Les Dessous d’une « menace extra-terrestre »

Le phénomène des objets volants non-identifiés (OVNI), ou Phénomène Aérospatial Non identifié (PAN) ne serait-il pas finalement qu’une vaste manipulation d’ingénierie sociale ?

Si oui, comment expliquer 50 ans de témoignages, de littérature et de documentaires ?


Note : cet article ne se veut ni moralisateur envers les « pro » ni envers les « anti » et propose en conséquent des éléments volontairement contradictoires. L’internaute est convié à fournir des éléments en commentaires.

 

William Cooper – L’arnaque extraterrestre

Lors d’une interview radio d’un certain William Cooper, celui-ci raconte qu’en 1972, il découvre l’existence d’un plan datant d’au moins 1917 pour créer une menace artificielle extraterrestre et d’y répondre par l’unification de l’ensemble des pays afin de créer un gouvernement mondial socialiste totalitaire.
Un des premiers documents trouvés par William Cooper est une citation datant de 1917 de John Dewey qui avait déclaré que
« quelqu’un a remarqué que la meilleure façon d’unir toutes les nations sur ce globe serait une attaque de la part d’une autre planète. Et que dans le cas d’un tel ennemi étranger, les gens répondraient avec une unité sensible d’intérêt et d’intention ».
Ainsi, l’idée des extraterrestres serait une manipulation politique et gouvernementale vouée à orienter le regard du peuple sur des ennemis lointains et inconnus dans le but de leur faire oublier les menaces internes et de mettre en place des stratégies politiques, pour que certains groupes de personnes parviennent à prendre le pouvoir. (Source texte)

 

 

 

Les « soucoupes volantes » :
début d’une ingénierie sociale

« Une vaste « psy-op », une opération psychologique montée il  y  a presque 70 ans avec l’aide des médias, pour faire croire que la planète est visitée par une foule de vaisseaux extraterrestres. (…)

Rappel :

  • National Security Act (loi sur la sécurité nationale): votée en 1947
  • Roswell : 1947
  • Création de la CIA : 1947
  • Une phrase prononcée par Wernher von Braun quelque temps avant sa mort en 1977 quand il s’est confié à Carol Rozin :
« Et souvenez-vous, Carol, la dernière carte jouée sera celle des extraterrestres. Nous allons construire des armes contre les extraterrestres et tout ceci n’est que mensonge ».


La création des OVNI

Par David Clarke – Traduit par Hélios

La création des OVNI – ou soucoupes volantes – peut être datée à la perfection. Peu après 15h, le 24 juin 1947, Kenneth Arnold survolait dans son petit avion la chaîne montagneuse des Cascades dans l’état de Washington. Il était en repérage pour l’épave d’un avion cargo C-46 quand son attention fut soudainement attirée par un « éclat incroyablement lumineux » devant lui dans le ciel. Venant des montagnes enneigées au nord, « neuf vaisseaux d’une apparence particulière » se déplaçaient en diagonale. Il pensa d’abord voir une troupe d’oies mais elles semblaient se mouvoir bien trop vite pour des oiseaux. Huit objets étaient semi-circulaires, mais le vaisseau principal, qui volait légèrement plus haut que les autres tout en restant très près, avait une forme de croissant. Il ressemblait de profil à une aile de chauve-souris.

Ces ‘vaisseaux’ inhabituels brillaient, reflétant les rayons solaires et leur longueur apparente était d’une quinzaine de mètres. Arnold était un observateur méticuleux et il chronométra soigneusement la durée de leur passage entre les pics montagneux : 1’42 ». Plus tard, quand il essaya de calculer leur taille et leur vitesse, il fut surpris de découvrir qu’ils se déplaçaient à un minimum de 1900 km/h. C’était à l’époque le double de la vitesse des avions à réaction les plus évolués. Il fallut attendre octobre de la même année pour que le pilote d’essai Chuck Yeager franchisse le mur du son (1200 km/h au niveau de la mer) dans son avion-fusée Bell X-1 à une altitude de 14.000 mètres. Mais, impassible, cette flotte d’objets étranges disparut silencieusement en direction du Mont Adams. Stupéfait, Arnold abandonna sa recherche de l’avion accidenté. Au moment où il arriva à Pendleton dans l’Utah, les nouvelles de son expérience s’étaient répandues.

Arnold avait toute l’étoffe d’un témoin crédible. À la fois homme d’affaires et pilote respecté, il donna l’impression aux journalistes qu’il n’était pas porté à l’exagération. Quand il s’assit quelques semaines plus tard pour rédiger une description des objets pour l’armée, Arnold déclara qu’il « se sentait certain qu’ils appartenaient à notre gouvernement« . L’un des agents qui l’interrogea par la suite écrivit « que si M. Arnold pouvait écrire un rapport d’une telle nature sans voir les objets, il se trompait d’activité et qu’on devrait l’engager pour écrire de la fiction dans le style Buck Rogers » [personnage d’une bande dessinée de science-fiction créé en 1928, note d’Hélios]. Étaient-ce des missiles guidés ou le nouveau type ‘d’aile volante’ récemment testée par l’US Navy ? Arnold était rendu perplexe par deux choses entre autres : l’absence d’empennage et leur incroyable vitesse.

Bombardier aile volante Northrop – Californie, mai 1946

Le 26 juin, les termes de ‘soucoupe volante’ et de ‘disque volant’ s’étalèrent à la une des journaux du monde entier. Avant la fin du mois, des milliers de personnes se présentèrent pour corroborer le récit d’Arnold et pendant presque tout l’été les journaux et les ondes de toute l’Amérique du nord furent pleins de visions et de rumeurs sur des soucoupes volantes. Mais jusqu’à la fin de sa vie Arnold resta catégorique sur le fait de n’avoir jamais décrit les neuf objets comme ayant une forme de soucoupe. Dans ses toute premières interviews il parla d’eux comme « aplati comme un moule à tarte et en forme d’aile de chauve-souris’. L’un des dessins qu’il fit pour l’Air Force faisait penser au talon d’une chaussure.

Le dessin d’Arnold

Pendant les 40 ans suivants, il continua d’expliquer qu’il employait le mot ‘soucoupe’ non pour décrire leur forme, mais la manière dont ils volaient, « comme le ferait une soucoupe qu’on fait ricocher sur l’eau ». Lors du premier congrès international d’ufologie en 1977, trente ans après sa vision, Arnold révéla que le terme de soucoupe était apparu à cause d’un fort malentendu de la part du journaliste qui avait rédigé l’histoire pour United Press. Interviewé pour la série télévisée britannique Le Monde Mystérieux d’Arthur C. Clarke en 1980, quatre ans avant sa mort, Arnold regrettait qu’aussitôt l’emploi par les médias du terme de soucoupe volante, « brusquement les appellations de ‘disque volant’, ‘en forme de croissant’ et tous les autres furent complètement abandonnés et tout le monde commença à voir des soucoupes volantes« .
Malgré ses protestations cette expression persista et fournit le moule qui influença le phénomène depuis le début. Dans un article publié en 1993, Marty Kottmeyer, un américain sceptique déclara :
« C’était un mystère incroyable et il fit tellement sensation qu’il devint la une de l’actualité dans tout le pays. Chacun bientôt se mit à chercher ces nouveaux vaisseaux, qui, selon les journaux, avaient une forme de soucoupe. Pendant des semaines des centaines de rapports sur ces soucoupes volantes furent rédigés. Alors que les gens pensaient probablement voir les mêmes choses que Kenneth Arnold, il est vraiment ironique que personne ne réalisa à l’époque… qu’Arnold n’avait pas mentionné voir des soucoupes volantes. »

Selon les estimations de Kottmeyer, la forme caractéristique en soucoupe ou disque refit surface avec 82 % de récits ultérieurs d’abduction par des extraterrestres. Il soulignait que cette ‘erreur de soucoupe’ laissait ceux qui croyaient à l’hypothèse extraterrestre dans un immense paradoxe. Pourquoi des extraterrestres auraient-ils remodelé l’apparence de leurs vaisseaux pour se conformer à l’erreur d’un journaliste ?

Ce fut pour moi une révélation. Avons-nous vraiment reçu l’idée de soucoupes volantes comme étant des « objets en forme de disque apparaissant dans le ciel et supposés provenir de l’espace » grâce à une simple erreur d’un confrère journaliste ? En lisant l’article de Kottmeyer je me suis souvenu de la plainte de Denis Plunkett sur le récit du Times qui avait parlé de la fermeture du Bureau britannique des soucoupes volantes. Plutôt qu’une humanité manipulée par une intelligence extraterrestre, comme le pensait Denis et d’autres ufologues, il semblait que nos croyances et perceptions étaient en fait influencées par une force bien plus familière ici sur Terre : le pouvoir des médias grand public. Si Kottmeyer avait raison, je fus amusé par l’ironie de la presse qui fut l’auteur des soucoupes volantes en 1947 et qui fut prompte à proclamer ‘la mort de l’ufologie’ maintenant que la nouveauté était épuisée.

Avant 1947, les journalistes nommaient des choses bizarres dans le ciel par une variété de phrases qui n’accrochèrent vraiment jamais. Les avions Phantom et les foo fighters ne faisaient pas le poids. En Europe, les OVNI vus dans les années suivant immédiatement la seconde guerre mondiale étaient souvent décrits comme ressemblant à des fusées. Ce qui n’est pas surprenant, étant donné que les européens étaient familiers en 1944-45 de l’utilisation des V-2 du troisième Reich. En 1946, des objets dont la forme ressemblait aux fusées nazies V-2 furent observés par des centaines de personnes en Scandinavie et dans les pays d’Europe centrale. Les ‘fusées fantômes’ ne s’accordaient pourtant pas avec l’air du temps qui semblait anticiper l’arrivée de visiteurs évolués de l’espace.

Après la seconde guerre mondiale, des écrivains émirent l’hypothèse que des avions en forme de soucoupe pourraient constituer le prochain grand saut technologique dans la conception aéronautique. En 1947, la culture populaire s’affairait à imaginer l’apparence des avions du futur. Des magazines de science-fiction avaient introduit des images de vaisseaux de toutes tailles et formes issues de vingt ans d’imaginaire collectif. Pendant la guerre, les V-2 nazis, particulièrement les « ailes volantes » avaient transformé ces idées futuristes en réalité. En mai 1947, un mois tout juste après la vision d’Arnold, le magazine Mechanix Illustrated publia en couverture une photo d’un « Flying Flapjack ». C’était un avion plat en forme de disque créé par l’US Navy pendant la guerre qui devait atteindre des vitesses de 880 km/h. Ce Flapjack avait une troublante ressemblance avec les objets vus par Arnold.

« Flying Flapjack »

Inexact ou pas, l’expression ‘soucoupe volante’ fournira une accroche instantanément séduisante, un terme commode pour que les gens autour du monde les reconnaissent tout de suite. Quelque chose qu’ils pouvaient utiliser pour décrire tout objet inhabituel dans le ciel, ou même au sol, quelle que soit sa forme ou son comportement. »
(Source : bistrobarblog.blogspot.fr)
« Extrait du livre Comment les OVNI ont conquis le monde : histoire d’un mythe moderne par David Clarke.

Le Dr David Clarke est l’un des écrivains les plus documentés sur le folklore et le surnaturel. Depuis 2008, il a une activité de consultant et de porte-paroles pour les archives nationales  pendant la divulgation des archives du ministère de la défense sur les OVNI (qu’on surnomme souvent les « vrais X-files britanniques »). »

 


Le « Rapport de la Montagne de fer »,

clef de la politique américaine et des guerres d’agression

Le rapport secret (controversé) commandé par l’administration Kennedy
qui propose -entre autre- d’ « a
ccréditer l’existence d’une menace extra-terrestre »

Résumé :

Introduction de la conférence donnée par Claude Timmerman le 15 mars 2003 Paris, maison des Salésiens au colloque d’Ile de France du Centre d’Etudes et de Prospective pour la Science :

Le rapport dit « de la Montagne de fer » est paru en 1967 aux Etats Unis chez Dial Press sous le titre original de: « Report from the Iron Mountain on the possibility and the desirability of peace » sans nom d’auteur, mais avec une introduction de Leonard C. Lewin qui y explique comment ce document lui est parvenu dans les mains et pourquoi il se devait de le faire connaître en le publiant, même sans autorisation.
Ce document était accompagné d’une préface d’un dénommé Herschel Mac Landress – que personne ne connaissait physiquement, mais dont le nom était connu par des articles économiques paraissant dans la revue « Esquire », certains d’ailleurs cosignés au début des années 60 par un certain John Fitzgerald Kennedy – qui attestait de la véracité et de la réalité des travaux dont ce rapport était à l’origine.

Compte tenu des conclusions de ce rapport, il créa une polémique importante lors de sa parution. Une controverse s’en suivit, étouffée à la demande de la Maison Blanche qui refusa toujours de reconnaître la moindre implication gouvernementale dans cette affaire.

Nous sommes alors en pleine guerre du Vietnam et Lyndon Johnson peut aisément agir sur la presse pour calmer le jeu… Le rapport de la Montagne de Fer allait sombrer dans les oubliettes de l’Histoire devant les impératifs médiatiques de la guerre froide et du désengagement vietnamien…

Quel est le thème de ce rapport?

Rien moins que l’étude des bouleversements de la civilisation provoqués par l’éventualité d’un régime de paix perpétuelle et des substituts à trouver aux fonctions de la guerre pour maintenir, en régime de paix, la cohésion des sociétés.

A cette poque, aux Etats Unis, plusieurs études de ce genre, d’origines diverses, virent le jour. Nous ne citerons que le livre de H. Kahn : « Thinking about the unthinkale » ce que nous traduirons par « Penser l’impensable  » destiné à sensibiliser l’opinion américaine sur la nouvelle façon de penser la guerre et la paix à l’ère nucléaire. Le « Rapport de la Montagne de Fer » comme il fut dénommé se retrouva donc relégué sur les rayons des bibliothèques universitaires comme n’importe quelle étude de sociologie politique.

Il fut pourtant traduit en français par Jean Bloch-Michel et publié en 1968 chez Calmann – Lévy sous le titre: « La paix indésirable? Rapport sur l’utilité des guerres » avec une préface du grand économiste américain J.K.Galbraith qui y déclare deux choses:
  1. Il reconnaît être Herschel MacLandress, pseudonyme qu’il utilisait couramment dans ses écrits, notamment ceux cosignés par Kennedy qui était alors son élève!
  2. Il déclare avoir été convié « par un ami fort connu, astronome, physicien et spécialiste des communications »,(p.xxii) à une réunion à Iron Mountain au cours de l’été 1963, invitation qu’il avait décliné, devant participer à un important séminaire sur la psychométrie en Italie pour lequel il s’était engagé à cette date. Voir cet ami  » fort connu  » en annexe…
Quoiqu’il en soit, Galbraith reconnaît sans aucune équivoque l’existence des réunions d’Iron Mountain et la véracité du rapport qui en découla… Il tenait visiblement à épauler Léonard C.Lewin devant les difficultés d’édition de ce rapport.

Il conclu sa préface ainsi:
« De même que je prends personnellement la responsabilité de l’authenticité de ce document, je puis témoigner en faveur de la justesse de ses conclusions. Mes réserves ne concernent que l’imprudence avec laquelle il a été mis à la disposition d’un public qui n’était évidemment pas prêt à le comprendre

Extrait des conclusions :

 

Accréditer l’existence d’une menace extra-terrestre


Depuis la fin de la guerre toute suggestion d’une vie extra-terrestre a été systématiquement rejetée par les « savants ». L’invention du spectro-photomètre prouvait pourtant, par analyse de la lumière reçue des étoiles, l’universalité de la structure atomique et du tableau périodique des éléments de Mendeleieff. Ces faits à eux seuls prouvaient que l’existence de la vie sans être certaine était probable, ailleurs, dans l’espace et dans le temps.

Depuis une vingtaine d’années, la tendance s’est inversée sur le plan scientifique et surtout sur le plan médiatique. On assiste en effet à un foisonnement d’émissions télévisées sur les OVNI, à une multiplication de séries sur les extra-terrestres, etc… Nous citerons parmi les plus connues actuellement : « Les envahisseurs », « X-files » , « Stargate ». On peut y remarquer que de plus en plus « les créatures de l’au-delà » apparaissent dangereuses et impitoyables pour l’espèce humaine. Même chose au cinéma où le gentil E.T. comme les sympathiques « aliens » de Spielberg dans « Rencontre du 3° type » sont mués en envahisseurs destructeurs impitoyables dans « Mars Attack » ou « Independance Day ».

Tout est fait aujourd’hui pour accréditer dans l’esprit du grand public que l’extraterrestre existe nécessairement et sera forcément destructeur s’il parvenait sur terre.

Source : vexilla-regis.com


 


L’EXO CONFÉRENCE

Un monument de spectacle, unanimement plébiscité par la critique. A voir et approfondir sans retenue. Sous l’exo-conférence, des liens pour aller plus loin et une critique / un complément / particulièrement intéressant(e) :

 

« Pour préparer ce spectacle, Alexandre Astier a rencontré de nombreux scientifiques de différentes spécialités. Il affirme dans les bonus du DVD du spectacle que la thèse principale de l’Exoconférence (l’être humain n’a jamais rencontré de vie extra-terrestre et n’en rencontrera jamais) est née de la rencontre avec ces scientifiques.
Un astrophysicien (Alexandre Astier) donne une conférence au cours de laquelle il retrace les grandes étapes de la formation de l’univers depuis le Big Bang avant de se pencher sur la question de la vie extraterrestre. (…) Il aborde de nombreux sujets scientifiques, philosophiques et poétiques tels que la diversité des cosmogonies, les PAN, le paradoxe de Fermi ou le parfum du cœur de la Voie lactée (…). Il évoque ou incarne de nombreux personnages dont Ptolémée, Copernic, Enrico Fermi, Kenneth Arnold et revient sur certains épisodes clés des contacts supposés avec des formes de vie extraterrestre, dont l’affaire de Roswell ou l’enlèvement de Betty et Barney Hill. » (
wiki)


FAKE? #7 – L’Exoconférence d’Alexandre Astier

FAKE? du youtubeur « Mr Sam », apporte des réflexions sur certaines thématiques présentes sur internet. Les précautions scientifiques soulevées ici sont pertinentes dans la réflexion sur la possibilité extra-terrestre (en deux parties) :
« Peut-on affirmer avec certitude que les extraterrestres sont incapables de nous visiter ? Cette simple question, d’apparence anodine, m’a plongé dans une réflexion mêlant les sujets les plus pointus que je connaisse. Sans déconner. »


OVNI : l’origine des soucoupes volantes
(Le modéle socio-psychologique)
par Hygiène Mentale

Une présentation du modèle socio-psychologique, illustré par l’exemple du phénomène OVNI. (Le cas Kenneth Arnold, Le crash de Roswell, Le cas Adamski, La vague belge).

 


Que faire des autres témoignages ?

Les phénomènes existent, ils sont même analysés très sérieusement :

Une grande partie des internautes s’intéressent un jour ou l’autre aux PAN, comme nos parents s’y sont parfois intéressés, avec des ufologues ou écrivains bien connus à l’époque : Jimmy Guieu et ses « Portes du Futur« , Robert Charroux, Eric Von Daniken, de vieux documentaires comme « Mystères de l’Univers – O.V.N.I » (Parties 1, 2 et 3) (…)

Si l’on suis cependant la thèse de l’arnaque extraterrestre, on pourrait expliquer les témoignages (outre une intention délibérément trompeuse) par le modéle socio-psychologique évoqué plus haut, mais aussi (et pourquoi pas) par un éventuel recours au contrôle mental, cette « science occulte » le permettant (voir
explicithistoire.wordpress.com/tag/controle-mental/).

D’autres critiques peuvent être émises concernant certains témoignages (cette partie est en cours, et sera enrichie ultérieurement) :


« Les extraterrestres existent » :

« Depuis ses premières déclarations publiques sur le sujet en 2005, Paul Hellyer, 91 ans, n’a eu de cesse de répéter son message : oui les extraterrestres existent, oui les extraterrestres sont déjà parmi nous, et le gouvernement américain travaille avec eux depuis plus de 60 ans.
Dans ses révélations en date de mai 2015 par le biais d’une vidéo, Paul Hellyer a créé un véritable buzz sur la toile : « Nous n’avons plus que quelques mois » affirme-t-il, tout en dénonçant dans la foulée le rôle de la « money mafia » et des lobbys dirigeant nos sociétés.

Mais pourquoi diantre s’attarder sur de telles déclarations, qui ne sont en soi pas une première dans la rubrique phénomènes paranormaux ? Tout simplement parce qu’elles sont soutenues par un ancien ministre canadien (1963-1967), de la Défense qui plus est. Ce qui fait de lui l’officiel le plus haut gradé soutenant l’existence d’extraterrestres.

Dans cet article, nous avons choisi d’analyser une courte vidéo (10 minutes) de Paul Hellyer datant de 2013, et abordant spécifiquement la question de l’existence des aliens. Nous avons entre autres analysé ces déclarations sur la base de 19 critères verbaux, les dénommés critères « CBCA » (Criteria Based Content Analysis). Ces critères ont été développés dans les années 1960 par des psychologues allemands pour aider les juges à évaluer la crédibilité de récits dans des procès en situation de parole contre parole. Les recherches en psychologie du mensonge ont montré que ces critères permettaient de discriminer de manière fiable les récits véritablement vécus vs. inventés. Plus ces critères sont présents dans un récit, plus celui-ci sera jugé crédible (ex : quantité de détails, reproduction de conversations, etc.). Nous avons ainsi adopté une démarche en deux temps : codage de la présence de certains critères (verbaux, non-verbaux), puis évaluation de la crédibilité du témoignage sur base de ces critères.

Notre but : évaluer la crédibilité des déclarations de Paul Hellyer d’une part, déterminer si l’expérience qu’il décrit a des chances de correspondre à un événement réellement vécu par lui d’autre part, et le cas échéant s’il s’agit d’un vrai souvenir. »

 

Steven Greer et son « Disclosure Project »

Comme pour le cas de Paul Hellyer, on peut éventuellement rester perplexe devant la « grande divulgation » du Docteur Greer : « En 2001, à Washington, Steven Greer présente au public et aux médias son projet Disclosure, dans le cadre du National Press Club des USA. La conférence présente le témoignage d’une douzaine de témoins de l’armée américaine, de fonctionnaires des agences fédérales et d’organismes comme la Direction de l’aviation civile internationale. Lors de cette conférence, il déclare que le gouvernement américain et le gouvernement anglais entretiendraient depuis longtemps des échanges secrets avec des extraterrestres, qu’ils cacheraient à l’humanité l’existence d’une nouvelle énergie capable de remplacer le pétrole, de régler les problèmes d’environnement liés à la surexploitation d’hydrocarbures et de l’effet de serre.Suite à son exposé, une vingtaine de témoins de l’association vont témoigner de ce qu’ils ont vu et vécu. Parmi ces témoins, on retrouve d’anciens militaires, des membres de la CIA, des contrôleurs aériens, des anciens pilotes de l’US Air Force, des professionnels de l’aviation, qui affirment avoir été en présence de phénomènes non-identifiés. »

De même :
« Sirius est un documentaire (1h56) sur la divulgation au sujet des OVNIs extraterrestres présenté par le Dr. Steven Greer, qui informe que nous ne sommes pas seuls dans l’Univers et que notre Terre aurait déjà été visitée, mais également que les gouvernements s’arrangent pour cacher la vérité aux populations, y compris les technologies novatrices. »
(Source du texte)
Jean-Pierre Petit, savant français atypique bien connu, a pourtant son idée bien arrêtée du Dr Greer :
« Le docteur Steven Greer ou la désinformation dans tous ses états« 
Concernant la série diffusée sur History Channel, Ancient Aliens (Série américaine traduite en France par « ALIEN THEORY» dont nous parlions ici), il existe un consistant travail de « débunkage » (en Anglais, 3h30) : Ancient Aliens Debunked – (full movie) HD.


Malgré tout, si les chiffres souvent évoqués des « incidents » impliquant des PAN étaient bien réels (« 95% de cas rapportés ont des explications rationnelles, 5% resteraient inexpliqués« ) alors il convient de rester prudent et de ne pas considérer globalement ces phénomènes comme inexistants.


Mais ça, c’est une autre histoire.

 

[ Cette partie en cours est soumise à réserves]


L’ARNAQUE EXTRATERRESTRE

Web-documentaire exceptionnellement long (14h, en 6 parties), qui semble être une version française (différente cependant) d’un web-documentaire en Anglais publié dans les années 2010 sous le titre « Aliens come from Hell ». Nous le posons ici sous réserves, ne l’ayant pas encore visionné en intégralité. D’ores-et-déjà les controverses existent, notamment sur l’utilisation d’images démontrées comme des hoax (ex : mission « Apollo 20 »). Ici, la partie 1 (2h) :

Conférence de J.M. Lesage : Le Diabolique Secret des OVNIS

« J. M. Lesage s’intéresse aux phénomènes occultes depuis une quarantaine d’années. Il a lui-même mené de nombreuses investigations auprès des témoins d’apparitions d’ovni et compris, dès 1972, que les contactés n’étaient guère plus que des médiums reliés directement à la source occulte qui manœuvre l’ensemble du phénomène. Ses travaux l’amènent vite à comprendre que cet univers s’ouvre sur le champ d’une vaste manipulation diabolique et que cette manipulation s’inscrit au sein d’un véritable complot occulte qui cherche à dominer le monde. »

Extraterrestres, les messagers du New-Age, de Laurent Glauzy

Laurent Glauzy, écrivain français catholique, propose son regard (très / trop?) emprunt de créationnisme, soulignons-le. Il apporte cependant dans son discours des éléments et pistes intéressantes.

 

« Deuxième livre du chercheur non conformiste catholique Laurent Glauzy, sur les extraterrestres et les phénomènes connexes. Sous-titre : « Du mystère des crop circles au mind control : quand la CIA et l’ufologie préparent un nouvel armement« . Un livre très documenté et sans égal en France, qui explore de nombreuses pistes d’explication avec sérieux et prudence. Les sujets abordés sont très variés. Au sommaire : La vie extraterrestre est-elle possible ? — L’ufologie au scanner. — Le mystère des « abductions ». — De l’ufologie vers une dérive sectaire. — Les entités extraterrestres : des dieux païens aux religions monothéistes. — L’ufologie et les secrets de la recherche technologique. » (Source)

Laurent Glauzy: Extraterrestres, les Messagers du New-Age
(Radio Courtoisie, 14 Janvier 2010)


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s