Les Dessous de la guerre en Syrie

Récapitulatif rapide : Bachar Al-Assad, élu en Syrie, est l’un des derniers antisionistes de la région; le pays est riche en gaz; l’empire américano-sioniste a donc orchestré une campagne médiatique contre le président syrien, puis après avoir échoué à entrer en guerre ouverte, a permis le déploiement d’islamistes armés pour renverser le pouvoir en place, en Syrie comme dans certains pays voisins. Aujourd’hui, la Syrie résiste toujours aux envahisseurs de « l’axe du bien ».

SYRIE 2Pour n’importe quel internaute ré-informé, les dessous du conflit syrien sont palpables. Néanmoins, quelle est la réalité alternative rapportée par des témoins locaux ? Bachar Al-Assad n’a t-il rien à se reprocher ? Qui finance et soutien militairement, diplomatiquement, les combattants « rebelles » « modérés » syriens ? Et les soldats de l’Etat islamique sanguinaire ?

  • Média-mensonges
  • États-Unis et israël soutiennent les islamistes de l’État Islamique contre le peuple syrien : les preuves accumulées
  • L’État Islamique, des non-musulmans terroristes au service de l’occident
  • Réalité alternative de la Syrie attaquée
  • Parlementaires français en Syrie
  • Le discours de Assad
  • Sur le conflit syrien


Média-mensonges de l’occident

  • DimSung_preuve_irrefutable_bashar_gaz_sarinMEDIA-MENSONGE: Bachar Al Assad aurait gazé sa population au gaz sarin. Les Etats-Unis ne veulent pas attendre le rapport de l’ONU pour frapper la Syrie.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Suite à la diffusion des images, distribuées par l’Armée syrienne libre et reprises par les services états-uniens et français, du massacre de la ghouta, des familles alaouites de Lattaquié ont porté plainte pour assassinats. Certaines des vidéos ont été réalisées et postées sur YouTube avant l’événement qu’elles décrivent. On peut y voir des enfants étouffer d’une intoxication chimique qui ne peut être du gaz sarin (ce gaz provoque de la bave jaune et non pas blanche). Les enfants ne correspondent pas à un échantillon de population : ils ont presque tous le même âge et ont les cheveux clairs. Ils ne sont pas accompagnés par leur famille en deuil. Il s’agit en fait d’enfant enlevés par des jihadistes, deux semaines auparavant dans des villages alouites aux environs de Lattaquié, à 200 kms de la ghouta. Contrairement aux affirmations de l’Armée syrienne libre et des services occidentaux, les seules victimes identifiées du massacre de la ghouta sont donc issues de familles soutenant le gouvernement syrien.

Connexe :

Médias mensonges : le cas de la Syrie

Différence de traitement médiatique entre l’OTAN et les médias russes

Elites et médias français versent dans les fantasmes conspirationnistes

valls_avec_Bashar« Depuis la guerre d’Algérie, la France n’avait plus connu un tel climat d’Inquisition. De nos jours, on ne peut plus critiquer les élites du pays, leurs politiques guerrières et leurs atteintes à la liberté d’expression sans être soupçonné d’être un théoricien du complot aux fréquentations suspectes, un négationniste qui s’ignore voire carrément un nostalgique du IIIe Reich. Pourtant, sur certains sujets comme la Syrie, les théories du complot les plus douteuses sont déversées à foison et sans la moindre vergogne dans les médias dominants. Après la thèse raciste et délirante du complot alaouite à la tête de l’Etat syrien, la plus en vogue aujourd’hui est celle qui fait d’Al Qaïda une invention du président syrien Bachar el Assad. Toute cette fable repose sur un événement : la libération de militants salafistes des prisons syriennes au début des manifestations de mars 2011. » (…)


Syrie: la vérité qu’on vous cache

(Introduction à la conférence présentée plus bas dans la page)


 

Ingérence occidentale en Syrie :

Etats-Unis, israël et monarchies arabes corrompues
soutiennent les islamistes de l’État Islamique
contre le peuple syrien : les preuves accumulées


Après un flop dans leur campagne guerrière de 2013, après la pathétique prestation de Flançois Hollande qui s’est retrouvé seul après le retrait américain de dernière minute, la coalition atlantiste s’est finalement rendue en Syrie en 2014.

syrie-teddijo

Etats-Unis

Attaques aériennes contre l’EI en Syrie : un prétexte pour les Etats-Unis

syrie-kla-tv2« Le Pr. Alan Sabrosky est un vétéran de la marine américaine et professeur d´université. Lors d’une interview donnée à Press TV, il a affirmé que les attaques aériennes en Syrie contre les terroristes de l’État Islamique avaient pour but la destruction des infrastructures du pays et non des positions des terroristes de l’EI. »

Le groupe islamiste Khorasan n’existe pas

khorasan-usa-syrie-rt« Le groupe Khorasan, vous n’en avez pas entendu parler ? pourtant les médias occidentaux en ont fait la une de leurs journaux: « confrérie secrète compte une cinquantaine de combattants d’élite au sein du Front Al-Nosra, représentant d’Al-Qaeda en Syrie » ou « Le groupe Khorasan serait le plus secret et le plus dangereux des groupes djihadistes présents en Syrie ». Seul problème, ce groupe serait inventé de toute pièce par les officiels américains. »
John McCain admet être en contact permanent
avec les terroristes au Moyen-Orient

mc-cain-syrie« Ce n’est pas un lapsus : John McCain admet par deux fois dans cette interview hallucinante être en contact permanent avec les forces de l’EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) ou tout du moins les rebelles syriens. »

Bachar al-Assad : 60 pays de la coalition
bombardent moins l’EIIL que l’Armée syrienne ne le fait

« Extrait de l’interview accordée par Bachar al-Assad à la chaîne américaine CBS News le 30 mars 2015. »

Connexe :

Assad demande aux États-Unis de cesser d’armer
et de financer l’EI

« Les déclarations d’Assad ont été prononcées durant l’entretien de mardi avec le conseiller de la Sécurité nationale irakienne, Falah al-Fayadh, « dans le cadre de la lutte du gouvernement irakien contre le terrorisme. »

Le combat contre le terrorisme commence par une pression accrue sur les pays qui soutiennent et financent les insurgés en Syrie et en Irak, a déclaré le président syrien Bashar al-Assad lors d’un entretien avec un responsable de la sécurité intérieure irakienne à Damas.

Les déclarations d’Assad ont été prononcées durant l’entretien de mardi avec le conseiller de la Sécurité nationale irakienne, Falah al-Fayadh, « dans le cadre de la lutte du gouvernement irakien contre le terrorisme. »

« Ce combat contre le terrorisme commence par une pression accrue sur les pays qui soutiennent et financent des groupes terroristes en Syrie et en Irak, et prétendent ensuite vouloir combattre ce même terrorisme », a déclaré Assad, des propos relayés par l’agence de presse SANA.

Fayadh s’est « entretenu avec Assad sur les derniers développements en Irak, et sur les efforts du gouvernement et du peuple irakiens pour combattre les terroristes », a rapporté SANA.

L’entretien s’est focalisé sur « l’importance de renforcer la coopération et la coordination entre deux pays fraternels dans le domaine du combat contre le terrorisme, qui fait rage en Syrie et en Irak et qui menace la région et le monde ».

Damas a critiqué plusieurs pays qui ont, par le passé, armé l’opposition syrienne, dont les États-Unis, le Qatar, l’Arabie saoudite et la Turquie.

Mardi, le secrétaire à la Défense des États-Unis, Chuck Hagel, a confirmé que le commandement central des États-Unis a un plan pour « mener des actions ciblées contre l’EI et ses bastions en Syrie », ce qui inclue des frappes sur ses infrastructures. Hagel a également dévoilé un plan visant à renforcer les forces irakiennes en leur adjoignant 1 600 « conseillers militaires » étasuniens.

Les États-Unis entraîneront et équiperont également 5 000 membres de l’opposition syrienne pour combattre les militants de l’EI. 

Hagel a écarté la possibilité de déployer des troupes sur le terrain pour l’instant, mais a annoncé qu’une partie des 1 600 « conseillers militaires » étasuniens déployés en Irak depuis le mois de juin pourraient être impliqués dans des affrontements directs avec les militants de l’EI.

Au même moment, les États-Unis ont clairement fait comprendre qu’aucune coopération n’est prévue avec le gouvernement d’Assad dans le cadre du combat contre l’EI. La position d’Obama a longtemps été en faveur d’une destitution d’Assad, surtout après qu’il a été accusé d’avoir employé des armes chimiques contre son propre peuple l’an dernier.

Plus de 30 pays ont accepté de rejoindre la coalition étasunienne pour combattre l’EI, selon le Pentagone. Cependant, tout semble indiquer que les puissances régionales que sont l’Iran et la Syrie ne feront pas partie de cette coalition.

Selon des estimations de la CIA, le groupe takfiri de l’EI « compte entre 20 000 et 31 500 combattants ».

Cette année, les combattants de l’EI ont capturé de vastes territoires dans le nord de l’Irak et la province d’Anbar, à l’ouest, faisant au passage de nombreuses victimes civiles.

Source : Croah.fr

Révolte militaire américaine contre la décision
d’Obama de «soutenir Al-Qaïda en Syrie»

Une révolte militaire contre le plan de l’administration Obama pour lancer une attaque potentiellement désastreuse contre la Syrie est en train de s’accélérer, avec deux hauts gradés et membres des services réguliers qui expriment leur opposition véhémente à ce que les États-Unis s’empêtrent dans le conflit. La réaction a commencé à se répandre sur les médias sociaux hier avec de nombreux militaires postant des photos d’eux-mêmes brandissant des pancartes indiquant qu’ils refuseraient de se battre du même côté que Al-Qaïda en Syrie. D’autres ont posté leurs photos sur Twitter avec le hashtag # IdidntJoin . (…)

Hervé Ryssen: « Sionistes, faites les vous mêmes, vos guerres »

En effet, le lobby israélien a fortement poussé l’Amérique à la guerre :

  • Sani_Lobby_AIPAC_Syrie_Iran_USALe lobby israélien somme le Congrès d’autoriser l’attaque contre la Syrie « L’Aipac, le lobby pro-israélien des États-Unis a demandé au Congrès d’autoriser l’attaque contre la Syrie. Hier mardi l’Aipac le lobby sioniste aux Etats-Unis a demandé dans une lettre à l’adresse aux congressistes d’autoriser l’intervention militaire en Syrie, a-t-on appris de Reuters. Les alliés et les ennemis des Etats-Unis suivent de près le résultat de ce vote important, selon cette lettre. » (…)
  • Pressions ouvertes de l’AIPAC sur les USA pour une guerre en Syrie « C’était un secret de Polichinelle, c’est désormais un forcing ouvert que mène Israël auprès des Etats-Unis pour obtenir une guerre en Syrie —pardon, des « frappes chirurgicales ». L’AIPAC, principale organisation du lobby israélien aux Etats-Unis, ne ménage pas ses efforts, comme le rapporte l’agence Reuters. » (…)
Des militaires américains vont entraîner l’opposition syrienne dite « modérée »

« Les Etats-Unis prévoient de dépêcher plus de 400 militaires pour entraîner et équiper des combattants de l’opposition syrienne modérée, dans des camps d’entrainement en Arabie saoudite, en Turquie et au Qatar, a annoncé le Pentagone vendredi. »

Relevons ici le mot de trop, « modérée ». L’opposition en Syrie, ce sont des jihadistes criminels, qui utilisent du gaz de combat, bouffent le coeur des opposants Syriens (…)

ISRAËL


Thierry Meyssan – Raids israéliens contre la Syrie

thierry-meyassan-syrie-israel

Le Wall Street Journal reconnaît qu’israël soigne
les djihadistes du front Al-Nosra blessés en Syrie

« L’Iran et le Hezbollah perçus comme des menaces plus graves que les djihadistes sunnites, selon A. Yadlin. Israël ouvre ses frontières à des djihadistes d’Al-Qaïda et du Front Al-Nosra engagés dans la guerre civile en Syrie afin de les soigner, a assuré le Wall Street Journal cette semaine. Le journal américain a indiqué que le Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda qui combat actuellement le régime de Bashar el-Assad et le Hezbollah, « n’a pas causé de torts à Israël » depuis que l’organisation terroriste « a pris le contrôle de la zone frontalière » sur le plateau du Golan. » (…)


Pierre Dortiguier sur la coordination secrète

entre opposants armés syriens et sionistes

dortiguier-syrie-sionisme-ei


Assassinats systématiques des scientifiques syriens
dans l’intérêt du régime sioniste

« Les cinq ingénieurs assassinés étaient à bord d’un véhicule qui fut la cible des tirs, dans la région El-Tall, dans le Rif de Damas. Les ingénieurs martyrs travaillaient dans un centre de recherches scientifiques à Barzé. Selon des sources bien informées, la nature du travail de ces hommes était confidentielle. Ils furent assassinés à la suite d’une période de surveillance. Ce n’est pas la première fois que des experts, des scientifiques et académiques syriens sont liquidés. Le front Al-Nosra s’est en effet transformé en un bras du chef du Mossad, Tamir Bardo, qui fournit à cette organisation les données et les renseignements, ainsi que le soutien logistique, en contrepartie des opérations d’assassinat. Ce front avait aussi visé une élite de pilotes des avions de chasse syriens, détruit les centres de recherches scientifiques et les centres d’alerte précoce, qui protègent le pays des offensives extérieures. Avec le début de la guerre contre la Syrie, un groupe armé relevant d’Al-Nosra, muni d’engins de télécommunications sophistiqués, a été démantelé par l’armée syrienne. Les renseignements syriens à ce propos, ont été confirmés par des rapports russes et chinois, pour révéler un rôle effectif des sionistes et de la CIA au sein du groupuscule en question, dirigé par le général américain Richard Cleveland. » (…)


La Syrie accuse israël d’avoir mené deux raids près de Damas

« La Syrie a accusé dimanche israël d’avoir mené deux raids contre des secteurs tenus par le pouvoir près de Damas, l’accusant d’apporter un « soutien direct » aux rebelles et aux djihadistes »

« Cela apporte la preuve du soutien direct d’israël au terrorisme en Syrie. » (…)


Le Hezbollah menace de riposter aux raids israéliens en Syrie

« Beyrouth – Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a annoncé jeudi pour la première fois que son parti possédait depuis 2006 des missiles iraniens Fateh-110 pouvant atteindre tout Israël, son ennemi numéro un.

Interviewé par la chaîne panarabe Al-Mayadeen, le chef du parti chiite libanais qui combat aux côtés du régime de Bachar al-Assad, a de même menacé israël de riposter à tout moment à ses raids répétés en Syrie, se disant prêt à toute nouvelle guerre contre (l’entité sioniste). Les missiles Fateh-110, d’une portée pouvant aller jusqu’à 300 km nous sont parvenus depuis longtemps, depuis 2006, a affirmé Hassan Nasrallah à la chaîne qui lui demandait s’il confirmait la livraison par l’Iran de ces armes au parti chiite. Nous sommes plus forts que jamais, a-t-il dit. »


L’ONU révèle les liens d’israël avec les « rebelles » syriens

« Des rapports d’observateurs de l’ONU dans le plateau du Golan, présentés à 15 membres du Conseil de sécurité, détaillent des contacts réguliers entre des responsables israéliens et les figures de l’opposition armée syrienne à la frontière israélienne. » (…)

Connexe :

Les nouvelles preuves du rôle d’israël
dans sa guerre par procuration contre la Syrie

La semaine dernière, on a vu apparaître une vidéo montrant un membre de l’Armée israélienne en train de soigner un rebelle syrien anti-Assad qui avait été blessé. Déjà, l’an dernier, un rapport établi par l’ONU mentionnait des contacts réguliers entre l’Armée israélienne et des « rebelles » syriens dont l’Etat islamique. Le Times d’Israël a parlé de cette vidéo dans un article qui avait pour titre « L’Armée de défense d’Israël envoie une vidéo montrant des médecins en train de soigner un rebelle syrien dans le Golan. »[1]

syrie-israelSamedi dernier, l’armée israélienne a diffusé une séquence rare montrant ses médecins s’efforçant de sauver la vie d’un des combattants syriens les plus gravement blessés que le personnel médical ait jamais trouvés sur les Hauteurs du Golan…L’homme en question était un rebelle syrien appartenant à une organisation anonyme luttant contre le régime d’Assad et ses alliés. Il a reçu un premier traitement à la frontière, puis en Israël et a finalement été en mesure de regagner la Syrie…Depuis le début de la guerre en 2011, l’armée israélienne a soigné à peu près 1600 personnes, des civils et des combattants contre Bachar al-Assad…Il peut sembler bizarre qu’Israël soigne des combattants syriens dont beaucoup appartiennent à des organisations islamistes telles que Al-Nosra, filiale d’Al-Qaïda, d’autant plus que, par le passé, ces groupes n’ont pas caché leur animosité à l’égard de l’état juif. Israël aurait donc décidé d’aborder le problème de façon humanitaire?

Le Times d’Israël s’efforce de présenter l’aide apportée par Israël aux rebelles syriens comme purement « humanitaire ». Mais, en réalité, si Israël soutient l’opposition syrienne, c’est dans son propre intérêt géopolitique. Cela fait des dizaines d’années que l’establishment israélien a pour objectif géopolitique l’affaiblissement du régime syrien. Des documents stratégiques datant des années 1980 présentent en détail cet objectif. Oded Yinon, un journaliste israélien qui a eu des liens étroits avec le ministre israélien des Affaires étrangères, a écrit en 1982 un article paru dans un journal de l’Organisation Sioniste Mondiale. Dans cet article qui a pour titre  » Une Stratégie pour Israël dans les Années 80« [2]  Yinon dit en résumé que « la dissolution de la Syrie et de l’Irak » sont les objectifs « prioritaires d’Israël » dans la région. « La dissolution à venir de la Syrie et de l’Irak dans des zones où régnerait l’unicité ethnique ou religieuse, comme au Liban, est, à long terme, la cible prioritaire d’Israël sur le front de l’Est. La dissolution de la force militaire de ces deux états est la cible prioritaire à court terme »(p.11.)

Ce désir stratégique d’affaiblir la Syrie et l’Iraq a été réitéré en 1996 lorsqu’un groupe d’étude mené par le néoconservateur Richard Perle a remis au Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, un rapport sur la politique à mener intitulé: « Une Coupure Nette: Nouvelle Stratégie pour Sécuriser le Royaume. »[3]

On peut lire dans ce rapport:

« Israël peut façonner son environnement stratégique en coopération avec la Turquie et la Jordanie en affaiblissant, en contenant et même en réduisant la Syrie. Cet objectif peut se concentrer sur le départ de Saddam Hussein du pouvoir- ce qui est en soi un objectif stratégique israélien d’importance- comme moyen de contrecarrer les ambitions régionales de la Syrie. »

Plus récemment, des officiels israéliens ont dévoilé en public leur désir de renverser le régime de Damas et de briser l’alliance entre la Syrie, l’Iran et le Hezbollah. Dans une interview donnée en 2003, Michael Oren, qui était alors ambassadeur israélien aux Etats-Unis, déclara en public qu’Israël « avait toujours voulu le départ de Bachar al-Assad ». [4] Il ajouta que « le plus grand danger pour Israël (était) l’arc stratégique qui relie Téhéran, Damas et Beyrouth. »

Cependant, depuis le début de la guerre par procuration, Israël ne s’est pas contenté d’apporter une aide médicale à l’opposition syrienne. Tel Aviv a bombardé des territoires syriens régulièrement[5] . De plus, Israël a fourni des armes aux troupes luttant contre Bachar al-Assad. Au mois d’août de l’an dernier, Sharif As-Safouri, à l’époque commandant du Bataillon Al-Haramein de l’Armée syrienne libre, a révélé qu’ »il était entré cinq fois en Israël pour rencontrer des officiers israéliens qui, plus tard, lui ont fourni des armes anti-char soviétiques et des armes légères ». Ses propos ont été rapportés dans le Times of Israël.

On a aussi accusé Israël d’avoir créé l’Etat islamique et d’avoir favorisé son ascension. Hassan Firouzabadi, chef du personnel des forces armées iraniennes, a déclaré que l’Etat islamique avait été créé et était soutenu par Israël, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis en vue d’atteindre leurs objectifs personnels. En 2014, un rapport qui semblait venir de Gulf News[6] affirmait, lui aussi, que le chef de l’Etat islamique et soi-disant nouveau calife, Abu Bakr Al Baghdadi, avait été formé par le Mossad[7] . Cependant, la validité de ce rapport a été parfois mise en doute. Il faut aussi noter que certaines informations télévisées affirment que Baghdadi a été gravement blessé[8] ou même tué par un drone lancé en avril par les Américains.

Il n’y a aucun doute là-dessus: Israël joue un rôle-clé dans la tentative de destruction de l’état syrien. Israël s’est rendu coupable de la mort de millions de personnes en apportant son aide aux mercenaires anti-Assad. Selon un rapport de l’ONU, les Syriens occupent, à l’heure actuelle, la 2e position dans la liste mondiale des réfugiés. Ils viennent juste après les Palestiniens. Et tout cela grâce à l’axe du mal OTAN-Israël-Arabie saoudite qui ont financé et soutenu les armées rebelles en Syrie.

Par Steven MacMillan | 19 mai 2015

  1. « IDF posts footage of medics saving Syrian rebel in Golan. »
  2. « A Strategy for Israel in the Nineteen Eighties. »
  3. « A Clean Break: A New Strategy for securing the Realm. »
  4. « always wanted Bashar Assad to go. »
  5. « Syrian territory repeatedly »
  6. Nouvelles du Golfe
  7. Trained by the Mossad
  8. Baghdadi was seriously injured.

Article original – Traduit par Christine Malgorn  – Auteur de Syrie, mon amour. 1860, au cœur de la guerre oubliée. Edition Harmattan, 2012  – Voir la vidéo  (disponible sur Amazon);  et de « Bienvenue au Shéol » paru en avril 2015 (disponible en numérique sur Amazon, et bientôt en format papier). Voir son blog:https://cmalgorn.wordpress.com)

Source: arretsurinfo.ch

France

Hollande admet avoir armé les « rebelles syriens » en violation de l’embargo

Azim_obama_hollande_Syrie_la_grande_merdouilleDans un livre à paraître prochainement, le président français admet avoir livré des armes aux rebelles syriens en violation de l’embargo européen sur ce type de livraisons à la Syrie.

Les livraisons auraient eu lieu en 2012, avant l’annulation de l’embargo en 2013. C’est du moins les propos de François Hollande tels que les a recueillis le journaliste et écrivain Xavier Panon l’année dernière. «Nous avons commencé quand nous avons eu la certitude qu’elles iraient dans des mains sûres. Pour les armes létales, ce sont nos services qui ont procédé aux livraisons», a déclaré François Hollande à l’écrivain, rapporte l’AFP.

Xavier Panon a utilisé cette interview dans son livre intitulé «Dans les coulisses de la diplomatie française» qui sort en France ce mois-ci.

Selon les propos de François Hollande rapportés par l’auteur, la France a livré des canons, des mitrailleuses, des lance-roquettes et des missiles antichars aux forces qui luttent contre Bachar Al-Assad alors que le président français avait toujours dit jusqu’ici que la France n’avait envoyé des armes en Syrie qu’après la levée de l’embargo.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision France 2, Bachar Al-Assad a accusé la France de soutenir les mêmes terroristes que ceux qui ont perpétré les attaques à Paris en janvier dernier. «Est-ce de la démocratie que d’envoyer des armes aux terroristes et de les appuyer ? Ai-je le droit de soutenir les terroristes qui ont attaqué Charlie Hebdo par exemple ?», s’est demandé le président syrien.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accusé l’Occident de soutenir les extrémistes pour renverser le régime syrien. «La Russie condamne l’utilisation des groupes extrémistes dans les efforts visant à changer le régime», avait-il asséné lors d’une conférence de presse en novembre dernier.

Xavier Panon décrit aussi dans son livre les plans d’attaque du gouvernement français en Syrie. Il s’agissait des frappes aériennes contre le régime syrien soupçonné d’avoir utilisé des armes chimiques contre son propre peuple en août 2013. Parmi les cibles, on trouve le siège des services de renseignement de l’armée syrienne que la France a jugé responsable des attaques chimiques. Mais faute de l’appui de Washington, ces plans n’ont pas pu être menés à bien.

Un conseiller politique français aurait dit à Xavier Panon que les frappes avaient pour but de changer l’ordre politique en Syrie et de déstabiliser la Russie en la forçant à changer de position à propos du conflit syrien.

La guerre civile en Syrie qui dure depuis cinq ans a fait plus de 220 000 victimes et a fait fuir des millions de Syriens dans les pays alentours. Quelques groupes islamistes ont profité du chaos pour gagner du terrain en Syrie. L’Etat Islamique, l’Armée syrienne libre et le Front islamique luttent toujours contre les forces gouvernementales.

Source : francais.rt.com
Connexe :

Damien Viguier sur la plainte contre Laurent Fabius
pour complicité de crimes en Syrie

fabius-syrie-viguier« Le Collectif international d’avocat pour la paix en Syrie, dont fait partie Damien Viguier, et trois victimes syriennes, ont porté plainte contre Laurent Fabius pour complicité avec les terroristes lors de la guerre de Syrie. »

Connexe :

Fabius-terroriste-syrie

Monarchies arabes

Ingérence et financement terroriste en Syrie:
Le Qatar donne 20 millions de dollars au Front Al-Nousra (Al Qaïda / EI)

syrie-alnosra-isis

« Le Qatar a donné 20 millions de dollars en aide financière au Front Al-Nousra affilié avec AQ, qui combat contre le gouvernement syrien du président Bachar Al-Assad et qui a pris des parties des territoires syriens occupés par Israël que constituent les plateaux du Golan.

Ceci pendant que plus tôt en Septembre, l’émir du Qatar Tamim Bin Hamad Al Thani a dit pendant une conférence de presse avec la chancelière allemande Angela Merkel, que son pays ne soutenait pas les militants takfiristes en Syrie et en Irak. “Le Qatar ne finance pas et n’a jamais financé de groupes terroristes”, a dit l’émir qatari. L’assistance financière qatarie au groupe terroriste survient durant la campagne américaine au sujet de la guerre contre le terrorisme. » (…)


Daech / EI / EIIL / Al-qaida (…)

Des non-musulmans terroristes au service de l’occident

DAESH

Daech, armée terroriste de l’Occident

« La Syrie de 2011 était un pays financièrement indépendant (pas de dette) – un scandale en soi pour notre oligarchie -, officiellement en état de guerre avec Israël et hostile aux projets gaziers du Qatar sur son territoire.

Conformément au droit d’ingérence planétaire des armées du bien, le petit État rebelle est donc passé dans le viseur du Pentagone car il est notoire que le complexe militaro-industriel, clef de voûte de l’économie américaine, ne vit que de guerres sans fin et de carnages récurrents.

Terrorisme et chaos sont des alternatives low cost au contrôle direct et ils fleurissent là où les interventions occidentales ont détruit les structures étatiques : Afghanistan, Somalie et, pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, Libye, Irak et la majeure partie de la Syrie.

La providence veut en outre que le terrorisme produise de toute pièce un remodelage du Proche-Orient conforme aux vœux de Washington de créer un abcès salafiste entre l’Iran et ses alliés arabes.

Les hordes mises en scène de façon hollywoodienne dans le désert syrien ne sortent pas du néant et leurs conquêtes militaires coïncident avec les intérêts de l’État profond américain.

Daech est la franchise irakienne d’Al-Qaïda, qui fut l’armée arabe de la CIA des années de guerre froide. Al-Nosra qui, Fabius dixit, « fait du bon boulot en Syrie », en est la franchise syrienne. » (…)

Source et suite

Document déclassifié : Les USA misaient sur l’Etat islamique
dès 2012 pour déstabiliser la Syrie

Defense Intelligence Agency : « Établir une principauté salafiste en Syrie », et faciliter la naissance d’un État islamique « pour isoler le régime syrien ». Analyse d’un document déclassifié de la DIA

Le lundi 18 mai 2015, le groupe conservateur de surveillance du gouvernement, Judicial Watch, a publié une sélection de documents déclassifiés obtenus après procès contre le Département américain de la Défense et le Département d’État américains. Pendant que les médias grand public se focalisaient sur la gestion par la Maison-Blanche de l’attaque contre le consulat américain à Benghazi, un document circulant à la DIA en 2012 admettait l’existence d’un plan bien plus large (big picture), à savoir qu’un « État islamique » était le bienvenu dans l’est de la Syrie, afin d’influencer les politiques occidentales dans la région.

Voici ce que contient ce document stupéfiant :

« Pour les pays occidentaux, ceux du Golfe, et la Turquie [qui] tous soutiennent l’opposition [syrienne]… la possibilité existe d’établir de façon officielle ou pas une principauté salafiste dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor) , et c’est exactement ce que veulent les pouvoirs qui appuient l’opposition, de façon à isoler le régime syrien… »

Le rapport de la DIA, précédemment classifié « SECRET//NOFORN » et daté du 12 août 2012, était bien connu parmi les services de renseignement, dont le Centcom, la CIA, le FBI, la DHA, la NGA, le Département d’État, et bien d’autres encore. (…)

Qui sont ces « amis » des USA et créateur de Daesh, dont fait référence le Général Wesley Clark ?

Le 11 février dernier, Wesley Clark, ancien général des Forces armées des États-Unis annonça sur CNN que Daesh était une création des alliés américains. Mais qui sont ces « amis et alliés » dont fait référence le Général ?

decapitations-syrie
Steven Sotloff, Foley – Les fausses décapitations pour envahir la Syrie

« Vidéo expliquant la stratégie derrière les fausses exécutions de l’état « islamique » créé par les états-unis, ainsi que les preuves du truquage de ces vidéos. »

Assad : « israël, armée de l’air d’Al-Qaïda »

«A chaque fois que l’armée syrienne avance, les chasseurs israéliens procèdent à des attaques, pour affaiblir l’armée», a insisté le président syrien, lors d’une interview avec la revue Foreign Affairs, précisant : «Le régime sioniste protège les terroristes, et il joue, en pratique, le rôle de la force aérienne d’Al-Qaïda».

Israël et al-Qaïda perdent un avion en Syrie

Réseau Voltaire | 23 août 2015 – Le 21 août 2015, l’Armée de l’air israélienne a tenté d’ouvrir le passage au sol des troupes d’al-Qaïda et de leurs alliés de l’Armée de l’islam et de l’Armée de la conquête pour prendre la base militaire de Khan Al-Sheih (province de Damas) et celle de Quneitra.

Au cours des combats à Quneitra, la coalition Israël/al-Qaïda a perdu un avion qui a été descendu par l’Armée arabe syrienne.

Depuis 1967 (guerre des Six Jours), le plateau syrien du Golan est illégalement occupé par Israël. La population syrienne a été expulsée à l’exception de 7 500 druzes. Cette occupation est condamnée par le Conseil de sécurité des Nations unies (résolution 242). En 1973, la Syrie tente vainement de le libérer (guerre d’Octobre, dite « guerre du Kippour » dans l’historiographie occidentale). Le Conseil de sécurité instaure alors une zone tampon démilitarisée et une « Force chargée d’observer le désengagement de l’armée israélienne » (résolution 350). En 1981, Tel-Aviv annexe illégalement le Golan. Cette annexion a été condamnée par les Nations unies (résolution 497). Durant la guerre contre la Syrie, Israël fournit une assistance aux jihadistes, les autorisant à se replier dans le Golan et leur accordant un soutien aérien. Le 15 septembre 2014, la Force des Nations unies est contrainte de se retirer et est remplacée par al-Qaïda (Front al-Nosra).

Le Hezbollah détruit une base de Daech en Syrie

« Les combattants du mouvement de résistance libanais Hezbollah ont détruit une base de Daech dans la région montagneuse de Qalamoun, dans l’ouest de la Syrie. Un membre du Hezbollah a confié au journal The Daily Star que les combattants du Hezbollah ont envoyé trois missiles sur la base de Khachaat, qui se trouve à 60 kilomètres au nord-est de la capitale syrienne, Damas. (…)

Les militants takfiristes de Daech et le front al-Nosra avaient attaqué la ville d’Arsal, dans l’est du Liban, en août dernier. Ils avaient notamment tué ou capturé des dizaines de soldats libanais. Trois d’entre eux ont été exécutés depuis. » (…)


Récapitulons : les occidentaux arment, entrainent des groupes affiliés aux terroristes (en Syrie, pour l’endroit le plus connu, ne parlons pas ici de l’Égypte, du Liban, …), ils leurs fournissent « par mégarde » des munitions, ils bombardent les positions syriennes ou irakiennes, au lieu de bombarder l’EI. Et à côté, nous avons la résistance libanaise, le Hezbollah, (considéré par israël comme groupement « terroriste ») qui détruit, lui, les positions terroristes. C’est ce qu’on appelle inverser les choses, c’est le Kali yuga. Tout le monde aura cerné que l' »axe du bien » si cher à Bush, n’est pas celui qu’on pense ?

Bachar Al-Assad remercie le Hezbollah pour leur intervention militaire en Syrie

Dans un discours prononcé le 26 juillet 2015, Bachar Al-Assad a remercié le Hezbollah pour leur intervention militaire en Syrie.

terrorisme-opinionConnexe :

Lire aussi :


Syrie : réalité alternative

Thierry Meyssan :
L’intervention de la coalition anti-Daesh
vise le pétrole et le gaz irakiens et syriensmeyssan-daesh-petrole-gaz

L’autre visage de la Syrie – MetaTV

« Alexis Dubruel et Mohamed Legheraba ont effectué un voyage en Syrie avec l’association de la communauté syrienne de France. Ils reviennent de ce pays en guerre avec une analyse et un discours qui contredit les versions des faits que nous relatent les médias traditionnels. »

syrie-metatv


Les crimes de Bachar Al-Assad depuis juin 2000

  • aSSadConstruction et restauration de 10’000 mosquées et de 500 églises.
  • Construction et restauration de 8’000 écoles, de 2’000 instituts et de 40 universités.
  • Construction de plus 600’000 appartements/logements pour les jeunes.
  • Construction et modernisation de plus de 6’000 hôpitaux et dispensaires.
  • Établissement de 5 zones industrielles internationales.
  • Ouverture de la Syrie à 60 banques internationales.
  • Ouverture de la Syrie à 5 opérateurs de télécommunications (fournisseurs d’accès internet et GSM).
  • Licences pour 20 journaux et magazines indépendants et 5 stations de télé par satellites.
  • Développement de l’art; théâtre, comédie, tragédie. Plusieurs milliers d’acteurs syriens ont obtenu des Prix d’Excellence.
  • Construction et modernisation de stades et de salles de sport. Bonne réputation des athlètes syriens en équitation, en natation, en catch, en gymnastique et autres…
  • augmentation des salaires de 300 %
  • Développement et modernisation de l’Armée Arabe Syrienne.
  • La situation économique de la Syrie était correcte, alors que la crise économique frappait le monde entier.
  • Des milliers d’exploitations nouvelles : Restaurants, hôtels, villes touristiques, Centres de loisirs, centres commerciaux, usines…
  • La baisse du chômage de 28 % à 12 % malgré la hausse du nombre de personnes arrivant sur le marché du travail.
  • Branchements : électrique, téléphonique, eau potable et sanitaire à plus d’un million de maisons et appartements à travers le pays.
  • Remboursement de toutes les dettes du pays et augmentation des capacités agricoles et industrielles de 600 %.
  • Développement du tourisme. La Syrie était le troisième pays le plus visité des pays arabes et le 83ème pays le plus visité du monde.
  • La Syrie n’avait plus que 1 % d’analphabètes. Le meilleur score d’Asie et d’Afrique.
  • Développement des moyens de transport publics, des aéroports, des ports et des gares routières; prix sont maintenus bas.
  • Création de milliers d’associations pour les pauvres, les orphelins et les handicapés.

Les crimes du Président Al-Assad :

  • Opposition à la guerre en Irak,
  • Opposition à la guerre à Gaza,
  • Opposition à la guerre de juillet au Liban,
  • Accueil de millions de réfugiés palestiniens, irakiens, libanais, libyens, soudanais et égyptiens, sans rien demander à personne (dignité et fierté syrienne),
  • Soutien à toutes les résistances en Palestine, en Irak et au Liban,
  • Soutien en eau et en électricité aux pays voisins (Liban et Jordanie),
  • Lancement du projet : Apprendre la langue arabe pour apprendre le Coran.
  • Lancement du mouvement « Jérusalem, capitale des musulmans et capitale culturelle »,
  • Lancement des projets de reconstruction du Liban, de Gaza et de l’Irak.

Quant à la « Révolution » Syrienne…

  • C’est la première révolution arabe qui jouit d’une « sécurité sociale » dans les hôpitaux d’Israël.
  • C’est la première révolution « pacifique » qui organise les premières manifestations avec des armes légères et lourdes, made in USA.
  • C’est la première révolution qui recrute ses « combattants » à l’étranger : en Turquie, en Arabie Saoudite, en Tunisie, en Tchétchénie, en France et ailleurs…
  • C’est la première révolution qui vole les récoltes agricoles, le pétrole et les usines pour les brader en Turquie.
  • C’est la première révolution arabe soutenue par l’Union Européenne, les pays arabes du Golfe persique, Fabius, la Maison Blanche et Israël.
  • C’est la première révolution dont les initiateurs ne sont pas sur place, et ne sont pas de nationalité syrienne, logés dans des hôtels de grand standing généralement à Paris et Doha.

Source : palestine-solidarite.org

Un soldat syrien parcourt Alep et évoque
les prétendus « crimes » de l’Armée Syrienne
(selon la propagande occidentale)


La conférence témoignage de Mère Agnès Mariam de la Croix
sur la réalité alternative en Syrie

« Mère Agnès-Mariam de la Croix était de passage à Paris. Elle a donné une conférence le vendredi 6 mars 2015, sur l’état de la situation actuelle en Syrie, après quatre années de guerre. Il faut absolument écouter cette conférence, loin de la désinformation que nous subissons. »


Deux Syriennes face aux frères musulmans (TV Australienne)

« Une jeune syrienne, Mimi Al Laham, démonte le plan américano-sioniste mis en oeuvre par l’OTAN en direct à la télévision australienne, en présence de frères musulmans qu’elle accuse d’être les complices de l’entité sioniste, israël, et de ses alliés occidentaux.  »

Entretien avec Charlotte d’Ornellas
Syrie : guerre civile manipulée ou mensonge international ?

Entretien avec Charlotte d’Ornellas : la guerre « civile » en Syrie, manipulation ou mensonge international ? Charlotte d’Ornellas a recueilli d’avis des Syriens.

Entretien avec le père Elias Zahlaoui sur la Syrie
(Damas, décembre 2014)

elias-zahlaoui-syrie« E&R a recueilli le témoignage du père Elias Zahlaoui, qui officie à l’église Notre-Dame de Damas, dans le quartier de Koussour. Dénonçant la propagande occidentale sur la Syrie et les exactions inhumaines de l’État d’Israël en Palestine, il interpelle également l’Église d’Occident sur sa complicité avec les puissances atlantistes. »


Parlementaires français en Syrie

Rencontre avec Assad : entretien avec le député JF Poisson

« Le Cercle des Volontaires a pu s’entretenir avec le député des Yvelines Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate. Il revient d’une tournée qui l’a conduit au Liban, en Irak, en Lybie ainsi qu’en Syrie, où il a rencontré le président Bachar Al Assad, cinq mois après la visite d’une première délégation de députésqui avait créé la polémique. »


Parlementaires en Syrie : explications de Bassam Tahhan

« Le député UMP Jacques Myard, ainsi que trois autres parlementaires (dont Gérard Bapt, député PS), se sont rendus cette semaine en Syrie pour une mission d’information « personnelle » (non-officielle) ; mercredi, ils ont pu rencontrer le président syrien Bachar Al-Assad. En France, les journalistes et les politiciens ont abondamment réagi à ce voyage organisé en toute indépendance du gouvernement et notamment du Quai d’Orsay, et ces réactions ont été globalement négatives, quoique peu argumentées. On a ainsi pu entendre le Premier Secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis déclarer sur RTL : « Bachar el-Assad n’est pas un dictateur autoritaire, c’est un boucher ». Un analyse à couper au couteau, indigne des fonctions de Premier Secrétaire du Parti Socialiste qu’il occupe. Toujours sur RTL, il a également indiqué que Gérard Bapt allait être sanctionné.

Ces réactions sont d’autant plus consternantes que ce séjour pourrait être l’occasion d’une reprise du dialogue avec Damas par les autorités françaises. Nous avons donc souhaité interroger Bassam Tahhan, témoins privilégié de la préparation de ce voyage détonnant.

Qui est Jacques Myard ? Nous avions rencontré le Député Jacques Myard le 31 janvier 2015 pour évoquer les thèmes qu’il aborde dans son livre « La Nation ou le Chaos » ; il nous avait accordé un entretien de 72 minutes. Bassam Tahhan est professeur de géopolitique et islomologue. »

Syrie : El Blanco donne des leçons de morale

« Dans le prolongement de la politique étrangère d’alignement sur Washington et avec des propos d’une indigence intellectuelle proche de celle d’un Laurent Fabius, Manuel Valls s’est exprimé sur la visite de quatre parlementaires français en Syrie. Le Premier ministre a déclaré :

« Que des parlementaires aient ainsi, sans crier gare, rencontré un boucher, je crois que c’est une faute morale. Les parlementaires représentent la souveraineté nationale. »

Le petit groupe qui s’est rendu à Damas était composé du député UMP Jacques Myard, du sénateur UMP Jean-Pierre Vial, du sénateur UDI François Zocchetto et du député PS Gérard Bapt. Ce dernier, qui n’a pas participé à la rencontre avec Bachar el-Assad, va être convoqué par la direction de son parti, qui souhaite le sanctionner, comme l’a fait savoir son premier secrétaire au lourd passé judiciaire, Jean-Christophe Cambadélis :

« Je le déférerai devant la haute autorité du Parti socialiste et celle-ci dira s’il a enfreint les statuts du parti. » »

(vidéo) (Source : E&R)

Connexe : 4 élus français à Damas, les coulisses d’une rencontre préparée de longue date « Mercredi 25 février, 4 élus français étaient à Damas pour rencontrer le président syrien Bachar Al-Assad. Un rendez-vous préparé de longue date selon le professeur Bassam Tahhan qui aurait initié les premiers rapprochements entre représentants français et syriens.



Le discours d’Al Assad


La métamorphose de Bachar el-Assad

« Depuis la retraite de Fidel Castro, la mort d’Hugo Chávez et l’interdiction faite à Mahmoud Ahmadinejad de présenter un candidat à l’élection présidentielle iranienne, le mouvement révolutionnaire n’a plus de leader mondial. Ou plutôt, n’en avait plus. Cependant, l’incroyable ténacité et sang-froid de Bachar el-Assad a fait de lui le seul chef d’Exécutif au monde qui ait survécu à une attaque concertée d’une vaste coalition coloniale conduite par Washington et qui ait été largement réélu par son peuple » (…)

bachar-syrie-gulliver

Interview récente avec le président syrien Assad – KLA.TV

« Ceux qu’on dit morts vivent plus longtemps », dit un vieux proverbe. Cela est probablement aussi valable pour Baschar al Assad, le chef d’État syrien. Car si le plan du gouvernement des États-Unis s’était réalisé, Assad, celui que les médias occidentaux stigmatisent comme « tyran », serait renversé depuis longtemps. Mais Assad n’a pas disparu. Il se trouve toujours en sécurité dans son siège du gouvernement, et le peuple syrien resté dans le pays est continuellement derrière son président. Il y a quelques jours seulement, il a tranquillement donné une interview devant des journalistes russes.


Interview du président al-Assad
à la Tv portugaise officielle “RTP”


Entrevue intégrale de Bachar el-Assad (Avril 2015)

Extrait La France porte une responsabilité dans l’aggravation du conflit syrien


L’entretien intégral du président syrien Bachar el-Assad

Samedi 29 novembre (2014, ndlr), dans un des bureaux du président syrien, à Damas. Rien ne laisse présager la guerre civile qui se joue au dehors. Sauf des dessins, ceux d’orphelins de soldats réguliers tombés sous le coup d’attentats « terroristes », mêlés à ceux de ses propres enfants. © Paris Match

En exclusivité, l’entretien accordé par le président syrien Bachar El-Assad à Paris Match, le samedi 28 novembre, dans la capitale syrienne.

Monsieur le Président, après trois ans de guerre, au point où nous en sommes aujourd’hui, regrettez-vous de ne pas avoir géré les choses différemment au début, lorsque les premiers signes de révolte sont apparus, en mars 2011 ? Vous sentez-vous responsable ?

Bachar El-Assad. Dès les premiers jours, il y avait des martyrs de l’armée et de la police. Nous avons donc, dès cette époque, fait face au terrorisme. Il y avait des manifestations, certes, mais pas en grand nombre. Notre seul choix était de défendre le peuple contre les terroristes. Il n’y en avait pas d’autres. Nous ne pouvons pas dire que nous le regrettons, puisque nous luttions uniquement contre le terrorisme. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu d’erreurs commises dans la pratique. Il y a toujours des erreurs. Parlons aussi franchement : si le Qatar n’avait pas financé dès le début ces terroristes, si la Turquie ne leur avait pas apporté un soutien logistique et l’Occident un soutien politique, les choses auraient été différentes. La Syrie connaissait des problèmes avant la crise, ce qui est normal, mais cela ne signifie pas qu’il faille trouver aux événements une origine intérieure.

Durant cette guerre, on reproche à votre armée d’avoir utilisé massivement la force. Pourquoi bombarder des civils ?

Lorsqu’un terroriste vous attaque, croyez-vous que vous pouvez vous défendre par le dialogue ? L’armée a eu recours aux armes lorsque l’autre partie en a fait usage. Notre but ne saurait être de frapper les civils. Comment peut-on résister pendant près de quatre ans en tuant des civils, c’est-à-dire son propre peuple, et en même temps combattre les terroristes et les pays hostiles qui les soutiennent, à savoir ceux du Golfe, la Turquie et l’Occident ? Si nous ne défendions pas notre peuple, nous serions incapables de résister. Par conséquent, il n’est pas logique de dire que nous bombardons les civils.

(….)


Le conflit syrien

Interview de Fabrice Balanche sur la géopolitique
de la Syrie et du Moyen-Orient

Interview de Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient. Dans cette interview, Fabrice Balanche nous explique l’origine de la crise syrienne jusqu’à la situation actuelle.


Dîner du Cercle #2 – Le conflit en Syrie

Avec Bassam Tahhan et le colonel Alain Corvez. Alors que nous venons de fêter le triste anniversaire des quatre ans de ce conflit meurtrier qui déchire la Syrie, le Cercle a souhaité inviter deux géopoliticiens : Bassam Tahhan, originaire d’Alep en Syrie, et le colonel Alain Corvez. Ensemble, nous revenons sur les enjeux locaux, régionaux et internationaux qui s’imbriquent dans ce conflit qui, malheureusement, ne fait que s’empirer. Nous projetant dans les mois et les années à venir, nous essayons de percevoir des pistes d’espoir. A tout le moins, nous cherchons bien sûr à comprendre les raisons qui ont conduit à une telle situation aujourd’hui.


Jean-Michel Vernochet sur la situation à Kobané

vernochet-kobane-syrie« Jean-Michel Vernochet revient sur la situation à Kobané ainsi que les enjeux pour les différents pays impliqués directement ou indirectement dans cette zone de conflit. »

Connexe:

  • Manifestation à Marseille en solidarité avec Kobanê Environ 3000 personnes ont rejoint ce samedi 1er novembre le centre ville de Marseille pour manifester leur soutien à la résistance kurde dans la ville de Kobanê (Nord de la Syrie). Cette manifestation a été l’occasion pour l’Agence Info Libre de rencontrer et d’interviewer l’un des porte-parole du centre démocratique kurde de Marseille, Aydin. L’Agence Info Libre a profité de l’occasion pour interviewer AYDIN, porte parole du Centre Démocratique Kurde de Marseille.
  • Thierry Meyssan sur les peshmergas entrés dans Kobané (Syrie)
  • Sur les réseaux sociaux, la propagande de l’EI évolue Experts et journalistes s’accordent à voir un tournant dans la communication des jihadistes depuis leur offensive sur la ville kurde syrienne de Kobané, proche de la frontière turque, et l’engagement de la coalition internationale contre l’organisation.
  • Intervention contre « l’Etat islamique » : objectifs et perspectives Une coalition internationale s’est constituée et a débuté ses bombardements afin de faire disparaître le pseudo « état islamique »…L’intervention a été logiquement soutenue par les opinions publiques occidentales, suite à une préparation médiatique jouant largement sur la corde de l’émotion et distillant dans un timing parfait, les vidéos exhibant les atrocités commises par ces groupes.

Bassam Tahhan, à propos de la coalition syrienne
et des récentes affaires de corruption

bassam-tahhan-syrie-coalition« Le gouvernement de François Hollande soutient la coalition syrienne contre le président élu Bachar Al-Assad, l’un des arguments officiel étant que la première serait démocratique quand le second serait « un boucher », selon les propres mots du ministre des affaires étrangères Laurent Fabius. Bassam Tahhan, originaire d’Alep en Syrie, a souhaité s’exprimer sur les récentes affaires de corruption qui ont éclaboussé la coalition syrienne. »

Connexe :

Connexe :


En lien :

Publicités

19 réflexions sur “Les Dessous de la guerre en Syrie

  1. Israël et al-Qaïda perdent un avion en Syrie
    Réseau Voltaire | 23 août 2015

    Le 21 août 2015, l’Armée de l’air israélienne a tenté d’ouvrir le passage au sol des troupes d’al-Qaïda et de leurs alliés de l’Armée de l’islam et de l’Armée de la conquête pour prendre la base militaire de Khan Al-Sheih (province de Damas) et celle de Quneitra.

    Au cours des combats à Quneitra, la coalition Israël/al-Qaïda a perdu un avion qui a été descendu par l’Armée arabe syrienne.

    Depuis 1967 (guerre des Six Jours), le plateau syrien du Golan est illégalement occupé par Israël. La population syrienne a été expulsée à l’exception de 7 500 druzes. Cette occupation est condamnée par le Conseil de sécurité des Nations unies (résolution 242). En 1973, la Syrie tente vainement de le libérer (guerre d’Octobre, dite « guerre du Kippour » dans l’historiographie occidentale). Le Conseil de sécurité instaure alors une zone tampon démilitarisée et une « Force chargée d’observer le désengagement de l’armée israélienne » (résolution 350). En 1981, Tel-Aviv annexe illégalement le Golan. Cette annexion a été condamnée par les Nations unies (résolution 497). Durant la guerre contre la Syrie, Israël fournit une assistance aux jihadistes, les autorisant à se replier dans le Golan et leur accordant un soutien aérien. Le 15 septembre 2014, la Force des Nations unies est contrainte de se retirer et est remplacée par al-Qaïda (Front al-Nosra).

    http://www.voltairenet.org/article188509.html

  2. L’armée russe commence à s’engager en Syrie (Aout 2015)

    « C’est un changement profond et significatif qui vient de s’opérer au Levant : l’armée russe commence à s’engager contre le terrorisme en Syrie. Alors qu’elle est absente de la scène internationale depuis la dissolution de l’Union soviétique et bien qu’elle avance avec prudence, elle vient de constituer une Commission russo-syrienne, de livrer des armes et du renseignement, et d’envoyer des conseillers. Tout ceci plus ou moins coordonné avec la Maison-Blanche. » (…)

    http://www.voltairenet.org/article188499.html

    —————————

    L’attaque du marché de Douma: un prétexte fabriqué pour intervenir en Syrie ?

    « L’attaque du 16 Août 2015 sur un marché dans la ville syrienne de Douma, juste en dehors de la capitale Damas, a provoqué l’indignation internationale. Les condamnations envers le gouvernement syrien ont afflué de tous les coins du monde entier tandis que le président Assad et l’armée syrienne ont été déclarés responsables de l’attaque, condamnés par le tribunal de l’opinion des médias. Fait intéressant, ces déclarations ont été prononcées bien avant qu’une enquête ne soit menée, et sans aucune preuve tangible autre que les affirmations des porte-paroles des rebelles et des sources antigouvernementales. En effet, il y a eu une embarrassante pénurie de questions d’investigation tandis que les médias institutionnels, loin de l’objectivité ces quatre dernières années et demie, se sont empressés de monter les faits à la convenance de leur récit de longue date sur “Assad le boucher”. »

    http://reseauinternational.net/lattaque-du-marche-de-douma-un-pretexte-fabrique-pour-intervenir-en-syrie/
    ————————-

    Syrie : vers un scénario à la libyenne ?

    « L’accord sur le nucléaire iranien, signé le 14 juillet 2015 par l’Iran et le groupe 5+1, est-il susceptible de créer les conditions propices à la résolution politique des conflits qui déchirent le Moyen-Orient ?

    Certains experts en géopolitique répondent à cette question par l’affirmative en avançant le fait que, d’une part, l’endiguement économique et militaire de l’Iran n’a pas donné les résultats escomptés. D’autre part, ils soulignent que les cinq années, au moins, de financement et d’armement de milices dont l’ Organisation de l’Etat islamique (Daech) et le Front El Nosra-El Qaïda n’ont pas permis de mettre à bas le régime syrien, pièce maîtresse à abattre pour remodeler la Syrie et isoler l’Iran. Enfin, loin d’affaiblir l’influence iranienne en Irak avec’’ l’instrument terroriste Daech’’, la présence militaire iranienne en Irak est plus que jamais nécessaire pour combattre cette organisation et stabiliser l’Irak. Sans oublier les conséquences désastreuses sur le plan humanitaire avec son corollaire, l’immigration vers les côtes européennes. De plus, aux zones de conflits militaires irakiens et syriens, s’est ajouté le front yéménite avec la catastrophe humanitaire qu’on connait. Et par conséquent, une approche politique appuyée par le rapport de l’envoyé spécial de l’ONU, faisant le constat que le Président Bachar El Assad fait partie de la solution, est la seule voie raisonnable. Mais pour emprunter un tel chemin, encore faut-il réduire au silence les organisations terroristes dont les majeures, Daech et le Front El Nosra. Ces analystes affirment que les Etats-Unis convaincront l’Arabie Saoudite, du bien-fondé d’un tel changement de braquet stratégique. Cet optimisme s’appuie, entre autres, sur les déclarations des principaux acteurs tels les présidents russe et iranien. Pour le premier, l’Iran et le groupe 5+1 « ont fait un choix décisif pour la stabilité et la coopération ». Pour le second, Hassen Rohani, cet accord « va créer un nouveau climat pour un règlement politique plus rapide. » des crises régionales, Irak, Syrie et Yémen. »

    http://reseauinternational.net/syrie-vers-un-scenario-a-la-libyenne/
    —————————–

    Le groupe Etat islamique a fait exploser un célèbre temple antique de Palmyre

    « Damas et sa banlieue: 14 personnes sont tombées en martyr et des dizaines d’autres ont été blessées, du fait de la chute d’obus de mortier, lancés par des réseaux terroristes takfiristes, sur la prison Centrale de Damas et le camp de Wafidine, selon une source du Commandement de la police de la banlieue de Damas Le groupe Etat islamique a fait exploser un célèbre temple dans la ville antique de Palmyre. La semaine dernière, les terroristes avaient décapité Khaled al-Assaad, l’ancien chef des Antiquités de la cité syrienne. L’armée de l’air détruit des repaires des réseaux terroristes dans les deux banlieues d’Idleb et Hama. Près de 1500 familles des martyrs reviennent à Husseiniya dans la banlieue de Damas. »

  3. Comprendre l’Empire En Syrie (1) Le Temps Des Laquais

    « Zapping dissident sur la guerre sous faux drapeaux orchestrée contre l’Irak et la Syrie. Avec pour cette première partie les interventions d’Ayssar Midani, Bassam Tahhan, Jean Bricmont, Bachar Al-Assad, Buthaîna Chaabane, Alain Soral, Michel Colon, Philippe Prevost, Adonis, Jean-Frédéric Poisson, Yves Bonnet, Pierre-Yves Rougeyron et Charlotte d’Ornellas. Extraits issus des vidéos consacrées a la Syrie et Daesh par l’Agence infolibre, ERTV, Eurasie Expresse, Kontre Kulture, investigaction, LesMutins.org, réinformation.tv, TV Libertés, Le bréviaire des patriotes, l’Opinion et quelques médias mainstream. »

  4. Syrie : La presse allemande confirme que la Syrie est victime d’un complot international

    L’art de la mise en scène occidentale, l’hypocrisie et le cynisme qui va avec est innommable. Depuis le début du conflit imposé à la Syrie, le président Bachar al-Assad a toujours répété que son pays est victime d’un complot international. On ne peut oublier les diatribes de nos journaux, qui n’hésitent pas à le traiter de mythomane. Or, la vérité devient implacable. Le journalisme est tombé dans les bas-fonds du terrorisme intellectuel. Quand vous soutenez la souveraineté d’un pays, en l’occurrence de la Syrie, sans argumentation aucune, vous êtes traité de « partisan de la coalition brune ». On ne sait même pas ce que ça veut dire.

    Les supporters et financiers d’Al-Qaïda en Syrie ont du avoir les oreilles qui sifflent en apprenant que l’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag a signalé que des agents du Service fédéral de renseignement (BND) opèrent depuis des bateaux au large de la côte syrienne, grâce à une technologie permettant d’observer les mouvements des troupes jusqu’à 600 km au coeur du pays. De Merkel à Hollande, en passant par Obama ou Cameron, tous sont au courant. Alors, quand certains, qui ne maîtrisent pas la situation et osent même dire que le président Bachar al-Assad a toujours refusé de négocier, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité. Ces gens n’ont jamais voulu la paix et l’ont signalé à leurs poulains terroristes.

    Selon le Bild am Sonntag, ils transmettent leurs renseignements à des officiers américains et britanniques qui fournissent ensuite l’information aux terroristes. Donc, quand on voit Laurent Fabius aboyer à tue-tête, on se rend vraiment compte que la France est à l’image de ses dirigeants, des incapables et des hypocrites menteurs. Les Allemands ne parlent pas mais, visiblement, agissent en faveur du terrorisme international. Selon un responsable américain s’exprimant sous couvert de l’anonymat, aucun service de renseignement occidental n’a d’aussi bonnes sources en Syrie que le BND allemand. Les agents allemands sont également actifs dans le conflit syrien depuis la base de l’Otan dans la ville turque d’Adana, selon le Bild.

    Le seul but de cette guerre imposée aux Syriens, est la chute du régime d’Assad et rien d’autre. Et par conséquent, ces gens ont eu des soutiens en Syrie, du côté des clowns qui croient qu’on s’occupe d’eux alors qu’on se moque d’eux pour affaiblir leur pays. Triste constat. Mais, malgré cette coalition nazie internationale, sur le terrain, les choses ne se passent pas vraiment comme les occidentaux le veulent. Assad est encore en poste, et bien en poste. Il a d’ailleurs assisté, ce matin (photo), à la fête de l’Aïd al-Fitr dans la mosquée d’al-Hamad dans le quartier d’al-Mouhajirine, à Damas. Sur le terrain, les forces apocalyptiques continuent à avoir de sérieux revers. Nous y reviendrons dans quelques heures.

    Source: http://allainjules.com/2012/08/19/syrie-la-presse-allemande-confirme-que-la-syrie-est-victime-dun-complot-international/

  5. Thinkerview – Interview d’Alain Chouet (Ancien chef de service à la D.G.S.E.)

    Les médias,les experts auto-proclamés parlent beaucoup de la Syrie en ce moment. Nous avons souhaité avoir l’avis de quelqu’un qui comprend mieux la situation, quelqu’un de terrain, de plus crédible que des journalistes qui répètent sans vérifier ce que l’AFP, l’AP et Reuters leurs transmettent.
    Alain Chouet est l’ancien chef du service de renseignement de sécurité de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) en 2000-2002.
    ITW réalisée le 22 avril 2013.

  6. Bassam Tahhan – La syrie aux origines du conflit (2h40)

    « Bassam Tahhan professeur de lettres arabes et spécialiste de la Syrie revient sur les origines du conflit dans ce pays.

    Il nous explique la naissance de Daech et des autres groupes qui les soutiennent.

    Pour comprendre la situation en Syrie il faut aussi revenir sur son histoire et sur les éléments culturels qui y sont attachés.  »

    http://metatv.org/bassam-tahhan-la-syrie-aux-origines-du-conflit

  7. Comprendre l’Empire En Syrie (3) L’Attaque Chimique de La Ghouta

    « Zapping chronologique consacré exclusivement au false flag commis le 21 aout 2013 à Damas dans le but de l’attribué a l’armée syrienne au profit des « rebelles » jihadistes de la nébuleuse Al-Nora/Al-Qaïda.
    Avec les interventions de Thierry Meyssan, Aldo Sterone, Pierre Piccinin, George Galloway, François Asselineau, Jonathan Moadib, Karim Yahiaoui, François Margineau, Bouthaina Chaabane, Vladimir Poutine, Parit anti-sioniste, agence infolibre, etc… Mais aussi les vociférations de l’oncle Sam et son cousin Samuel parlant au travers des corps sans âmes de Maryse Burgot, Bernard-Henri Lévy, Christophe Barbier, Alexandre Adler, Micheal Rubbin, Samuel Flatto-Sharon, Antoine Basbous, Gauthier Ribinski, Laurent De Saint-Perier, Khatar Abou Diab, Fogiel, Alban Mykovicz, Christian Laurent Duhamel, Laurence Ferrari, David Cameron, François Hollande, Laurent Fabius, John Kerry, William Hague, John McCain, Joe Biden, Barack Obama. »

  8. Octobre 2015 : Les média-mensonges concernant les frappes russes en Syrie

    A peine les premières frappes russes avaient eu lieu que la guerre de propagande des médias atlantistes reprenaient de plus belle. Ouest France nous indique par exemple que « Les frappes russes auraient tué 36 civils selon l’opposition » (notez l’utilisation du conditionnel et le fait que la source est très peu crédible: l’opposition). Notre ministre narcoleptique Fabius prétend lui carrément que « Les russes frappent les résistants et les civils ». Alors ou sont les preuves?

    On retrouve principalement des photos sur des réseaux sociaux partisans comme le compte Twitter des White Helmets (anciennement Syria Civil Defense) qui présente plusieurs « preuves » selon eux de victimes civiles suite aux bombardements russes.

    http://fawkes-news.blogspot.fr/2015/10/les-medias-mensonges-concernant-les.html

  9. L’Agence Info Libre vous présente son 3e numéro d’À la loupe. Nous disséquons l’interview de la députée française Véronique Besse sur RMC le 29 octobre dernier. Cette dernière, de retour d’un voyage de 24 heures en Syrie, livre ses observations à la journaliste Raphaëlle Duchemin. Selon Véronique Besse, la France arme l’État islamique.

  10. « Zoom – Crise syrienne : la Russie fait tomber les masques »

    (27-10-2015) « Géopolitologue spécialiste du monde arabo musulman, Alexandre Del Valle nous propose un décryptage didactique de la crise syrienne depuis l’entrée de la Russie dans le conflit contre le terrorisme. Un tour d’horizon pétri d’analyse diplomatique et stratégique à ne pas rater !

  11. (Fév 2016) : «  »Un membre du clan Kennedy révèle la vraie cause de la guerre en Syrie »

    « L’avocat Robert Kennedy junior, neveu de l’ancien président américain John F. Kennedy, a révélé dans un article pour le magazine Politico les véritables causes de la guerre en Syrie.

    La racine du conflit armé en Syrie, provient en grande partie du refus du président syrien Bachar al-Assad du passage d’un pipeline de gaz du Qatar vers l’Europe.

    « La décision américaine. d’organiser une campagne contre Bachar al-Assad n’a pas commencé avec les manifestations pacifiques du printemps arabe en 2011, mais en 2009, lorsque le Qatar a offert de construire un pipeline pour 10 000 millions de dollars qui traverserait l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie «

    Ce projet aurait veillé à ce que les pays arabes du Golfe aient un avantage décisif sur les marchés mondiaux de gaz et aurait renforcé le Qatar, un proche allié de Washington dans la région, a déclaré Kennedy junior.

    Le président syrien Bachar al-Assad, a rejeté le projet au motif que cela nuirait aux intérêts de son allié russe, le plus grand fournisseur de gaz naturel vers l’Europe. Un an plus tard, Al-Assad a commencé à négocier avec l’Iran pour construire un autre gazoduc qui transporterait le gaz de l’Iran vers le Liban et le pays perse serait devenu un des plus grands fournisseurs de gaz vers l’Europe, a expliqué l’avocat.

    640x392_28014_250597Immédiatement après le refus du projet initial, les agences de renseignement américaines, Le Qatar, l’Arabie Saoudite et le régime israélien ont commencé à financer la soi-disant opposition syrienne et à préparer une révolte pour renverser le gouvernement syrien, a dit M. Kennedy, qui a cité des données de divers rapports de renseignement auxquels il a eu accès. (…)

    http://reseauinternational.net/un-membre-du-clan-kennedy-revele-la-vraie-cause-de-la-guerre-en-syrie/

  12. « Le dépeçage démocratique de la Syrie » :
    « Autopsie d’une guerre hybride diaboliquement élaborée, menée par les États-Unis en Syrie, pour parvenir à dépecer le pays dans les urnes, malgré l’intervention russe

    La guerre en Syrie entre dans une nouvelle phase qualitative, d’où il ressort qu’il devient de plus en plus clair pour le monde, que les États-Unis ne sont plus en mesure de poursuivre activement leur objectif de changement de régime contre le président Assad. Au lieu de cela, une nouvelle stratégie a vu le jour, par laquelle les États-Unis tentent de façonner l’espace de combat syrien d’une manière telle que les circonstances entraîneront une fédéralisation post-Daesh du pays, qui résultera, de facto, dans un partitionnement interne le long des lignes d’identité et l’affaiblissement dramatique de ce qui avait été, il y a une demi-décennie, le pays le plus solide et stable du Moyen-Orient. »

    Lire sur http://arretsurinfo.ch/le-depecage-democratique-de-la-syrie/

  13. Un nouvel email d’Hillary Clinton rendu public récemment confirme que l’administration Obama a délibérément provoqué la guerre civile en Syrie, car c’était la « meilleure manière d’aider Israël ».

    Preuve de sa nature psychopathe et meurtrière, elle a aussi écrit que c’était une « bonne chose » de menacer personnellement de mort la famille de Bashar Al-Assad.

    Dans cet email, publié par Wikileaks, la secrétaire d’État Clinton dit que la « meilleure manière d’aider Israël » serait « d’utiliser la force » en Syrie afin de renverser le gouvernement.

    Le document en question fait partie des nombreux fichiers qui ont été déclassifiés par le Département d’État américain sous le numéro de dossier F-2014-20439, Doc NO. C05794498, suite au tollé suscité par la découverte du serveur email privé qu’elle utilisait chez elle, lorsqu’elle servait en tant que secrétaire d’État entre 2009 et 2013.

    Bien que la transcription de Wikileaks date l’email du 31 décembre 2000, c’est une erreur de leur part, puisque le contenu de l’email (en particulier la référence aux tractations entre l’Iran et l’Occident à Istanbul au sujet du programme nucléaire au mois de mai 2012) démontre bien que cet email a en fait été envoyé le 31 décembre 2012.

    Cet email montre clairement que depuis le tout début de la crise syrienne, la politique américaine a été de renverser violemment le gouvernement syrien – et ceci spécifiquement parce que c’était dans les intérêts d’Israël.

    « La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bashar Assad », annonce franchement Hillary Clinton.

    Bien que les rapports des services secrets américains aient depuis longtemps abandonné l’idée que le programme nucléaire iranien se met en place aux fins d’obtenir la bombe atomique (cette conclusion est aussi soutenue par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique), Clinton continue de manier ces mensonges pour « justifier » la destruction de la Syrie au nom d’Israël.

    Source française & suite : http://www.agenceinfolibre.fr/clinton-detruire-la-syrie-pour-israel/

    Source : https://wikileaks.org/clinton-emails/emailid/18328#efmADMAFf

  14. Dr Elias Lahham – La guerre en Syrie au quotidien – Meta TV

    Le Dr Elias Lahham est le chirurgien chef de l’hôpital St Louis à Damas et président de l’association Forum national syrien qui regroupe des personnalités de la vie civile syrienne qui œuvrent pour la paix. L’occasion de revenir sur cet évènement dont les conséquences s’imposent encore jusqu’à aujourd’hui.

    (Partie 2 : http://www.dailymotion.com/video/x4johpi_dr-elias-lahham-la-guerre-en-syrie-au-quotidien-meta-tv-1-2_tv)

  15. Pingback: Général Wesley Clark: Le plan US post 11/9 pour envahir 7 pays dont l’Irak, la Libye, la Syrie et l’Iran – Sans Ambiguïtés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :