Guerres et média-mensonges depuis 1960

Article inspiré par Michel Duchaine basé sur le travail journalistique de Michel Collon, il tend à regrouper les éléments sur cette thématique.

media-mensongesDe tous temps, les guerres ont majoritairement été (si ce n’est exclusivement) déclenchées suite à des entourloupes, complots, mensonges, au profit de « représentants » corrompues (états et intérêts privés), au détriment des peuples.


PALESTINE (1945- ?)

  • MEDIA-MENSONGE: Les juifs ont reçu la terre de Palestine en compensation des crimes de la guerre.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Cette opération était prévue avant la guerre
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Etablir une tête de pont capitaliste en Orient et voler une terre pour un projet messianique
  • CONSÉQUENCES: Encore actuelles, le monde est déstabilisé et dangereux du fait sioniste

Les 10 Grands Média Mensonges d’Israël

 

VIETNAM (1964-1975)

  • MEDIA-MENSONGE: Les 2 et 3 août 1964, le Nord Vietnam aurait attaqué deux navires US dans la baie du Tonkin.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: L’attaque n’a jamais eu lieu. C’est une invention de la Maison-Blanche.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Empêcher l’indépendance du Vietnam et maintenir la domination US sur la région.
  • CONSÉQUENCES: Millions de victimes, malformations génétiques (Agent Orange), énormes problèmes sociaux.
Le 4 Août 1964, le président Lyndon Johnson se rend a la télévision nationale pour annoncer à la nation que les forces nord-vietnamiennes ont lancé des attaques sur des destroyers américains dans le golfe du Tonkin. Le Nord-Vietnam avait attaqué des navires américains.

« La multiplication des actes de violence contre les forces armées des États-Unis doivent non seulement mettre notre défense en alerte, mais appel également à une réponse directe. Cette réponse est donnée dans mon discours de ce soir « , a déclaré Johnson.

Le congrès passa bientôt la résolution du golfe du Tonkin , qui a permit de donner à Johnson une autorité pré-approuvée pour mener des opérations militaires contre le Nord-Vietnam. En 1969, plus de 500.000 soldats se battaient en Asie du Sud-Est.
Johnson et son secrétaire à la Défense, Robert McNamara, ont dupé le Congrès et le peuple américain. En fait, le Nord-Vietnam n’avait pas attaqué le USS Maddox, comme le Pentagone le revendiquait, et la « preuve irréfutable » d’une seconde attaque « non provoquée » contre le navire de guerre américain était une ruse.Le 2 Août, le destroyer Maddox prétendait avoir identifié trois bateaux torpilleurs nord-vietnamiens s’approchant de lui. Selon Washington, le navire était dans les eaux internationales, mais plusieurs historiens ont des raisons de croire que le destroyer américain passait en revue (volontairement ou non) sur le territoire de la République démocratique du Vietnam. Puis il a provoqué une lutte, après que des navires de guerre Nord-Vietnamiens ont été endommagés tandis que le destroyer américain n’a pas été touché. Le deuxième incident s’est produit au cours d’une tempête tropicale dans le golfe du Tonkin, lorsque le radar d’un destroyer américain aurait détecté dix navires.


GRENADE (1983)

  • MEDIA-MENSONGE: La petite île des Caraïbes est accusée de construire une base militaire soviétique et de mettre en danger la vie de médecins US.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Entièrement faux. Le président US Reagan a fabriqué ces prétextes de toutes pièces.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Empêcher les réformes sociales et démocratiques du premier ministre Bishop (qui sera assassiné). 
  • CONSÉQUENCES: Répression brutale et rétablissement de la mainmise de Washington.


PANAMA (1989)

  • MEDIA-MENSONGE: L’invasion vise à arrêter le président Noriega pour trafic de drogue.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Bien que créature de la CIA, Noriega réclamait la souveraineté à la fin du bail du canal. Intolérable pour les USA.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Maintenir le contrôle US sur cette voie de communication stratégique. 
  • CONSÉQUENCES: Les bombardements US ont tué 2.000 à 4.000 civils, ignorés des médias.


IRAK (1991)

  • MEDIA-MENSONGE: Les Irakiens auraient volé les couveuses de la maternité de Koweït City.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Invention totale par une agence publicitaire payée par l’émir du Koweït, Hill & Knowlton. 
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Empêcher que le Moyen-Orient ne résiste à Israël et n’acquière son indépendance envers les USA.
  • CONSÉQUENCES: D’innombrables victimes par la guerre, puis un long embargo y compris sur les médicaments.

Propagande de guerre, propagande de paix

À partir de la façon dont nos médias ont relaté les conflits en Irak entre 1991 et 2003, ce film énumère les principes généraux de la propagande de guerre et ses prolongements en temps de paix. Des intellectuels étasuniens et européens, par le jeu de leurs regards croisés, nous permettent de comprendre les enjeux

Otan-democratie-sani


SOMALIE (1993)

  • MEDIA-MENSONGE: Monsieur Kouchner se «met en scène» comme héros d’une intervention humanitaire.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Quatre sociétés US avaient acheté un quart du sous-sol somalien riche en pétrole.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Contrôler une région militairement stratégique.
  • CONSÉQUENCES: Ne parvenant pas à la contrôler, les États-Unis maintiendront la région dans un chaos prolongé.


BOSNIE (1992 – 1995)

  • MEDIA-MENSONGE: La firme US Ruder Finn et Bernard Kouchner mettent en scène de prétendus camps serbes d’extermination.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Ruder Finn et Kouchner mentaient. C’étaient des camps de prisonniers en vue d’échanges. Le président musulman Izetbegovic l’a avoué.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Briser la Yougoslavie trop à gauche, éliminer son système social, soumettre la zone aux multinationales, contrôler le Danube et les routes stratégiques des Balkans.
  • CONSÉQUENCES: Quatre années d’une guerre atroce pour toutes les nationalités (musulmans, serbes, croates). Provoquée par Berlin, prolongée par Washington.


YOUGOSLAVIE (1999)

  • MEDIA-MENSONGE: Les Serbes commettent un génocide sur les Albanais du Kosovo.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Invention pure et simple de l’Otan comme le reconnut Jamie Shea, son porte-parole officiel.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Imposer la domination de l’Otan sur les Balkans, et sa transformation en gendarme du monde. Installer une base militaire US au Kosovo.
  • CONSÉQUENCES: Deux mille victimes des bombardements OTAN. Nettoyage ethnique du Kosovo par l’UCK, protégée de l’Otan.

yougoslavie-metatvMouamer Kadic : Retour sur la guerre en Yougoslavie – Mouamer Kadic d’origine yougoslave revient sur la guerre qui a secoué les balkans dans les années 1990. Les médias soumis aux diktats de l’OTAN nous ont présenté une version des faits simplistes et tronqués par une soi-disant différence ethnique et religieuse. L’occasion de revenir sur la réalité des faits pour mieux comprendre cet événement dramatique dont les conséquences ne sont pas encore consommées.

AFGHANISTAN (2001)

  • MEDIA-MENSONGE: Bush prétend venger le 11 septembre et capturer Ben Laden.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Aucune preuve que ce réseau existe. De toute façon, les talibans avaient proposé d’extrader Ben Laden.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Contrôler militairement le centre stratégique de l’Asie, construire un pipeline permettant de contrôler l’approvisionnement énergétique de l’Asie du Sud.
  • CONSÉQUENCES: Occupation de très longue durée, et forte hausse de la production et du trafic d’opium.

IRAK (2003)

  • MEDIA-MENSONGE: Saddam posséderait de dangereuses armes de destruction, affirme Colin Powell à l’ONU, éprouvette en main.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: La Maison- Blanche a ordonné à ses services de falsifier des rapports (affaire Libby) ou d’en fabriquer.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Contrôler tout le pétrole et pouvoir faire chanter ses rivaux : Europe, Japon, Chine…
  • CONSÉQUENCES: L’Irak plongé dans la barbarie et l’obscurantisme, les femmes ramenées à la soumission, les armes expérimentales et les missiles
    à uranium appauvri  ont fait plus de dégâts génétiques que la bombe de Hiroshima.

Guerre, mensonges et vidéo. Ce documentaire retrace les diverses manipulations de l’administration de Georges W. Bush pour parvenir à déclarer la guerre à l’Irak en 2003. Le début d’un chaos savamment orchestré, dont les répercussions actuelles ne sont que la poursuite du plan impérialiste étasunien consistant à asservir tous les peuples du monde.


LIBYE (2011)

  • MEDIA-MENSONGE: Kadhafi veut faire couler des rivières de sang en faisant massacrer les populations de Benghazi. Il faut intervenir militairement pour le stopper. Obama et Sarkozy lancent guerre en violant la résolution 1973 de l´Onu.
  • VÉRITABLE OBJECTIF: Faire main base sur le pétrole libyen – Mettre fin au Premier satellite Africain RASCOM 1 – Faire main basse sur les devises et réserves libyennes – Arrêter le fond Monétaire Africain, Banque Centrale Africaine, Banque Africaine des Investissements – Créer une base militaire d´Africom en Libye – s´emparer des compagnie pétrolières libyennes – Tuer Mohammar Kadhafi.
  • CONSÉQUENCES: près de 50 000 libyens tués par l´Otan.
  • Voir le dossier Les Dessous de la guerre en Libye

Bon arabe/mauvais arabe, médiamensonges, Libye
Michel Collon – Ce soir ou jamais – 21 mars 2011

Différence de traitement médiatique entre l’OTAN et les médias russes:


MALI (2012-?)

La France au Mali: repérer les média-mensonges


SYRIE (2013-?)

  • MEDIA-MENSONGE: Bachar al assad aurait gazé sa population au gaz de Sarin. Les Etats-Unis ne veulent pas attendre pas le rapport de l’ONU pour frapper la Syrie.
  • CE QU’ON APPRENDRA PLUS TARD: Suite à la diffusion des images, distribuées par l’Armée syrienne libre et reprises par les services états-uniens et français, du massacre de la ghouta, des familles alaouites de Lattaquié ont porté plainte pour assassinats.
    Certaines des vidéos ont été réalisées et postées sur YouTube avant l’événement qu’elles décrivent.
    On peut y voir des enfants étouffer d’une intoxication chimique qui ne peut être du gaz sarin (ce gaz provoque de la bave jaune et non pas blanche).
    Les enfants ne correspondent pas à un échantillon de population : ils ont presque tous le même âge et ont les cheveux clairs. Ils ne sont pas accompagnés par leur famille en deuil.
    Il s’agit en fait d’enfant enlevés par des jihadistes, deux semaines auparavant dans des villages alouites aux environs de Lattaquié, à 200 kms de la ghouta.
    Contrairement aux affirmations de l’Armée syrienne libre et des services occidentaux, les seules victimes identifiées du massacre de la ghouta sont donc issues de familles soutenant le gouvernement syrien.
  • Actualité #syrie

Différence de traitement médiatique entre l’OTAN et les médias russes:


Syrie: la vérité qu’on vous cache

syrie-tedijo


Guerres, Média-Mensonges et Stratégie du Chaos

Michel Collon le 4 Juillet 2012

michel-colon-mediamensonges


John Pilger : les médias, armes de guerre

Pourquoi tant de journalistes ont-ils succombé à la propagande ? Pourquoi la censure et les distorsions sont-elles des pratiques courantes ? Pourquoi la BBC se fait-elle la voix d’un pouvoir rapace ? Pourquoi le New York Times et le Washington Post trompent-ils leurs lecteurs ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas aux jeunes journalistes à analyser l’agenda médiatique et à contester les hautes prétentions et les basses intentions de cette fausse objectivité ? Et pourquoi ne leur enseigne-t-on pas que l’essence de ce qu’on appelle les médias mainstream (dominants) n’est pas l’information, mais le pouvoir ?

Ces questions sont urgentes. Le monde fait face à un risque majeur de guerre, peut-être nucléaire – avec des USA déterminés à isoler et à provoquer la Russie et finalement, la Chine. Cette vérité se voit inversée et travestie par les journalistes, dont ceux-là même qui firent la promotion des mensonges qui menèrent au bain de sang irakien de 2003. Les temps dans lesquels nous vivons sont si dangereux, et l’opinion publique le perçoit de manière si distordue que la propagande n’est plus, comme Edward Bernays l’appelait, « un gouvernement invisible ». C’est le gouvernement. Elle règne directement sans craindre la contradiction et son principal objectif c’est de nous conquérir : notre vision du monde, notre capacité à séparer la vérité des mensonges.

L’âge de l’information est en réalité un âge des médias, des médias qui censurent, qui diabolisent, qui châtient, qui font diversion : une chaine de montage surréaliste de clichés d’obéissance et d’hypothèses erronées. Cette capacité à forger une nouvelle « réalité » se construit depuis longtemps. Il y a 45 ans, un livre intitulé The Greening of America (« le verdissement de l’Amérique ») fit sensation. Sur la couverture on pouvait lire ces mots : « Une révolution arrive. Elle ne ressemblera pas à celles du passé. Elle émergera de l’individu ».

J’étais correspondant aux USA à l’époque et je me souviens de l’accession instantanée au rang de gourou de son auteur, un jeune universitaire de Yale, Charles Reich. Son message c’était que la divulgation de la vérité et l’action politique avaient échoué, et que seules la « culture » et l’introspection pourraient changer le monde. En quelques années, propulsé par les forces du profit, le culte du « moi » avait tout fait sauf améliorer notre propension à agir ensemble, notre sens de la justice sociale et de l’internationalisme. Les classes, les genres et les races s’étaient séparés. Le personnel c’était les politiques, et le message, c’était le médium.

À la suite de la guerre froide, la fabrication de nouvelles « menaces » vint compléter la désorientation politique de ceux qui, 20 ans plus tôt, auraient constitué une opposition véhémente. En 2003, j’ai filmé une interview à Washington avec Charles Lewis, célèbre journaliste d’investigation US. Nous avons discuté de l’invasion de l’Irak, survenue quelques mois auparavant. Je lui ai demandé : « Et si les médias les plus libres du monde avaient sérieusement contesté les affirmations de George Bush et de Donald Rumsfeld, en investiguant, au lieu de se faire les porte-paroles d’une propagande grossière ? » Il me répondit que si nous autres journalistes avions fait notre devoir, « il y a de grandes chances que nous n’ayons jamais envahi l’Irak. »

C’est un aveu terrible, et que bien d’autres journalistes de renom, à qui j’ai posé la question, partagent. Dan Rather, anciennement de CBS, me répondit la même chose. David Rose de « The Observer », ainsi que des journalistes et producteurs de haut rang de la BBC, qui souhaitaient garder l’anonymat, me répondirent aussi la même chose.

En d’autres termes, si les journalistes avaient fait leur travail, avaient remis en question et décortiqué la propagande au lieu de l’amplifier, des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants seraient encore vivant aujourd’hui ; et des millions n’auraient pas eu à fuir leurs domiciles ; la guerre sectaire entre sunnites et chiites aurait pu ne pas commencer, et le tristement célèbre « État islamique » n’existerait peut-être pas. Aujourd’hui encore, malgré les millions de manifestants, la majorité du public des pays occidentaux n’a aucune idée de l’ampleur des crimes commis par nos gouvernements en Irak. Encore moins savent que, dans les 12 années précédant l’invasion, les gouvernements des USA et du Royaume-Uni ont déclenché un véritable holocauste en empêchant la population civile d’Irak d’accéder aux minimums vitaux.

Voici les mots d’un officiel britannique de haut- rang responsable des sanctions en Irak dans les années 90 – un siège médiéval qui entraina la mort d’un demi-million d’enfants de moins de 5 ans, selon l’UNICEF. Le nom de cet officiel est Carne Ross. Au ministère des Affaires étrangères à Londres, on l’appelait « Mr. Irak ». Aujourd’hui, c’est un lanceur d’alertes qui nous explique comment les gouvernements mentent et comment les journalistes propagent délibérément ces mensonges. « Nous donnions aux journalistes des informations partielles et formatées par les services de renseignement », m’a-t-il dit, « ou alors nous les excluions ».

Le dénonciateur principal de cette terrible époque de silence fut Denis Halliday. Alors Secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations Unies et n° 1 de L’ONU en Irak, Halliday démissionna plutôt que d’appliquer des directives qu’il décrivait comme génocidaire. Il estime que les sanctions tuèrent plus d’un million d’Irakiens. Ce qui arriva ensuite à Halliday est très instructif. Il a été évacué. Ou diffamé. Lors de l’émission « Newsnight » de la BBC, le présentateur Jeremy Paxman lui hurla dessus: « N’êtes-vous qu’un défenseur de Saddam Hussein ? ». Le Guardian a récemment décrit cette scène comme « l’un des passages les plus mémorables » de Paxman. La semaine dernière, Paxman a signé un contrat d’1 million de livres [=1,267 millions d’€] avec un éditeur.

(Source et suite)

Les grands médias mensonges
de la propagande de guerre

michel-colon-csoj

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s