Synthèse du mouvement révolutionnaire mondial

synthese-livernetteL’objet de cette «Synthèse du mouvement révolutionnaire mondial » est de saisir le « sens de l’histoire » en informant sur ses ressorts cachés, ses faits notables, ses dates importantes, ses acteurs majeurs et surtout le fil conducteur des diverses guerres et révolutions ayant jalonné ces derniers siècles. S’instruire du passé permet ainsi de comprendre le présent et d’anticiper le futur ; le mécanisme du mouvement révolutionnaire induisant une récurrence de l’histoire, laquelle ne cessant de tourner autour d’un même axe.
Cette étude historique veut dévoiler le rôle déterminant de la finance apatride aidée des arrières-loges de la franc-maçonnerie dans l’avancée des plans mondialistes. Occulter la conspiration diabolique de la « Synagogue de Satan » -selon l’expression de l’Apocalypse de Jean- équivaudrait à passer à côté du sujet… et donc de l’Histoire.

De cette accumulation de faits historiques complétée d’analyses doit se dégager une grille de lecture spirituelle tant le caractère antireligieux de cette révolution mondiale fut et reste omniprésent.

Table des matières

  1. Introduction………………………………………………………………………………………..p 7
  2. La révolution anglaise…………………………………………………………………………….p 9
  3. La révolution française……………………………………………………………………………p 11
  4. La révolution de 1848 et la Commune de Paris……………………………………….………p 21
  5. La révolution américaine…………………………………………………………………………p 25
  6. La première guerre mondiale……………………………………………………………………p 29
  7. La révolution bolchévique……………………………………………………………………….p 33
  8. La deuxième guerre mondiale…………………………………………………………………..p 37
  9. Hégémonie des cartels et destruction des souverainetés nationales……………….p 41
  10. Le 11 septembre 2001 en préambule de la troisième guerre mondiale……………p 45

La révolution anglaise

Le mouvement révolutionnaire mondial eut son premier terrain d’expérience au XVIIème siècle en Angleterre avec l’instauration de la République de Cromwell et la première exécution d’un Roi. Un homme et un fait marquant seront les initiateurs de ce mouvement révolutionnaire : la révolution anglaise qui se déroula lors de la seconde moitié du XVIIème siècle et le père incontournable de la finance internationale, le Khazar ashkénaze Amschel Mayer Rothschild (1744-1812) (« Bauer » de son premier nom et dont le commerce se développa d’abord en recruteur de paysans pour l’armée hanovrienne et anglaise).

Une fois la guerre de Trente Ans terminée (1618-1648), laquelle réduisit notamment l’Allemagne au tiers de sa population, tout débuta en 1649, année où le Roi catholique Charles d’Angleterre fut publiquement décapité le 30 janvier sur décision de Cromwell. Ce souverain anglais est considéré par l’Eglise comme un martyr, comme le sera Louis XVI, car il est mort à cause de sa foi après avoir essuyé de multiples calomnies. Sa destitution avait pour but concret le contrôle de l’économie par la finance apatride. 45 ans séparent son exécution de la mise en place de la Banque d’Angleterre en 1694. Entre temps se produisirent toutes sortes de guerres impliquant les Anglais : de la féroce répression de l’Irlande catholique en 1652 à la bataille de la Boyne en 1690 en passant par la confrontation face aux Pays-Bas en 1659 ou encore face à la France en 1666. Ces guerres eurent pour unique dessein de déstabiliser les nations et surtout de les endetter durablement. Dans le même temps, chômage, famine, épidémies et grande dépression (1665) s’abattaient sur l’Angleterre alors que les Kabbalistes y provoquaient, déjà, diverses luttes religieuses en 1667.

C’est donc une communauté britannique affaiblie qui, quelques décennies plus tard, allait subir le complot des banquiers internationaux khazars. Le contexte était propice au changement de pions voulu par les prêteurs usuriers de l’époque.

Ainsi, le prince protestant Guillaume d’Orange fut investi, selon la volonté des banquiers  internationaux, en lieu et place du Roi catholique James ou Jacques Stuart (1633-1701). Ce dernier fuit son pays et se réfugia en France. Son successeur Guillaume d’Orange exécuta l’acte décisif profitable à ses mentors et qui était la condition de son accès au trône : un prêt de 1250000 livres fut accordé à des financiers dont faisaient partie les Rothschild et des financiers d’Amsterdam. Lesquels purent créer la Banque d’Angleterre et assoir leur domination en tirant parti de la dette souveraine.

Un petit groupe de banksters avait donc provoqué divers conflits pour en tirer les bénéfices. Ils avaient pris sournoisement le pouvoir d’émettre de la monnaie sur l’économie de la nation anglaise et donc le contrôle de cette dernière. Soulignons aussi que, dans sa ruse, la maçonnerie anglaise gagnera une partie de l’aristocratie en prétendant rétablir les Stuart sur le trône.



 

 

D’autres lectures inspirantes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s