Les Dessous des attaques sous faux drapeau

false-flag (9)Les false-flag, « attaques sous faux drapeau« , sont le nerf des guerres les plus dégueulasses. L’opération consiste à provoquer soi-même un problème (assassinat, attaque contre soi-même, ou favoriser l’ennemi pour qu’il frappe, en laissant faire …) pour accuser l’opposant, et lui déclarer la guerre. Il y a les exemples connus, historiquement admis et d’autres moins connus, pour certains soumis à controverse.

Hier comme aujourd’hui, les fabricants de terreur ne sont pas ceux qu’on croit. Coluche l’avait bien compris, (juste) avant de mourir :

Coluche, en 35 secondes, résume à sa façon le concept

Coluche, en 35 secondes, résume à sa façon le concept (Le cas italien est abordé plus bas)


Ce concept est appelé « fausse bannière » en référence aux navires qui arboraient de faux pavillons (drapeaux) pour tromper l’ennemi. « C’est un coup fourré qui a pour but de tromper son ennemi sur la vraie nature et l’origine de l’attaque », comme le précise cette courte vidéo éloquente :


Terror Storm – Alex Jones

terror-storm
Terror Storm
montre des exemples d’attentats organisés en secret par les gouvernements contre leurs propres forces pour les attribuer à leur « ennemis » pour avoir un prétexte pour déclencher une guerre.
(VOSTFR, 41min)



Terrorisme d’État : 42 exemples d’attaques sous fausse bannière admises par leurs auteurs

false-flagCette liste est loin d’être exhaustive. Elle ne représente que quelques exemples d’attaques qui sont aujourd’hui documentées comme étant sous fausse bannière. La liste réelle serait bien trop longue tant cette « culture du false flag » est solidement ancrée dans nos gouvernements « démocratiques ». Voilà pourquoi chaque attentat terroriste fortement médiatisé en Europe de nos jours a tendance à être soupçonné d’être un attentat sous faux drapeau: l’histoire nous montre que nos soupçons sont fondés.

Cet article n’aborde pas les attentats en France mais nous aurions tort de penser que notre gouvernement est blanc comme neige. Cette pratique, quoique fortement popularisée par les américains, est comme nous allons le voir, extrêmement répandue dans les gouvernements de par le monde. Il s’agit tantôt d’attaques réelles de terroristes soutenus par des états, tantôt des attaques réalisées par des services de renseignements, parfois des attaques simulées que l’on nous vend comme réelles. En gros, nos gouvernements considèrent que tout leur est permis tant que cela permet d’entretenir la peur dans la population et faire avancer leur agenda politique.

Les gouvernements du monde entier admettent qu’ils organisent des false flags Il existe de nombreuses attaques sous fausse bannière documentées, où un gouvernement procède à une attaque terroriste… puis accuse faussement son ennemi à des fins politiques. Dans les 42 cas suivants, les fonctionnaires du gouvernement qui ont effectué l’attaque (ou sérieusement proposé une attaque) l’ont admis, que ce soit oralement ou par écrit :

– (1) Les troupes japonaises ont déclenché une petite explosion sur une voie ferrée en 1931, et l’ont faussement attribué à la Chine pour justifier une invasion de la Mandchourie. Ceci est connu comme l »«Incident de Mukden» ou le « Manchurian incident ». Le Tribunal militaire international de Tokyo a statué que: « Plusieurs des participants dans le plan, y compris Hashimoto [un officier de l’armée japonaise de haut rang], ont à plusieurs reprises reconnu leur rôle dans l’intrigue et ont déclaré que l’objet de l’« incident » était de donner une excuse pour l’occupation de la Mandchourie par l’armée japonaise du Guandong …. » (voir également).

– (2) Un major nazi a admis au procès de Nuremberg que, sous les ordres du chef de la Gestapo, lui et quelques autres agents nazis ont organisé des attaques sur leurs propre peuple et installations, attaques qui étaient attribuées aux Polonais pour justifier l’invasion de la Pologne.

– (3) Le général nazi Franz Halder a également témoigné au procès de Nuremberg que le dirigeant nazi Hermann Goering avait admis avoir mis le feu au bâtiment du parlement allemand en 1933, puis avoir blâmé faussement les communistes pour l’incendie criminel.

– (4) Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a admis par écrit que l’Armée rouge de l’Union soviétique a bombardé le village russe de Mainila en 1939 – tout en blâmant l’attaque sur la Finlande – afin de lancer la « guerre d’hiver » contre la Finlande. Le Président russe Boris Eltsine a reconnu que la Russie avait été l’agresseur dans la guerre d’Hiver.

– (5) Le Parlement russe, l’actuel président russe Vladimir Poutine et l’ancien dirigeant soviétique Gorbatchev admettent tous que le dirigeant soviétique Joseph Staline ordonna a sa police secrète d’exécuter 22 000 officiers et civils de l’armée polonaise en 1940, tout en blâmant faussement les nazis.

– (6) Le gouvernement britannique admet qu’entre 1946 et 1948, il a bombardé cinq navires transportant des Juifs qui tentaient de fuir l’Holocauste en quête de sécurité en Palestine, mit en place un faux groupe appelé les « défenseurs de la Palestine arabe », puis ce pseudo groupe revendiqua à tort la responsabilité des attentats (voir ceci, ceci et cela).

– (7) Israël admet qu’en 1954, une cellule terroriste israélienne opérant en Egypte a posé des bombes dans plusieurs bâtiments, y compris des installations diplomatiques américaines, puis a a laissé des « preuves » impliquant des Arabes comme étant les coupables (une des bombes a explosé prématurément, permettant aux Égyptiens d’identifier les responsables, et plusieurs des Israéliens avouèrent ultérieurement) (et voir ceci et cela).

– (8) La CIA admet qu’il ont embauché des Iraniens dans les années 50 afin qu’ils se présentent comme des communistes et organisent des attentats à la bombe en Iran dans le but que le pays se révolte contre son premier ministre démocratiquement élu.

– (9) Le Premier ministre turc a admis que le gouvernement turc a réalisé l’attentat de 1955 sur un consulat de Turquie en Grèce, endommageant aussi le berceau du fondateur de la Turquie moderne à proximité – et blâmant la Grèce, dans le but d’inciter et de justifier la violence contre les grecs.

– (10) Le Premier ministre britannique a admis à son secrétaire à la défense que lui et le président américain Dwight Eisenhower avaient approuvé un plan en 1957 pour mener des attaques en Syrie et en rejeter la faute sur le gouvernement syrien comme un moyen pour effectuer un changement de régime.

– (11) L’ancien Premier ministre italien, un juge italien, et l’ancien chef du contre-espionnage italien admettent que l’OTAN, avec l’aide du Pentagone et de la CIA, ont réalisé des attentats terroristes en Italie et d’autres pays européens dans les années 1950 et ils accusèrent les communistes, afin de rallier le soutien des gens pour leurs gouvernements en Europe dans leur lutte contre le communisme. Comme un participant à ce programme autrefois secret a déclaré: « Vous deviez attaquer des civils, des gens, des femmes, des enfants, des innocents, des personnes inconnues éloignées de tout jeu politique. La raison en est assez simple. Ils étaient censés forcer ces gens, le public italien, à se tourner vers l’État pour demander une plus grande sécurité « (et voir ceci) (l’Italie et d’autres pays européens soumis à la campagne de terreur avaient adhéré à l’OTAN avant que les attentats n’aient lieu). Et regarder ce documentaire de la BBC. Ils auraient également mené des attaques terroristes en France, Belgique, Danemark, Allemagne, Grèce, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Royaume-Uni et d’autres pays.

– (12) En 1960, le sénateur américain George Smathers a suggéré que les Etats-Unis lancent « une fausse attaque sur la base de Guantanamo qui nous donnerait l’excuse de fomenter effectivement un combat qui nous donnerait une excuse pour y aller et [renverser Castro] » .

– (13) Des documents officiels du Département d’état montrent qu’en 1961, le responsable du comité des chefs d’état-major interarmées et d’autres responsables de haut niveau ont proposé de faire exploser un consulat de la République dominicaine pour justifier une invasion de ce pays. Les plans n’ont pas été mis à exécution mais ils ont été discutés comme des propositions sérieuses.

– (14) Comme cela fût admis par le gouvernement américain, des documents récemment déclassifiés montrent qu’en 1962, les chefs d’état-major interarmées américain ont signé un plan visant à faire exploser des avions américains (en utilisant un plan élaboré impliquant la commutation d’avions), et aussi de mettre en oeuvre des actes terroristes sur le sol américain, puis à blâmer les Cubains pour justifier une invasion de Cuba. Voir le rapport suivant d’ABC News; les documents officiels; et cette entrevue avec l’ancien producteur d’investigation de Washington pour ABC World News Tonight avec Peter Jennings.

– (15) En 1963, le département américain de la Défense a écrit un article sur la promotion d’attaques sur des nations au sein de l’Organisation des États américains – tels que Trinité-et-Tobago ou la Jamaïque afin de les imputer faussement à Cuba.

– (16) Le ministère américain de la Défense a même suggéré de payer secrètement une personne dans le gouvernement de Castro pour attaquer les Etats-Unis: « La seule hypothèse restante à considérer serait alors de soudoyer un des commandants subordonnés de Castro afin qu’ils lancent une attaque sur Guantanamo. »

– (17) La NSA admet qu’elle a menti sur ce qui se s’est réellement passé dans le golfe du Tonkin en 1964 … manipulant des données pour faire comme si des bateaux nord-vietnamiens avaient tiré sur un navire américain de manière à créer une fausse justification pour la guerre du Vietnam.

– (18) Un comité du Congrès américain a admis que – dans le cadre de sa campagne « Cointelpro » – le FBI avait utilisé de nombreux provocateurs dans les années 1950 à 1970 pour perpétrer des actes violents et les attribuer faussement à des militants politiques.

– (19) Un haut général turc a admis que les forces turques ont brûlé une mosquée à Chypre dans les années 70 et qu’ils ont attribué l’attaque sur leur ennemi. Il a expliqué: « Dans la guerre spéciale, certains actes de sabotage sont mis en scène et imputés à l’ennemi pour augmenter la résistance du public. Nous l’avons fait à Chypre; nous avons même brûlé une mosquée. « En réponse au regard incrédule du correspondant, le général a dit, » je donne un exemple « .

– (20) Le gouvernement allemand a admis (voir ceci) qu’en 1978, les services secrets allemands ont fait exploser une bombe dans la paroi extérieure d’une prison et donné des « outils d’évasion » à un détenu – un membre de la Faction de l’Armée Rouge – sur qui les services secrets souhaitaient attribuer l’attentat.

– (21) Un agent du Mossad a admis qu’ en 1984, le Mossad a posé un émetteur radio dans la concession de Kadhafi à Tripoli. La Libye a diffusé des fausses transmissions terroristes enregistrés par le Mossad, afin de faire passer Kadhafi pour un partisan du terrorisme. Ronald Reagan a bombardé la Libye immédiatement après.

– (22) La Commission Sud-africaine de la vérité et de la réconciliation a constaté qu’en 1989, le Bureau de la coopération civile (une branche secrète des Forces de défense d’Afrique du Sud) a approché un expert en explosifs et lui a demandé « de participer à une opération visant à discréditer l’ANC [le Congrès national africain] en bombardant le véhicule de police de l’enquêteur de l’assassinat », désignant l’ANC comme responsable de l’attentat.

– (23) Un diplomate algérien et plusieurs officiers de l’armée algérienne ont admis que, dans les années 90, l’armée algérienne a souvent massacré des civils algériens puis blâmé des militants islamistes des meurtres (voir cette vidéo, et l’Agence France-Presse, 27/09/2002, la Cour française Rejette le procès algérien en diffamation contre un auteur).

– (24) Une équipe d’investigation indonésienne a enquêté sur de violentes émeutes qui ont eu lieu en 1998, et a déterminé que « des éléments de l’armée avaient été impliqués dans les émeutes, dont certaines ont été délibérément provoquées ».

– (25) Des officiers supérieurs militaires et de renseignement russes ont admis que le KGB a fait sauter des immeubles d’habitation russes en 1999 et ont faussement blâmé les Tchétchènes, afin de justifier une invasion de la Tchétchénie (voir ce rapport et cette discussion).

– (26) Selon le Washington Post, la police indonésienne a admis que l’armée indonésienne a tué des enseignants américains en Papouasie en 2002 et a blâmé les meurtres sur un groupe séparatiste papou afin d’obtenir que ce groupe soit considéré comme une organisation terroriste.

– (27) L’ancien président respecté indonésien a admis également que le gouvernement avait probablement joué un rôle dans les attentats de Bali.

– (28) Tel que rapporté par la BBC, le New York Times et Associated Press, les responsables macédoniens ont admis que le gouvernement a assassiné sept immigrés innocents de sang-froid et a prétendu qu’il s’agissait de soldats d’Al-Qaïda ayant tenté d’assassiner la police macédonienne, afin de rejoindre le « guerre contre le terrorisme « .

– (29) Des hauts fonctionnaires de police à Gênes, Italie ont admis qu’en Juillet 2001, au sommet du G8 à Gênes, deux cocktails Molotov avaient été apportés et l’agression d’un agent de police simulée, afin de justifier une répression violente contre les manifestants.

– (30) Bien que le FBI admet maintenant que les attaques à l’anthrax de 2001 ont été effectuées par un ou plusieurs scientifiques du gouvernement des États-Unis, un haut responsable du FBI dit que le FBI a été sommé de blâmer les attaques à l’anthrax sur Al-Qaïda par des fonctionnaires de la Maison Blanche (rappelez-vous à quoi ressemblaient les lettres à l’anthrax). Les représentants du gouvernement confirment également que la Maison Blanche a essayé de relier l’anthrax à l’Irak pour justifier un changement de régime dans ce pays.

– (31) De même, les États-Unis ont faussement blâmé l’Irak comme ayant joué un rôle dans les attaques du 11 Septembre, comme le montre une note du secrétaire à la défense, ce qui fût l’une des principales raisons pour démarrer la guerre en Irak. Même après que la Commission du 11 Septembre ait admis qu’il n’y avait pas de lien, Dick Cheney a déclaré que la preuve est « accablante » qu’Al-Qaïda avait une relation avec le régime de Saddam Hussein, que Cheney avait « probablement » des informations indisponibles pour la Commission, et que le les médias ne « faisaient pas leurs devoirs » en ne communiquant pas sur ces liens. Des hauts représentants du gouvernement des États-Unis admettent aujourd’hui que la guerre en Irak a été vraiment lancée pour le pétrole … pas le 11 Septembre ou des armes de destruction massive (malgré les affirmations précédentes de « loup solitaire », de nombreux responsables gouvernementaux américains disent maintenant que le 11 Septembre était du terrorisme d’État; mais l’Irak n’tait pas l’Etat qui a soutenu les pirates de l’air).

– (32) L’ancien avocat du ministère de la Justice John Yoo a suggéré en 2005 que les États-Unis devraient passer à l’offensive contre al-Qaïda, en « faisant en sorte que nos agences de renseignement créer une fausse organisation terroriste. Elle pourrait avoir ses propres sites Web, des centres de recrutement, des camps d’entraînement et des opérations de collecte de fonds. Elle pourrait lancer de fausses opérations terroristes et revendiquer de véritables attaques terroristes, en aidant à semer la confusion dans les rangs d’al-Qaïda, semant le doute aux seins des agents et questionnant la validité des communications. « 

– (33) United Press International a rapporté en Juin 2005 : Des Officiers de renseignement américains rapportent que certains des insurgés en Irak utilisent des modèles récents de pistolets Beretta 92 , mais les pistolets semblent avoir eu leurs numéros de série effacés. Les chiffres ne semblent pas avoir été retiré physiquement; les pistolets semblent provenir d’une ligne de production sans numéros de série. Les analystes suggèrent que l’absence de numéros de série indique que les armes étaient destinées à des opérations de renseignement ou à des cellules terroristes avec le soutien substantiel du gouvernement. Les analystes pensent que ces armes sont probablement soit du Mossad soit de la CIA. Les analystes pensent que des agents provocateurs peuvent utiliser les armes intraçables alors même que les autorités américaines utilisent des attaques d’insurgés contre des civils comme des preuves de l’illégitimité de la résistance.

– (34) Des soldats israéliens sous couverture ont admis en 2005 avoir lancé des pierres sur d’autres soldats israéliens afin qu’ils puissent rejeter le blâme sur les Palestiniens, comme une excuse pour réprimer des manifestations pacifiques des Palestiniens.

– (35) La Sûreté du Québec a admis qu’en 2007, des voyous apportant des pierres à une manifestation pacifique étaient en fait des policiers en civil du Québec (et voir ceci).

– (36) Lors des protestations du G20 à Londres en 2009, un membre du parlement britannique a vu des agents de police en civil qui tentaient d’inciter la foule à faire usage de la violence.

– (37) Des politiciens égyptiens ont admis (voir ceci) que des employés du gouvernement ont pillé des objets de musée inestimables en 2011 pour tenter de discréditer les manifestants.

– (38) Un colonel de l’armée colombienne a admis que son unité a assassiné 57 civils, puis les a vêtus d’uniformes et a affirmé qu’ils étaient des rebelles tués au combat.

– (39) L’écrivain très respecté du Telegraph Ambrose Evans-Pritchard dit que le chef du renseignement saoudien – le prince Bandar – a récemment admis que le gouvernement saoudien contrôle les »terroristes tchétchènes ».

– (40) Des sources américaines de haut niveau ont admis que le gouvernement turc, membre de l’OTAN, a mené les attaques d’armes chimiques blâmé sur le gouvernement syrien; et des membres de haut rang du gouvernement turc ont admis leurs plans de mener des attaques et les attribuer au gouvernement syrien.

– (41) L’ancien chef de la sécurité ukrainienne admet que les attaques de tireurs embusqués qui ont marqué le commencement du coup d’état ukrainien ont été effectuées afin de blâmer d’autres personnes.

– (42) L’agence d’espionnage de la Grande-Bretagne a admis (voir ceci) qu’elle effectue des attaques sous fausse bannière « numériques » sur des cibles, piégeant des gens en écrivant des textes offensant ou illégaux … et rejetant la faute sur la cible.

Advertisements

5 réflexions sur “Les Dessous des attaques sous faux drapeau

  1. Pingback: La justice canadienne révèle que la police tentait d’enrôler des marginaux pour commettre un faux attentat islamiste – Sans Ambiguïtés

  2. « Après les attentats du 11 Septembre, nombre de gens se sont posés nombres de questions sur la responsabilité potentielle des services de renseignement israéliens dans l’affaire….
    On se souvient en effet, que les juifs travaillant dans les tours jumelles à Washington, n’étaient pas présent lors de l’attentat sans précédent qui a couté la vie, on s’en souvient à plus de 3000 personnes et qui avaient été les facteurs déclencheurs de l’invasion américaine en Afghanistan puis en Irak…

    Au niveau des finances, il est parfois bon de faire monter les enchères…..
    Ainsi, il y avait déjà eu une tentative d’utiliser un attentat terroriste sous « fausse bannière » pour manipuler les marchés internationaux afin de faire des profits rapides. Selon le Washington Post, deux individus, Jay Aubrey Elliott et Rolf Dunbier, ont été arrêtés autrefois à New York pour avoir projeté de faire sauter le pont sur le fleuve Kafue en Zambie, le seul pont pourvoyant aux besoins de la province zambienne de Copperbelt.
    A la même époque, Violet Elliott, sa femme, Efraim Ronen, Benjamin Edoui, Yitzhak Markovitch, et Raphaël Tseriano, furent arrêtés à Tel-Aviv par la police israélienne après que le Shin Bet, le service de sécurité d’Israël, et le FBI aient découvert le projet de faire sauter le pont en Zambie afin de faire grimper le cours mondial du cuivre. Jay Elliott avait visité plus tôt Tel-Aviv pour engager des experts en explosifs afin de faire sauter le pont zambien. Les autorités du maintien de l’ordre en Zambie et aux Etats-Unis avaient été tuyautées au sujet du projet.

    Bien que la machination des ressortissants israéliens et étasuniens contre le pont de chemin de fer en Zambie semblent avoir fait les gros titres récemment, cette histoire avait été publiée dans le Washington Post du 9 novembre 1966.

    En 1954, Pinhas Lavon, le Ministre israélien de la Guerre, organisa secrètement une attaque terroriste contre la bibliothèque du service d’information des Etats-Unis au Caire, en Egypte, montée de manière à ce que les Etasuniens en rende responsable le gouvernement égyptien de Gamal Abdel Nasser.

    En novembre 1968, le roi Hussein de Jordanie découvrait qu’Israël était derrière le groupe du commando Kateb Al Nasr qui avait attaqué l’ambassade étasunienne à Amman, tuant 29 civils et agents de la sécurité. Israël espérait que les Etats-Unis porteraient la responsabilité de l’attentat sur la Jordanie.

    Ilich Ramirez Sanchez, connu également sous le nom de « Carlos la Hyène, » a soutenu que c’était le Mossad qui avait tué les deux agents de police français et l’informateur libanais en 1975. Les deux policiers, Raymond Dous et Jean Donatini, et l’informateur libanais, Michel Moukharbal, enquêtaient sur une attaque terroriste contre El Al Airlines à l’aéroport d’Orly. « Carlos » a déclaré que le Mossad tentait de monter un coup pour le faire accuser des meurtres.

    En 1986, le Ministre libyen de l’Information, Mohamed Sharafeddin, a déclaré que des agents du Mossad avaient effectué des attentats terroristes dans l’ouest de l’Europe contre des objectifs étasuniens, afin que la Libye en soit accusée. Il a précisé qu’Israël espérait que la sixième flotte les Etats-Unis frappe la Libye en représailles.

    Des agents du renseignement israéliens, certains se faisant passer pour des « déménageurs de meubles, » ont été vus se réjouissant des attentats du 11/9 dans le New Jersey et à New York. Quelques-uns étaient déguisés en Arabes. Attirant l’attention sur le fait que le Shin Bet ne coopère plus avec les services de l’ordre occidentaux, comme il l’a fait dans le complot de 1966 en Zambie, Bell a déclaré que des agents du Shin Bet, munis de passeports canadiens, ont effectué des opérations sous fausse bannière à Gaza en 2002 et en Jordanie en 1997. Le résultat de l »opération en Jordanie a été le retrait de l’ambassadeur du Canada à Tel-Aviv. L’affaire de 1997, avec des agents du Mossad se faisant passer pour des Canadiens, était d’empoisonner le dirigeant du Hamas Khaled Meshal à Amman. Quand le Roi Hussein a menacé de riposter contre cet incident, Israël a été forcé de fournir l’antidote pour sauver la vie de Meshal.

    En 1991, le Mossad a dissimulé ses empreintes en armant et formant le groupe de guérilleros libyens au Tchad qui a tenté de renverser Muammar Kadhafi. Le Mossad s’était arrangé pour que l’Arabie Saoudite finance l’opération. Ce n’était ni la première ni la dernière fois que le Mossad et les Saoudiens coopéraient dans une action risquée sous fausse bannière comme en témoignent les événements du 11/9.

    En 1997, un agent supérieur du Mossad chargé de surveiller la Syrie, Yehuda Gil, a été trouvé envoyant de faux rapports faisant du matraquage publicitaire sur la « menace » syrienne. Ceux-ci étaient approuvés par le Premier Ministre Binyamin Netanyahou pour Washington et le lobby d’Israël opérant dans la capitale étasunienne. Il a aussi été découvert que Gil gardait l’argent affecté par le Mossad à un agent syrien à Damas longtemps après que l’agent syrien ait été trouvé mort.

    Un document classé confidentiel de la CIA sur le Mossad, saisi par les militants iraniens qui avaient pris le contrôle de l’ambassade étasunienne à Téhéran en 1979, et plus tard publié dans son intégralité, présentait les activités du Mossad à travers le monde, notamment les stratégies « sous fausse bannière » et les tactiques de chantage des responsables étasuniens. Isser Harel, l’ancien chef du Mossad, a dénoncé le rapport de la CIA, le comparant à l’œuvre antisémite du 19èmee siècle, « Les Protocoles des Sages de Sion. » »

    Article conçu à partir de celui de onlinejournal.com/artman/publish/article_3739.shtml,
    traduit par http://www.alterinfo.net/Les-Attentats-et-Le-Mossad_a23833.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :