une fois encore la méthode matérialiste de Robert Faurisson ; cette méthode a fait ses preuves dans l’étude du journal d’Anne Frank dont l’inauthenticité est aujourd’hui admise. Le sujet des « chambres à gaz » est tabou. Il se situe au cœur de tout un ensemble d’interdits politico-historiques de nature religieuse, forgés par nos sociétés. En un temps où les bombes deviennent le dernier recours des idéologues, ce livre constitue une bombe à dépression idéologique.
Précédé d’un avis de Noam Chomsky.

Un classique qu’il faut lire pour ne pas mourir idiot. »
Broché : 300 pages
Éditeur : La vieille Taupe
Langue : Français
ISBN 10 : 102903279039
ISBN 13 : 9782903279035


= Loi Gayssot =

Loi Gayssot

La loi Gayssot est la désignation courante soit de la loi française no 90-615 du 13 juillet 1990, « tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe », soit de la partie de cette loi (son article 9) qui introduit un « article 24 bis » dans la loi sur la liberté de la presse. Cette loi résultait d’une proposition de loi présentée à l’assemblée nationale par le député communiste Jean-Claude Gayssot et au sénat par le sénateur communiste Charles Lederman.

L’article premier de cette loi rappelle que « toute discrimination fondée sur l’appartenance ou la non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion est interdite ». Mais cette disposition ne fait que rappeler la loi du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme

La loi Gayssot innove par son article 9, qui qualifie de délit la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité, tels que définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de ce statut soit par une personne reconnue coupable de tels crimes. Cet article 9 introduit en effet dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse un article 24 bis dont voici le premier alinéa :

« Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale. »
 Loi Gayssot


Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot

Vingt ans après l’adoption de la loi Gayssot, de nombreux historiens, philosophes, hommes politiques de tous bords, dénoncent les dérives qu’elle a engendrées. La « mère de toutes les lois mémorielles », votée en 1990, pénalise la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité, tels que définis par le Tribunal de Nuremberg.
Présentée à l’époque comme un rempart contre l’antisémitisme, son bilan est pourtant aujourd’hui  désastreux : atteintes aux libertés, concurrence génocidaire, surenchère victimaire, renouveaux identitaires et racistes, gigantesques détournements financiers. Au plan international, le verrou idéologique institutionnalisé par la loi Gayssot participe également à justifier les guerres coloniales de ces dernières années et à couvrir la politique d’Israël d’une caution inoxydable. (acheter)
Abrogation Loi Gayssot

Les révisionnistes veulent savoir si ce qu’on dit est vrai, c’est-à-dire vérifiable. Ils s’efforcent de parvenir à l’exactitude. On peut être révisionniste en histoire, en littérature, en science, en tout métier.

Mon révisionnisme en histoire

Par Robert Faurisson

Mon activité de révisionniste en histoire n’a vraiment commencé qu’au milieu des années soixante-dix. Auparavant, j’ai été, si l’on peut dire, un révisionniste en littérature (française).
Je_Suis_Charlie_Robert_FaurissonLe révisionnisme historique, tel que je le conçois, n’est pas affaire d’idéologie mais de méthode. Il s’agit d’une méthode d’investigation en vue de vérifier des faits, des événements, des chiffres, des documents, des témoignages. En principe, le révisionniste ne commente pas un fait et ne tire pas de conclusion sans s’être assuré, au préalable, de la réalité de ce fait. On se rappelle l’histoire de la dent d’or, racontée par Fontenelle : « On commença par faire des livres et puis on consulta l’orfèvre. » Le révisionniste, lui, à la différence des savants dont se moque Fontenelle, sait qu’il doit, avant de commenter la soudaine apparition d’une dent d’or dans la bouche d’un enfant âgé de sept ans, consulter un orfèvre ou bien se faire orfèvre. Pour prendre une deuxième comparaison, le révisionniste va choisir comme modèle Sherlock Holmes, réputé pour son sens de l’observation élémentaire, et se défier de la vaine science du docteur Watson. Pour prendre, enfin, une troisième comparaison, avant de répéter, après tant d’autres personnes apparemment dignes de foi, que le roi est paré d’habits miraculeux, il va, au préalable, vérifier si c’est exact ; et au cas où le roi serait nu, il proclamera, à condition d’en avoir l’audace, que « le roi est nu ».
Le révisionnisme littéraire, tel que je le conçois, observe une méthode identique et s’inspire du même esprit. Il oblige d’aller droit au texte pour l’examiner sous toutes ses faces, sur toutes ses coutures, indépendamment, en particulier, de la biographie, de la bibliographie et de ce qu’on entend par le terme, galvaudé et flou, de « contexte ». Le texte doit passer avant ce trop vague « contexte »-là. Cette méthode contribue à nous épargner les contresens. Elle aide à débusquer le faux. Elle peut, selon les cas, conduire à de modestes révisions ou à des révisions déchirantes.

Modestes révisions littéraires

Du temps de mon « révisionnisme littéraire », dans les années 1960 et 1970, j’ai surtout étudié des textes difficiles de Nerval, de « Lautréamont », de Rimbaud, d’Apollinaire et de Valéry. Mais je me suis aperçu que des textes beaucoup moins énigmatiques que ceux-là recelaient tout de même parfois de graves difficultés de sens ou bien faisaient l’objet de contresens. Il pouvait s’agir d’œuvres en vers ou en prose, parfois très connues, de Villon, Ronsard, La Fontaine, Laclos, Stendhal, Hugo, Baudelaire, Flaubert, Verlaine, Alain-Fournier, Gide, Céline.
Je prendrai ici quelques exemples dans des textes connus, qui sont de Villon, de Ronsard, de La Fontaine, de Baudelaire et, enfin, d’Apollinaire.
1) Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? » (dans la Ballade dite des dames du temps jadis). [Mais, sans aller chercher si loin en matière de blanches beautés disparues, où sont, tout simplement, passées les neiges de l’an dernier ?].
2) Ronsard : « Mignonne, allons voir si la rose… ». [Aucune mélancolie, sinon feinte ; pure hypocrisie masculine et manège de galant, y compris et surtout dans la deuxième strophe, où les commentateurs s’imaginent percevoir un accent de tristesse ou de désarroi].
3) Baudelaire : « Je préfère au constance, à l’opium, au nuits / L’élixir de ta bouche où l’amour se pavane » (dans Sed non satiata, poème des Fleurs du mal). Il m’arrive de dicter cette phrase aux nigauds ou aux adeptes du chiqué littéraire qui, tels des perroquets, vont répétant que « la poésie, cela ne s’explique pas » ; je les mets au défi d’écrire correctement « au constance » et « au nuits ». [Le constance est un vin d’Afrique du Sud ; le nuits est un bourgogne ; l’opium, ici, est peut-être un vin opiacé : à tout cela, dit l’auteur, je préfère la salive de ta bouche où mon « amour » se déploie avantageusement].
4) Encore Baudelaire : La Vie antérieure. « … antérieure à quoi ? », se demandera-t-on. [Antérieure à l’ère chrétienne. Même se rêvant dans la situation idéale d’un patricien du monde antique, l’auteur ne pourrait se défaire de son spleen].
5) Toujours Baudelaire : Les Fleurs du mal. Que veut dire au juste ce titre ? À cette question, on ne pourra normalement répondre qu’après avoir attentivement lu, dans l’ordre de leur apparition, les 126 poèmes du recueil ; chaque poème sera résumé en quelques mots ; chaque résumé devra se raccorder au résumé précédent et le résumé final sera le résumé des 126 résumés successifs. Le résumé final donnera, par exemple : « Florilège inspiré par le mal de vivre (spleen, mélancolie, nostalgie d’un monde idéal) ». Il s’agit du mal au sens de maladie, peine, souffrance morale, « mal du siècle » et non du mal au sens de ce qui est contraire aux règles que la morale impose ou du mal par opposition au bien comme dans « les forces du mal » ou « le problème du mal ».
6) Apollinaire : « Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin » (dans « Zone », premier vers du premier poème d’Alcools) ou encore : « Les boursiers ont vendu tous mes crachats d’or fin » (dans L’Émigrant de Landor Road). Enfin, que veut dire au juste ce titre d’Alcools ? [Le troupeau est… automobile. Les crachats sont… des décorations. Le titre signifie : poèmes de mes ivresses amoureuses].
On pourrait multiplier les exemples d’énigmes de cette sorte ; celles-ci donnent souvent lieu à des erreurs, des méprises, des contresens qui, pour la plupart, ne tirent tout de même pas trop à conséquence. (Sur question de l’intervieweur, développement consacré à La Fontaine : sa précision, sa finesse, sa justesse d’esprit ou encore sa malice dans Le Loup et l’agneau ou bien dans Les Deux Amis).

Déchirantes révisions littéraires

Mais, parfois, le travail de révision conduit à des vues entièrement ou presque entièrement nouvelles sur des œuvres entières. C’est alors qu’on peut estimer que la révision mène à une sorte de révolution. Tel a été le cas pour moi au terme d’analyses portant sur des œuvres de Nerval, de « Lautréamont », de Rimbaud et d’Apollinaire.
En 1961, j’ai publié A-t-on lu Rimbaud ? (J.-J. Pauvert ; en 1991, réédition par la Vieille Taupe). Je voyais bien qu’on avait beaucoup écrit sur la vie et sur l’œuvre d’Arthur Rimbaud mais, laissant de côté sa vie, je me demandais si son œuvre, sur laquelle on multipliait les exégèses les plus alambiquées, avait été lue, ce qui s’appelle lue, la plume à la main.
En 1972, j’ai, dans le même esprit, publié A-t-on lu Lautréamont ? (Gallimard).
En 1977, j’ai, toujours dans cet esprit, publié La Clé des Chimères et Autres Chimères de Nerval (J.-J. Pauvert).
Auparavant, en 1964 et en 1967, j’avais consacré, dans une revue universitaire (L’Information littéraire), parmi quelques autres études, deux études portant sur des textes difficiles d’Apollinaire. De manière délibérément provocante, j’avais intitulé la première : « Traduction prosaïque de La Chanson du mal-aimé » et l’autre portait pour simple titre : « Notes sur Alcools ».
En fin de compte, dans les quatre cas (Nerval, « Lautréamont », Rimbaud et Apollinaire), je découvrais que des œuvres prétendument détachées ou éloignées des contingences de la logique ne marquaient en fait, sous des apparences déconcertantes pour la raison, aucune rupture avec la logique ou avec la raison ; bien au contraire. Ces écrits étaient certes énigmatiques, mais ils dissimulaient les raffinements d’une logique sans défaut. Donc, à moins que je ne me trompe dans mon explication de ces œuvres, il n’a jamais existé dans la littérature française, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, d’insurrection contre l’ordre et la logique. Les critiques littéraires, dans leur ensemble, ainsi que les professeurs de littérature se leurraient ou nous trompaient en croyant ou en cherchant à nous faire croire à cette fausse émancipation, à cette fausse révolution, à ce faux progrès de l’illogisme sur la logique dans la seconde moitié du XIXe siècle ou au début du XXe siècle.


Textes de Rimbaud

Par exemple, dans le sonnet Voyelles, il n’y avait ni « audition colorée », ni inspiration métaphysique ou mystique, ni visions selon le rimbaldien René Etiemble, lequel osait écrire : « Pourquoi des “mouches”, des “tentes”, des “lèvres”, des “clairons” ? Parce que le poète les a VUES. Pourquoi les a-t-il vues ? Parce qu’il est poète. » En réalité, Voyelles (à lire : « Voi[s]-elle[s] ») était une fiction libertine et même graveleuse : il s’agissait d’un blason du corps de la femme, décrite in coitu ! Les rimes en sont uniformément féminines. Deux détails à noter : 1) dans le manuscrit, la voyelle E a la forme d’un epsilon ; 2) dans la tradition antique, reprise aussi bien par Byron que par Apollinaire, les divinités marines ou fluviales ont des cheveux verts (glauques). Point de départ ou Alpha : A noir, renversé, figure le sexe. E (à forme d’epsilon) blanc, couché, figure les seins. I rouge, couché, figure les lèvres. U vert, renversé, figure la chevelure. O bleu figure l’œil. Y violet figure les yeux bleus qui, dans l’extase, s’irisent : point d’arrivée ou Oméga. Bien des textes composant les Illuminations n’avaient également d’autre sens qu’érotique.

Textes de « Lautréamont »

Dans le long récit intitulé Les Chants de Maldoror par le Comte de Lautréamont, il n’y avait ni « romantisme flamboyant », ni surréalisme d’avant la lettre, mais une charge bouffonne de la bêtise prudhommesque. Le mystificateur, Isidore Ducasse, y parodiait l’enflure de personnages trop enclins à se prendre au sérieux et dénués de la moindre finesse. Le facétieux Gascon avait « gasconné » son monde un peu, déjà, à la manière d’un Pierre Dac débitant, sur un ton effaré ou imperturbable, des récits à vous faire dresser les cheveux sur la tête. D’ailleurs, tout à la fin de ses « chants », le loustic s’était payé le luxe de dire qu’il attendait de son lecteur l’hommage suivant à l’endroit du « poète » : « Il faut lui rendre justice. Il m’a beaucoup crétinisé. » La phrase est passée inaperçue, tout comme mille bouffonneries glissées dans le cours du récit. On ne s’en est pas avisé car, pour rire, il faut parfois, au préalable, s’accorder la permission de rire. Enfin, jamais Ducasse n’a pris pour nom de plume celui de « Comte de Maldoror » ! Il se moque de ce comte-là. Il l’a fabriqué, comme Molière, par exemple, avait inventé, mais pour les tourner en dérision, Gorgibus et bien d’autres personnages de la galerie de ses grotesques.

Textes de Nerval

Dans les dix-sept poèmes des Chimères et des Autres Chimères, il n’y avait eu ni « supernaturalisme » au sens de « surréalité » ou de « surréalisme », ni ésotérisme religieux mais de pures et naïves confidences d’ordre familial, personnel, politique et religieux ; ces poèmes hermétiques, une fois déchiffrés, révélaient, chez un auteur tourmenté, le désir de se forger un monde chimérique où tous ces éléments disparates correspondraient harmonieusement les uns avec les autres. « Mes poèmes perdraient de leur charme à être expliqués, si la chose était possible », avait dit Nerval. Explication de cette phrase. Explication, à titre d’exemple, de Delfica (Dans l’entretien, récitant ce sonnet de mémoire, j’en ai omis le premier vers du premier tercet : « Ils reviendront ces dieux que tu pleures toujours. »). Le blason de l’auteur en quatre images : au centre le fils, à la fois prince et poète, est tel un soleil noir et mélancolique ; en haut et à gauche, dans le ciel, la mère, à la fois reine et sainte, luit telle une étoile tandis que, en haut et à droite, le père, à la fois Roi des rois et Dieu, resplendit tel un soleil éclatant ; en bas, à droite, l’aimée, à la fois sirène et fée, brille telle une fleur (une ancolie, baume qui adoucit la mélancolie, ou « noire ancolie », mais ne la guérit pas). Confidence, parmi d’autres, de ces textes hermétiques : l’auteur estimait que son père, aussi froid et indifférent à la souffrance de son fils que, dans la froide religion chrétienne, Dieu refusant de répondre aux appels de Jésus au Jardin des oliviers, se rêve en fils naturel, en bâtard, d’un membre de la famille de l’empereur Napoléon, roi de Rome et nouveau César ; ce dernier n’a-t-il pas tenté de « ramener l’ordre des anciens jours », celui du paganisme terrassé ? Autre confidence : l’auteur déteste les Anglais, barbares du Nord, et les Bourbons. Il a horreur du Nord, du froid, de la neige ; il est attiré par le Sud et par l’Orient. Bizarrement, pour lui, l’Allemagne est la porte de l’Orient.


Textes d’Apollinaire

Quant à Apollinaire, il ne délirait pas le moins du monde. Ni sa langue, ni sa syntaxe ne s’étaient émancipées des règles les plus traditionnelles. Au contraire, assez souvent, son art s’inspirait de la tradition des grands rhétoriqueurs et des précieux. Sa force est d’avoir combiné les sortilèges de l’artifice avec une langue d’une soudaine simplicité : étrange combinaison qui avait dérouté plus d’un lecteur. Ses poèmes ne comportant pas de signes de ponctuation, l’on en concluait à son affranchissement des règles. Contresens là encore : les phrases de tous les poèmes d’Alcools sont si remarquablement construites qu’elles peuvent se passer (comme les textes originaux de Démosthène ou de Cicéron !) de tout signe de ponctuation. Extraits de La Chanson du mal-aimé (« Les satyres et les pyraustes / Les égypans les feux follets … » ou « Mort d’immortels argyraspides / La neige aux boucliers d’argent… ») ou encore extraits de La Synagogue (« Ottomar Scholem et Abraham Lœweren / Coiffés de feutres verts le matin du sabbat… »).

Une méthode spartiate
(« La méthode Ajax »)

Toujours dans L’Information littéraire, à peu près chacune de mes études s’ouvrait sur un avertissement où je prenais soin d’annoncer au lecteur :
Notre étude porte sur l’œuvre elle-même [pour prendre un exemple, ce pouvait être Le Soulier de satin, de Paul Claudel], à l’exclusion de toute biographie, bibliographie, recherche de sources ; elle ne contient aucune allusion à d’autres œuvres ; elle ne fait état d’aucune déclaration de l’auteur. Le nom de [Claudel] n’y figure pas.

On peut s’étonner d’un tel parti pris, mais l’expérience m’avait enseigné qu’il me fallait tenter ce pari. La méthode était sévère. Elle impliquait bien des renoncements au confort des méthodes en cours. Elle exigeait une rigueur de fer. Mes étudiants l’appelaient familièrement « la méthode Ajax ». Ils la présentaient comme une « méthode qui récure, qui décape et qui lustre » et voulaient bien ajouter : « Elle apprend à apprendre. »

En toute circonstance, il faut chercher à comprendre et, pour cela, il convient d’apprendre à aiguiser son attention. Tous les mots d’un texte, sans exception, ont leur importance de même que chaque détail d’une œuvre d’art ou chaque note d’une partition musicale ; nous ne pouvons négliger aucun point d’un document de caractère juridique, administratif, réglementaire ni aucun élément d’une pièce scientifique, littéraire ou historique (voy., à ce propos, le De Re diplomatica du bénédictin Mabillon ; cet ouvrage du XVIIe siècle est comme la charte du chartiste). L’analyste peut invoquer le droit au doute et à l’erreur mais ce droit-là ne saurait exclure le devoir élémentaire de faire attention.


Il faut chercher à comprendre

On nous débite volontiers deux sortes de poncifs : 1) « Il ne faut pas chercher à comprendre », 2) « Un texte, en particulier un texte de poésie, a le sens qu’on lui prête ». À quoi je rétorquais : 1) Il faut toujours chercher à comprendre, 2) Un texte, qu’il soit de prose ou de poésie, n’a qu’un sens ou bien il n’a pas de sens du tout ; un double sens ne fait jamais qu’un sens.
Il ne peut tout simplement pas exister de bonnes raisons de ne pas chercher à comprendre ce qu’on lit. « Chercher à comprendre » ne signifie pas nécessairement que l’on comprendra. Parfois, en un premier temps, on s’imaginera avoir réussi à comprendre avant de découvrir, en un second temps, qu’on a échoué. On repartira alors à l’assaut du texte et, en définitive, on vaincra ou l’on sera vaincu. Mais, au moins aura-t-on essayé de résoudre la difficulté. On aura lu le texte d’aussi près que possible.
Les auteurs de livres qui portent sur des écrivains difficiles évitent en général de se colleter avec les textes. Au lieu de nous aider dans la compréhension des écrits qui constituent l’essentiel d’un prosateur ou d’un poète, ils nous entretiennent trop souvent de ce qui est futile, comme la vie de l’auteur, ses amours, ses aventures. Ils font diversion en évoquant ce que pompeusement ils appellent « le contexte » ; or, ce n’est pas le « con-texte » qui importe avant tout mais le texte. Parfois encore ces beaux esprits se rabattent sur des comparaisons avec d’autres auteurs ou développent des considérations historiques, idéologiques, psychologiques, psychanalytiques. Ils lisent entre les lignes avant de lire les lignes. Ils fuient la difficulté, c’est-à-dire la saisie des textes à bras le corps. Ils redoutent l’effort et la solitude du chercheur de fond qui, fermant son esprit à toutes les sollicitations venues de l’extérieur, s’acharne dans un travail d’analyse terre-à-terre, à cru et à nu. Ces paresseux, ces timides, ces discoureurs ressemblent à celui qui prétendrait savoir nager et qui, sur le bord de la piscine, ferait toutes sortes de manières au lieu de se jeter tout simplement à l’eau sans discours et sans bouée de sauvetage.
Et puis, trop souvent, au lieu de s’exprimer en un français de France, les cuistres à la façon de Jean-Pierre Richard et les bas-bleus à la manière de Julia Kristeva, recourent au sabir requis pour faire sérieux. Ces universitaires semblent ignorer qu’une expression simple, accessible au plus grand nombre, est plus difficile à trouver qu’un langage compliqué. Exemples de refus du chiqué universitaire : 1) « Souvent, dans un parc de Vichy, le long de l’Allier, je m’efforçais, “le prudent crayon à la main”, de déchiffrer des textes difficiles comme pour les expliquer à des passants simples et sensés dont je supposais qu’ils avaient en horreur le chiqué universitaire ou parisien » ; 2) La pointe Bic expliquée successivement par l’ancienne critique, par la nouvelle critique et, enfin, par la critique de toujours (voy. Serge Thion, Vérité historique ou vérité politique ?, La Vieille Taupe, 1980, p. 52-54).
Un mot isolé peut avoir différents sens mais, dès qu’il est accolé à un autre mot au sein d’une phrase ou d’un texte, cette faculté se restreint d’autant et son sens va se préciser. Un ensemble de deux mots associé à un autre ensemble de mots va voir encore diminuer la faculté de « polysémie » et, plus le nombre de mots augmentera, moins nous pourrons prétendre que le texte a plusieurs sens. Ce sens pourra être double comme dans l’ironie, mais un double sens ne fait jamais au total qu’un seul sens et, pour s’en tenir précisément au cas de l’ironie, celui qui n’aura pas perçu le double sens n’aura tout simplement pas saisi le sens. Enfin, le non-sens existe et l’écrivain peut en jouer ; voyez, par exemple, Rabelais avec le récit du pourceau ailé amenant Pantagruel à cesser le massacre de « la génération andouillique » ou bien encore Benjamin Péret avec ses variations magiques sur l’air que nous respirons, lequel « à son état normal, secrète constamment du poivre qui fait éternuer la terre ». Quant à la différence entre la prose et la poésie, elle est affaire d’appréciation personnelle. Tel jugera prosaïque un texte qui se présente sous la forme d’un poème (par exemple, de Vigny, La Mort du loup) tandis que tel autre jugera poétique telle prose de Marcel Proust (par exemple, lorsque le romancier évoque un bouquet de roses de Pennsylvanie aperçu sur un fond de mer où un bateau, avec son panache de fumée, semble se déplacer d’une rose à l’autre).
Il ne faut pas confondre « sens » avec « sentiment ». L’un est invariable tandis que l’autre varie nécessairement en chaque lecteur selon son goût, son tempérament et même son humeur du jour.

Le yoga des lettres et le plaisir de l’attention

Beaucoup seront tentés de croire qu’une telle attention va gâter le plaisir de la lecture, en particulier quand il s’agit de poésie. C’est oublier qu’en tout domaine la jouissance peut naître – et s’accroître – d’une attention aiguisée. Un cuistre qui fera étalage de sa science sur ce qu’il nous offre à sa table va nous couper l’envie du boire et du manger. En revanche, le gourmet qui n’accumule de connaissances sur la cuisine et les vins que pour mieux les cacher à ses hôtes et qui, de quelques mots, saura piquer notre attention sur ce qui nous régale, celui-là aura toutes les chances d’aiguiser nos plaisirs en même temps qu’il éveillera peut-être notre curiosité et notre soif d’apprendre.
Cette application à prendre connaissance et conscience de chacun des mots d’un texte dans l’ordre de leur apparition est identique à la concentration nécessaire au yoga. Ce dernier est une technique de relaxation et de maîtrise des fonctions corporelles. Il apprend à inspirer, à expirer, à prendre conscience, avec une savante lenteur, des différentes parties du corps. On respirait peu ou mal et voici qu’on se met à respirer pleinement et bien. On se sentait tendu ou bien on ignorait qu’inconsciemment on était crispé et voilà qu’on se détend. De ces séances d’une gymnastique minutieuse et rêveuse on ressort avec le sentiment de s’être découvert soi-même et l’on en éprouve une sensation de bien-être. Il en va de même pour ce que j’appelle « le yoga des lettres ». Explication, à titre d’exemple, de ces dix mots : « Le ciel est,/Par-dessus le toit,/Si bleu, si calme ! » (Verlaine), ou du début de Colloque sentimental (Verlaine encore) ou, enfin, des quatre premiers vers du Cimetière marin (Valéry). Dans ce dernier cas, on comparera, pour l’explication d’un même texte, d’une part, les méthodes de l’ancienne ou de la nouvelle critique et, d’autre part, la méthode révisionniste. Cette dernière permet de goûter deux fois et bien ce qu’avec les premières méthodes on a goûté une fois et mal.


Dans l’enseignement, l’explication de textes

Dans les classes de seconde, de première et de terminale, l’usage prescrit par l’inspection générale du ministère de l’Éducation nationale était de pratiquer, en cours de français, l’exercice appelé « explication de texte ». Le professeur choisissait un texte de prose ou de poésie et, plusieurs jours à l’avance, le donnait à préparer aux élèves. Afin de susciter la réflexion de l’élève et d’en contrôler le travail, le professeur devait poser sur la page qu’il avait choisie deux, trois ou quatre questions. Celles-ci étaient consignées dans le « cahier de textes » de la classe et chaque élève allait répondre par écrit aux questions posées. Quand survenait un inspecteur général, celui-ci ne manquait pas de réclamer le « cahier de textes » pour y voir quelle page de notre littérature devait être étudiée ce jour-là et pour vérifier si le professeur avait fait son travail et posé des questions pertinentes. Dans mes premières années d’enseignement, je me conformais à l’usage. Je me délectais de ces séances de cinquante minutes où, avec mes élèves, nous échangions nos vues sur telle ou telle page extraite du « Lagarde et Michard » (ouvrage injustement décrié, soit dit en passant). Mais, progressivement, je dus me rendre à l’évidence : il était fallacieux de multiplier les commentaires sur un texte dont on n’avait pas, au préalable, cherché à établir, d’un commun accord, le sens premier. Par ailleurs, j’observais que les élèves, du moins les plus scrupuleux d’entre eux, s’efforçaient tellement de répondre aux questions qu’ils se préoccupaient plus de ces questions que du texte même. L’attention était sollicitée en trop de directions différentes : 1) les questions du cahier de textes (y avait-on répondu et comment ?), 2) le sens littéral du texte (recherche du sens des mots, analyse grammaticale des mots, analyse logique des phrases, lien entre les phrases) et, enfin, 3) le commentaire. Ledit commentaire se révélait foisonnant et envahissant. Chez les lecteurs, la diversité des appréciations, quand ce n’était pas leur divergence, ne signifiait nullement que le texte était riche de tous les sens qu’on lui prêtait ; elle tenait, en bonne partie, au fait que les mots et les phrases avaient fait l’objet de recherches trop dispersées, sinon disparates. Il fallait donc plus de méthode, plus d’ordre, plus de clarté.
Chez mes propres maîtres, j’avais noté le phénomène suivant : quand le texte était en latin ou en grec, leurs explications étaient longues et scrupuleuses tandis que le commentaire final était réduit à la portion congrue ; rien que de normal à cela : quand on a visité les moindres recoins d’un édifice, on a déjà acquis une juste idée de l’ensemble et point n’est besoin d’un long commentaire final. En revanche, quand le cours portait sur un texte de langue française, ces mêmes maîtres ne tarissaient pas de commentaires. J’admirais la fertilité de leur esprit. Au lycée Henri IV, en cagne, l’admirable Jean Boudout nous éblouissait tous par sa virtuosité, mais avec, dans mon cas, une réserve : quittant une séance du virtuose sur un extrait du Père Goriot, je crois que mon admiration allait plus à Jean Boudout qu’à Honoré de Balzac. Ensuite, pour ma part, comme, je le suppose, pour d’autres élèves, une question sournoise parfois nous taraudait : l’auteur avait-il vraiment voulu dire ce que notre professeur lui faisait dire ? Au fond, je me demande aujourd’hui si mes bons maîtres, si brillants fussent-ils, n’étaient pas un peu les victimes d’une illusion fort commune, qui veut qu’a priori un Français soit supposé comprendre un texte écrit dans sa langue. Mais un Français, qui lit un texte français, ne devrait-il pas se méfier de ce qu’il croit savoir d’instinct et ne devrait-il pas, en quelque sorte, se traduire à lui-même, lentement et précautionneusement, ce qu’il a peut-être trop vite lu ? Ne devrait-il pas, en somme, traiter un texte français comme il traite un texte latin, grec, hébreu ou chinois ? Préalablement à tout commentaire, ne devrait-il pas, en quelque sorte, traduire, ligne à ligne et mot à mot, en son propre français le français de l’auteur ?

L’explication de textes à la manière révisionniste

Dans la pratique, je fus conduit à supprimer le rituel des deux, trois ou quatre différentes questions posées au sujet de chaque texte et à ne plus poser qu’une seule question pour tous les textes, du début à la fin de l’année scolaire. Cette question était la suivante : « Que dit ce texte ? »
On remarquera que je ne demandais pas : « Que dit l’auteur ? » Interdiction était faite de prononcer le nom de l’auteur, de préciser qu’il s’agissait d’un poète, d’un romancier, d’un auteur de pièce de théâtre, d’un essayiste. Il fallait proscrire toute allusion à la biographie, à la bibliographie et même à tout élément historique autre que les éléments fournis par le texte. Le titre ne devait être mentionné qu’à la fin du résumé ; il fallait alors en donner le sens et préciser si, une fois qu’on avait pris connaissance du contenu de la page, ce titre reflétait ou non le contenu. L’élève avait évidemment le droit de dire quels mots ou quels passages lui étaient restés obscurs. La discussion générale s’engageait ensuite sur le sens littéral ou sens premier du texte. C’est seulement au terme de cette sorte d’exploration collective que chacun était invité à dire son sentiment sur le texte pris dans son ensemble.
Cette méthode révisionniste n’allait pas sans risque. D’abord, elle exposait le professeur à se faire mal noter par l’inspecteur général que surprenait, de prime abord, l’absence, dans le cahier de textes, des questions rituelles. Ensuite, l’exercice d’exploration pouvait donner lieu à des discussions oiseuses. Il appartenait au professeur de mener le tout à bonne fin sans être ennuyeux et sans rendre les textes rébarbatifs. Cette méthode apprenait à concentrer son attention au lieu de la disperser et à ne parler que de ce qu’on avait lu, et vraiment lu. Exemple vécu d’une explication de La Synagogue dans Alcools lors de la visite d’un inspecteur général.

Renouer avec une tradition et la moderniser

La paraphrase n’a pas bonne réputation. La glose non plus. On parle volontiers d’une paraphrase ennuyeuse ou d’une glose inepte. Pourtant, ces pratiques, aujourd’hui largement abandonnées sur les bancs de l’école, étaient judicieuses. La glose était une annotation en marge d’un texte pour expliquer ou interpréter un mot difficile, pour éclaircir un passage obscur ; par le simple fait de sa proximité immédiate avec le passage considéré, la glose présentait l’avantage, du moins en principe, de restreindre les risques de divagation. La paraphrase, elle, consistait en un développement explicatif d’un texte donné ; là encore, peu de risques d’errer. Enfin, de son côté, la traduction juxtalinéaire avait, elle aussi, son utilité : elle mettait face à face, à gauche, une ligne de grec ou de latin (ou de telle autre langue) et, à droite, sa traduction en français. Calquée sur l’ordre des mots de la langue à traduire, la traduction en français rendait certes un son bizarre, mais elle contraignait le lecteur à observer de près le déroulement de la phrase et à mieux saisir le mode de penser de l’auteur (Pierre Klossowski s’est essayé, avec un réel bonheur, à ce type d’exercice pour sa traduction de l’Énéide).
Glose, paraphrase et traduction juxtalinéaire n’auraient pas dû être négligées ou abandonnées à l’époque moderne mais dépoussiérées et adaptées à l’étude de textes de la littérature française. Cette modernisation devient possible avec la méthode révisionniste, si proche, dans son esprit, du traitement de texte informatique.
Dans l’enseignement qui se dit supérieur, je pratiquais cette méthode révisionniste. Je l’utilisais, en particulier après l’année de licence, pour la préparation des étudiants à un certificat que j’avais créé au sein d’une université lyonnaise et qui avait officiellement reçu le nom de « certificat de critique de textes et documents (littérature, histoire, médias) ». Quant aux étudiants préparant leur mémoire de maîtrise, je leur suggérais, pour le contrôle de leur propre travail, un exercice d’inspiration révisionniste : une fois le mémoire en voie d’achèvement, ils devaient résumer en une seule page les 80, 100 ou 120 pages de leur manuscrit et, à son tour, cette unique page appelait un résumé en une phrase ne dépassant pas 60 mots. Ces étudiants disposaient là d’un moyen de contrôler si le manuscrit était clairement composé et si on avait su éviter le désordre ou les redites. On apprenait la concision et, puisque aussi bien on se disait « étudiant en maîtrise », on s’entraînait ainsi à la maîtrise de l’expression, qui est une forme de la maîtrise de soi. Chez les Anglo-Saxons, on appelle abstracts ces types de sommaires. Dans les siècles passés, il arrivait couramment de donner à son ouvrage imprimé un long titre explicite et de placer, en tête de chaque section ou chapitre du livre, un résumé tenant en une ou plusieurs phrases. Il y a donc ainsi des leçons de révision à puiser aussi bien chez les anciens que chez les modernes. Encore faut-il s’aviser de ces leçons, les apprendre et les adapter à son propre travail. Il faut savoir rester indifférent aux sarcasmes de ceux qui, se fiant aux apparences, croient que la paraphrase témoigne toujours d’une certaine épaisseur de l’entendement. La paraphrase bien entendue requiert, chez qui explique, de la finesse et, chez qui entend, de « l’exquisité d’écoute » (Céline).

Conclusion

Ma pratique de la méthode révisionniste dans l’enseignement ou dans la recherche en matière de littérature française m’a valu plus de satisfactions et moins de déboires que mon révisionnisme historique. La sagesse aurait voulu que je m’en tienne là. N’est pas sage qui veut.
Pour un révisionniste, le champ des recherches possibles dans le domaine de la littérature française reste important. Personnellement, je me félicite de ce que, grâce aux progrès de l’informatique, les chercheurs disposent de plus de moyens que par le passé pour établir, par exemple, des corpus, c’est-à-dire des ensembles finis de mots, d’éléments ou d’énoncés en vue d’une analyse linguistique. Ainsi limite-t-on dans leurs effets néfastes la logorrhée et la logomachie des commentateurs. Ainsi, trop lentement sans doute, le révisionnisme littéraire finit-il par se ménager une place au soleil tandis que la pratique du révisionnisme historique, elle, reste encore largement interdite.
Que le révisionnisme se trouve être historique, scientifique ou littéraire, son combat reste le même. Il vise à la recherche sinon de la vérité (notion souvent trop vague ou contestée), du moins de l’exactitude.
Robert Faurisson
25 janvier 2002

Robert Faurisson défend sa thèse sur Lautréamont chez Michel Polac (1971)

Robert Faurisson sur Radio Renaissance (1989)

En mai et juin 1989, Le Pr. Robert Faurisson faisait un exposé complet de ce qu’il faut entendre par « révisionnisme. » La causerie s’est étendue sur trois émissions de cette radio, aujourd’hui disparue. Un an plus tard, la loi Gayssot allait rendre ce genre d’événement impossible. Cette vidéo correspond à l’émission nº 1 « Point de rencontre » du 27 mai 1989

Le Pr. Faurisson y commente:

  • Le Révisionnisme. Son origine. Son évolution. Les ouvrages. Les thèses générales.
  • La vérité officielle selon les médias

faurisson-radio-renaissance-1989

coups_et_blessures_robert_faurisson_betar



LIENS

Révisionnisme de la seconde guerre mondiale sur internet :

  1. www.holocauste.com inaccessible depuis la création de cette page
  2. http://www.phdnm.org (Site français de Vincent Reynouard)
  3. www.codoh.com (en Anglais)
  4. www.ihr.org (en Anglais)
  5. www.vho.org et son introduction francophone au révisionnisme historique :

 

(Re)découvrir d’autres auteurs et conférenciers :

4 réflexions sur “Robert Faurisson

  1. (02/2017) Le Professeur Robert Faurisson, sur son procès pour révisionnisme

    « Dans la ville de Vichy où il réside, auprès de son épouse dont il est le garde-malade et au lendemain de son quatre-vingt-huitième anniversaire, le Professeur Robert Faurisson a daigné nous recevoir pour évoquer son parcours homérique et l’obstacle qui l’attend encore en juin (sous réserve…), alors qu’il sera sommé de comparaître à l’audience en appel du procès qu’il avait perdu en première instance il y a onze ans concernant ses recherches sur un mode opératoire d’exécution – « d’extermination » – des prisonniers de certains camps de concentration du régime hitlérien, par exposition létale à des gaz toxiques et prêtés aux « Nazis » – le « Troisième Reich » allemand durant la Seconde Guerre Mondiale.
    Malgré le fait que les résultats de ses recherches – qui, soit dit en passant, ont donné à son parcours un caractère « homérique » – n’ont jamais souffert la moindre contradiction confirmée, ayant même été explicitement reconnus comme authentiques par les plus éminents spécialistes de la « Shoah » (dont le fameux Raul Hilberg) le Pr. Faurisson demeure, en dépit de son âge vénérable, de son esprit confirmant cette même essence, de son idoine intégrité en sus de son devoir de soins envers son épouse souffrante, en passe d’être soumis à l’injonction infâme de démolition volontairement avilissante et indélébile d’une réputation pourtant mondiale et honorable par le biais d’un procès immonde, éminemment politique et pertinemment ruineux, qui fait aux frais de la vérité le bénéfice d’intérêts partisans et foncièrement anti-républicains, menaçant de réduire un homme honnête et son épouse au rang de parias définitifs d’une société rendue indifférente par l’abrutissement spirituel contradictoire et rémanent.
    Comme le droit français l’y autorise, il avait désiré dans l’élaboration de sa défense user de son droit constitutionnel de délivrer au Tribunal une déclaration préparée d’avance, plutôt que de répondre aux questions de son Président. C’est un exercice auquel il s’était livré en première instance, et qui peut légalement durer jusqu’à deux heures.
    Hors cette fois-ci, il lui a été signifié par le bureau de le Présidente siégeante, Mme. Sophie Portier, qu’en dépit de son droit légal de s’exprimer selon son droit déclaratif, l’ensemble de la procédure allait devoir être « expédiée » en moins d’une heure…! Au regard de la complexité des tenants, ainsi que des aboutissants de l’affaire cet avis semble à tout le moins – sauf impondérable, à priori inimaginable – témoigner d’une volonté d’une opération « expéditrice » de la procédure qui, rappelons-le, a pris onze ans pour passer de la première instance à l’appel et qui n’a livré qu’un résultat honteux pour ceux qui sont assoiffés de justice…
    Le Professeur Faurisson a besoin du soutien de tous ceux et celles qui ont le courage de se pencher sur les zones les plus sombres de notre histoire collective qui maquillent notre monde actuel pour que nous y soyons soumis, et d’y réagir convenablement. Soyez nombreux à être présents lors de l’audience qui est prévue le 7 juin prochain, à la 17ème Chambre Correctionnelle du Palais de Justice de Paris! »

    Robert Faurisson au banquet du 65ème anniversaire de Rivarol, le 9 avril 2016

    Professeur Robert Faurisson et Maître Damien Viguier sur ER

    « Je tiens à préciser que cette émission n’a pas été enregistrée en Corée du Nord, malgré tous les « bips » que l’on peut entendre. Diffusez partagez, informez au maximum, « ils » ne gagnent que par la tyrannie et la terreur ainsi que le silence complice des médiats, la désinformation et surtout le silence du peuple. Pour ce procès, il y avait une dizaine de places, nous étions pourtant plusieurs dizaines à ne pouvoir assister à cette audience et soutenir le Professeur Faurisson, ce qui ressemble à un huis clos déguisé comme l’a à juste titre dit un marocain de passage en France. Malgré cela il faudrait que nous soyons plusieurs centaines , voire des milliers à défendre nos compatriotes révisionnistes, nationalistes ! »

    Radio Courtoisie – Libre Journal du 22/03/1989 – Robert Faurisson

    Le 22 mars 1989, dans son libre journal sur Radio Courtoisie, Serge de Beketch recevait le professeur Robert Faurisson.
    C’était 1 AN AVANT l’adoption de la Loi Gayssot, qui « qualifie de délit la contestation de l’existence des crimes contre l’humanité définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg ». La voix du professeur Robert Faurisson se fait entendre à partir de 2min50

    [Interview Censurée] Robert Faurisson sur Radio Courtoisie

  2. « Non-lieu dans l’affaire de la fausse « chambre à gaz » et des faux « cadavres de gazés » du camp du Struthof »
    source: http://robertfaurisson.blogspot.fr/2017/02/non-lieu-dans-laffaire-de-la-fausse_18.html

    « Par un envoi en date du 10 février 2017, Madame Alexa Carpentier, vice-président chargé de l’instruction au Tribunal de grande instance de Cusset (Allier), m’a fait savoir qu’elle rendait une ordonnance de non-lieu dans une affaire concernant d’abord deux articles de 2013 où je contestais l’existence d’une « chambre à gaz d’exécution » au camp du Struthof, puis un article de 2014 où, au passage, je répétais, une fois de plus depuis 1980, que la prétendue chambre à gaz d’exécution du Struthof n’était qu’une imposture. L’affaire avait été déclenchée il y a trois ans – le 20 février 2014 – par un « signalement [sic] au parquet de Strasbourg » de Gilles Winckler, responsable de la LICRA du Bas-Rhin (avec, pour avocat, Me Simon Burkatzki). Dans l’intervalle, cette plainte me valait ainsi qu’à ma famille quelques tracas. Par exemple, une perquisition avait été menée à notre domicile le 19 novembre 2014 afin de découvrir mon ordinateur et d’autres pièces compromettantes. En vain. Comme l’un de mes petits-fils, étudiant, se trouvait alors chez nous, son propre ordinateur lui avait été confisqué le temps de constater l’absence de toute pièce relative au révisionnisme. (A ce jour, mon épouse et moi-même, nous avons eu à subir quatre descentes de la police judiciaire et deux descentes de la brigade anti-criminalité. J’ai en ce moment même au moins quatre procès en cours). Les trois articles visés par cette juge d’instruction datent respectivement du 30 mai 2013, du 12 août 2013 et du 9 avril 2014 (leurs adresses en ligne sont indiquées à la fin du présent article).

    En 1980, j’avais fait la stupéfiante découverte d’un document rapportant les conclusions d’une expertise médico-légale du professeur René Fabre, professeur de toxicologie à la Faculté de pharmacie de Paris. Datées du 1er décembre 1945, ces conclusions portaient à la fois sur la minuscule pièce (d’une surface de 8,40m2) présentée au Struthof comme « chambre à gaz [d’exécution] » et sur des cadavres de « gazés ». Ces conclusions étaient toutes négatives : ni sur la scène de crime, ni dans les tissus de ces cadavres le toxicologue n’avait décelé la moindre trace d’acide cyanhydrique (composant essentiel du pesticide Zyklon B, inventé vers 1926, puis présenté par la propagande des vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale comme une « arme de destruction massive » des juifs par Hitler). Pendant 37 ans (1980-2017) je n’ai cessé de faire état de cette découverte, mais en pure perte.

    Dans mes déclarations sur le sujet, j’ai souvent prévenu qu’en cas de procès je ferais valoir « devant le peuple français », c’est-à-dire devant mes juges et devant les médias, que s’en prendre à ma personne pour ce que je dis sans cesse de la prétendue chambre à gaz homicide du Struthof reviendrait à s’en prendre aux conclusions du professeur René Fabre ! Est-ce à cette menace que je dois d’avoir été laissé en paix pendant si longtemps ? Par la suite, lorsque la LICRA et cette juge ont décidé de me chercher noise, d’où vient que la juge ait, pour sa part, fini par prononcer un non-lieu selon les réquisitions du ministère public ? Serait-ce parce qu’elle a pris conscience du retentissement que, lors d’un procès devant les journalistes français et étrangers, je pourrais enfin donner au rapport du professeur Fabre ? Le non-lieu est officiellement motivé par le fait que les trois articles incriminés ont pu être publiés par d’autres que par moi et surtout parce qu’il ne serait pas établi que les textes diffusés sur Internet sont conformes aux textes que j’avais réellement écrits. En bref, il ne serait pas certain que je fusse l’auteur des propos incriminés.

    Curieusement, la juge qui, dans le résumé de mes assertions, aurait dû à la fois se montrer exacte et clairement rapporter ce que je disais des conclusions du professeur René Fabre, se fait confuse et allusive au point d’en devenir incompréhensible. Elle va jusqu’à s’abstenir de donner le prénom du professeur et à estropier son patronyme : elle l’appelle « LABRE » ! A telle enseigne que quiconque voudrait se renseigner sur ce « LABRE », auteur d’une expertise portant sur le Struthof, ne trouverait RIEN !

    Si quelqu’un devait interjeter appel de cet étrange non-lieu, je l’attendrais sur le pré.

    N.B. : Du 27 mars au 5 juin 1980, au cours d’un ensemble de huit séances, j’avais été en mesure de consulter au Palais de justice de Paris les archives de la Gendarmerie et de la Justice militaire relatives au Struthof. Trois personnes m’assistaient, dont Me Eric Delcroix, mon avocat. A l’examen du premier des nombreux cartons d’archives (tous malheureusement dépourvus de tout répertoire) je découvrais qu’une expertise avait été demandée au professeur René Fabre, spécialiste de toxicologie, assisté des professeurs de médecine ou médecins Simonin (de Strasbourg), Piedelièvre (de Paris) et Fourcade (de Strasbourg). C’est grâce à un rapport (Carton I, pièce 96 B) rédigé par ces trois derniers que j’ai pu avoir connaissance de l’existence, du contenu et des conclusions du rapport du professeur Fabre, un rapport probablement coté « 96 A » mais disparu ! Dès que j’ai constaté cette disparition, j’en ai alerté à la fois mes trois assistants et la personne en charge de nous transmettre les documents et de nous surveiller. Dans leur propre rapport, les Docteurs Simonin, Piedelièvre et Fourcade, résumant le rapport de René Fabre, daté du 1er décembre 1945, en précisaient les buts et les résultats. Il s’agissait de savoir si le petit local suspecté d’avoir été une chambre à gaz d’exécution à l’acide cyanhydrique avait effectivement servi à cet usage et si les cadavres de détenus, conservés dans le formol à l’hôpital civil de Strasbourg et supposés être ceux de gazés, contenaient des traces de HCN. Dans les deux cas, les réponses de René Fabre avaient été négatives. A la page 52 de la pièce 96 B, mention était faite de « bocaux W » et de « bocaux X » ; dans les premiers bocaux, le toxicologue avait enfermé le produit de raclage du mur extérieur du local autour de la cheminée et, dans les seconds, il avait mis les plâtras provenant de la cheminée extérieure au moment de l’enlèvement de cette dernière. A la page 61, il était question, « pour les recherches toxicologiques », de prélèvements de sang et de viscères faits au cours des autopsies. Or, écrivait le professeur : « Dans les viscères conservés dans le liquide conservateur (alcool + formol) et remis aux fins d’analyse, il n’a pas été décelé de liquides volatils, et particulièrement d’acide cyanhydrique ». Les conclusions de René Fabre avaient donc été entièrement négatives.

    Des trois articles que me reprochait la LICRA du Bas-Rhin, le premier, celui du 20 mai 2013, s’intitulait : « Il est temps d’en finir avec la “chambre à gaz” du Struthof et ses 86 gazés » http://robertfaurisson.blogspot.fr/2013/05/il-est-temps-den-finir-avec-la-chambre.html. Le deuxième, daté du 12 août 2013, était une « Note sur la prétendue chambre à gaz homicide du Struthof » http://robertfaurisson.blogspot.fr/2013/08/note-sur-la-pretendue-chambre-gaz.html. La troisième, du 9 avril 2014, s’intitulait : « “Shoah par gaz” ou “Shoah par balles” : aucune preuve matérielle ou médico-légale » http://robertfaurisson.blogspot.fr/2014/04/shoah-par-gaz-ou-shoah-par-balles.html. Est aussi à lire mon étude sur les « confessions » de Josef Kramer http://robertfaurisson.blogspot.fr/1980/10/sur-la-pretendue-chambre-gaz-homicide.html .

    A ma demande, Me Delcroix avait, le 6 novembre 1995, sollicité de la Direction générale de la Gendarmerie nationale l’autorisation d’avoir accès à la procédure instruite à l’encontre des responsables du camp du Struthof. Le 28 novembre, il lui était répondu que la prescription centenaire empêchait le libre accès à ce type d’archives. »

  3. Le 9 mai 2017, à la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, se déroulait un procès pour diffamation intenté par Robert Faurisson à l’encontre d’Ariane Chemin et du journal Le Monde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s